Santé des soignants : une feuille de route en cours de rédaction

Les trois porteurs de la mission « santé des soignants » ont proposé le 11 septembre leurs recommandations pour une meilleure santé des soignants. Une feuille de route ministérielle devrait être présentée en fin d’année, avec une déclinaison précise des actions.

Santé des soignants : une feuille de route en cours de rédactionAlexis Bataille-Hembert, infirmier, le Dr Philippe Denormandie et le Dr Marie Crest-Guilluy ont, tous les trois, été nommés par Agnès Firmin Le Bodo, ministre déléguée auprès du ministre de la santé et chargée de l’organisation territoriale et des professionnels de santé,  pour mener cette mission sur la santé des soignants.

De mars à septembre, ils ont conduit des travaux, afin d’élaborer un rapport, organisé autour de 6 axes et 18 actions, présenté le 11 septembre à la ministre.

Six axes prioritaires

La feuille de route devrait être rendue publique d’ici la fin de l’année. En attendant, seules les six grandes orientations ont été officiellement dévoilées.

Axe 1 – Intégrer le sujet de la santé des professionnels de santé comme une priorité de notre système de santé publique à tous les niveaux, en lui faisant une place dans la vie des établissements, en valorisant les initiatives de terrain et en favorisant la production de données pour objectiver cette thématique.

Axe 2 – Sensibiliser et former les professionnels de santé à veiller à leur propre santé, en mettant l’accent sur la formation initiale et continue des professionnels et managers en santé.

Axe 3 – Prévenir les risques professionnels, en repensant l’organisation de l’offre de médecine de santé au travail et en sensibilisant l’écosystème.

Axe 4 – Organiser pour tous les professionnels de santé un accès à une offre de prévention et de soins et dédier des actions spécifiques de prévention à nos professionnelles et nos étudiants.

Axe 5 – Repenser l’architecture financière de l’accès à la prévention et aux soins pour nos professionnels de santé.

Axe 6 – Assurer un pilotage pérenne des actions dédiées à la santé des professionnels de santé.

50 000 réponses au questionnaire

« Pour élaborer nos recommandations, nous nous sommes appuyés sur les résultats de la consultation nationale diffusée à l’ensemble des professionnels de santé par les fédérations, les associations ou encore les Agences régionales de santé (ARS), rapporte Alexis Bataille-Hembert. Les quelque 50 000 réponses au questionnaire d’une quarantaine de questions nous ont permis d’obtenir une vision plus juste de l’état de santé des professionnels soignants. Car en France, nous disposons certes d’enquêtes menées par des fédérations ou des représentants de la profession, mais nous n’avons que peu de littérature c’est-à-dire de productions académiques avec des savoirs et des connaissances précises sur la santé des soignants. »

Les réponses au questionnaire ont confirmé le diagnostic tout en permettant de détenir une image plus fine sur des problèmes de santé mentale, d’addiction ou encore des difficultés liées au rythme de travail.

Rencontres de terrain

Les trois professionnels de santé ont également organisé des échanges avec les parties prenantes du secteur public et privé. La Fédération hospitalière de France (FHF), la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne privés solidaires (FEHAP), les Ordres professionnels, Unicancer ou encore l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS) ont été conviés à des réunions afin de construire conjointement les propositions. « Nous nous sommes appuyés sur leurs retours pour évaluer la pertinence de nos recommandations », indique Alexis Bataille-Hembert.

En parallèle, pour être au plus près de la réalité, le trinôme est allé à la rencontre des professionnels salariés et libéraux sur le terrain. « Nous les avons à la fois démarchés, et nous avons également reçu des invitations de leur part, rapporte-t-il. Nous avons par exemple au l’opportunité de rencontrer des professionnels de santé patients, notamment pris en charge dans le cadre de parcours en santé mentale. Ces échanges avec nos pairs sont marquants et précieux car ils sont sans filtres. »

Les professionnels libéraux ont, bien entendu, été intégrés à toutes les réflexions, « peut-être même avec une attention un peu plus particulière, car contrairement aux salariés, ils n’exercent pas dans un système institutionnalisé dans lequel ils peuvent facilement trouver du soutien en cas de problème », reconnaît Alexis Bataille-Hembert.

L’objectif, désormais, est de veiller à ce que les actions soient déclinées de la manière la plus opérationnelle possible. « Les soignants, peu importe leur lieu d’exercice, doivent savoir que nous avons compris les enjeux autour de leur santé et que nous avons la volonté de les accompagner dans leur exercice quotidien », conclut Alexis Bataille-Hembert.

Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
360 rq / 3,179 sec