Santé des enfants, évolution professionnelle : les infirmières puéricultrices et les infirmiers puériculteurs s’impatientent

Les infirmières puéricultrices et les infirmiers puériculteurs n'en peuvent plus d'attendre une évolution de leur périmètre d'action et de leur formation. Plusieurs de leurs organisations viennent de co-signer une tribune dans laquelle elles alertent sur l'état de leur spécialité et sur les risques que l'inaction des pouvoirs publics entraîne sur la santé des enfants.

infirmière puéricultrice

photo d'illustration. © Iryna Inshyna / ShutterStock

« À chaque fois, on repart à zéro », résume Peggy Alonso, présidente de l’Association nationale des infirmièr(e)s puéricultrices(teurs) diplômé(e)s et des étudiants (ANPDE).

À chaque nomination d'un nouveau ministre de la Santé, c'est la même chose. Les organisations d'infirmières puéricultrices doivent recommencer à expliquer leur situation et l'état davancement des travaux sur leur profession. Le cri d'alarme qu'elles "poussent" dans une tribune commune*  témoigne d'une forme de ras-le-bol face à la difficulté de faire avancer les dossiers qui les concernent.

Que ce soit le rapport Peyron (IGAS) en 2019 ("Pour sauver la PMI, agissons maintenant !"), celui de la Cour des comptes sur la santé des enfants en 2021 ou celui du Haut conseil de la santé publique en 2022 ("Professionnels de santé et offre de soins pour les enfants"), « tous les rapports récents font le même constat, celui de difficultés dans la prise en charge des enfants sur les différents secteurs, hospitalier, libéral, en PMI ou dans le cadre de la protection de l'enfance, poursuit la présidente. Nous sommes en difficulté dans le cadre de la désertification médicale du fait d'un système "médico-centré"».

Un constat très sombre

Les organisations signataires évoquent la hausse la mortalité infantile, au sujet de laquelle la France en se place « en queue de peloton des pays européens », l'absence de registre des naissances et des ratios de professionnels spécialisés auprès des enfants « faibles voire inexistants».

Au-delà des questions de santé, le manque de ces professionnels se répercute négativement sur le lien parents-enfants en néonatologie, sur l'accompagnement des familles en difficulté avec la parentalité, sur la protection des enfants en danger et sur la santé mentale des jeunes.

Les Assises de la pédiatrie, lancées il y a un an par le ministre de l'époque, François Braun, ont mobilisé plusieurs groupes de travail qui ont rendu leurs conclusions il y a belle lurette sur le parcours santé de l'enfant, la formation professionnelle, la prise en charge spécifique des handicaps et des maladies chroniques ainsi que les situations de vulnérabilité. «On était censés avoir les résultats au printemps dernier mais ils tardent à arriver », souligne Peggy Alonso

Autre chantier en suspens : la réingénierie du diplôme des infirmiers puériculteurs, dont le programme de formation n'a pas été mis à jour depuis... 1983 !

Les travaux sont entamés depuis plus de 10 ans mais avancent peu, «en décalage flagrant avec les besoins actuels de santé », dénoncent les signataires. « Nous demandons le maintien d'une spécialité avec l'intégration de pratiques avancées pour pouvoir intervenir en premier recours sur la prise en charge non pathologique de l'enfant » puis orienter et coordonner son parcours de santé, précise la présidente de l'ANPDE.

Des espoirs dans ce sens étaient nés d'échanges avec François Braun mais les autres ministres ne les ont pas nourris.

Selon la présidente de l'asssociation, des organisations médicales verraient d'un mauvais oeil une possible concurrence des puéricultrices mais dans le contexte de démographie médicale actuel, « il faut dépasser ça », insiste-t-elle.

Les travaux sur la réingénierie des puériculteurs entrent quelque peu en collision avec ceux sur la refonte du référentiel métier IDE et de la formation initiale. Difficile de proposer un référentiel pour les puer (qui est prêt) sans savoir dans quelle direction va évoluer celui des IDE...

L'urgence d'un nouveau diplôme

Dans l'immédiat, les organisations signataires de la tribune réclament des mesures urgentes. Il faut selon elles « investir dans la formation et le recrutement de professionnels de santé spécialisés auprès de l'enfant, notamment les infirmières puéricultrices ». Et donc financer les études.

Les organisations demandent aussi l'amélioration des conditions de travail dans les services de pédiatrie, « au bord de l'effondrement », par des investissements et une reconnaissance du travail quotidien, ainsi que la mise en oeuvre d'une politique de prévention « efficace et réaliste ».

« Il manque une codification de nos actes », en PMI mais aussi en libéral, déplore la présidente de l'ANPDE, alors que le développement de la prévention permettrait selon elle de faire l'économie de passages aux urgences.

Au-delà des revendications professionnelles, « les décisions prises aujourd'hui auront un impact profond sur la vie de millions d'enfants sur l'avenir de notre société », écrivent les signataires. À condition qu'elles soient prises.

Géraldine Langlois

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

* Elle est signée par l'Association nationale des infirmièr(e)s puéricultrices(teurs) diplômé(e)s et des étudiants (ANPDE), la Société de recherche des infirmières puéricultrices, le Comité d’entente des écoles préparant aux métiers de l’enfance, le Syndicat national des puéricultrices diplômées d’Etat, le Collège des infirmièr(e)s puéricultrices(teurs) et le Collectif Je suis infirmière puéricultrice. 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Santé des enfants, évolution professionnelle : les infirmières puéricultrices et les infirmiers puériculteurs s’impatientent”

  1. Luci2 dit :

    Je regrette la persistance du terme « puer » pour désigner une profession que tout le monde croit connaître à travers « les puéricultrices de la maternité et les puéricultrices de la crèche ». La refonte du référentiel « puer » au lieu de référentiel IPDE n’est pas un détail anodin. D’un côté une légitime exigence de respectabilité, d’un autre l’acceptation à la dévalorisation de ses diplômes…
    L’impact des représentations sur l’évolution d’une profession n’est plus à démontrer. Les IDE et les spécialités en font historiquement les frais.
    Jusqu’à quand les IPDE resteront-elles la spécialité que même les gouvernements oublient ( à l’écrit et à l’oral : IADE, IBODE…) ou méconnaissent.
    La santé des enfants doit passer avant les défenses avant tout corporatistes des organisations médicales. Les IPDE je pense devraient le faire savoir beaucoup plus haut et plus fort à travers des reportages représentatifs de leurs compétences et savoirs.

  2. Lucide dit :

    Les IPDE (et non les « puers » comme on trouve encore dans cet article) s’impatientent mais qui en parle?
    Les infirmières puericultrices sont invisibles car on leur attribue le rôle des auxiliaires de puériculture, ce sont les « puers » de la maternité et de la crèche…!
    Je suis convaincue que tant que ces professionnels IPDE ne feront pas valoir leurs expertises spécifiques et resteront dans l’anonymat, rien n’avancera pour eux .
    Les organisations médicales barrent la route depuis des décennies pour des raisons avant tout corporatistes.
    La santé des enfants et des français en général n’est pas une priorité et la population doit le savoir.

Réagir à cet article

retour haut de page
385 rq / 3,387 sec