Soins infirmiers et pratique commerciale : un dangereux mélange des genres

Le 12 septembre dernier, un infirmier a été radié par la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre national des infirmiers (ONI) pour le caractère strictement commercial de son activité. Cette décision d’ampleur concernant la création, le développement et le fonctionnement des cabinets d’infirmiers libéraux pourra faire office de jurisprudence.

Cette chronique a été rédigée par un juriste en droit de la santé, pour ActuSoins.com

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Soins infirmiers et pratique commerciale : un dangereux mélange des genres”

  1. CRNA05 dit :

    Je suis pour des règles de pratiques qui soit claires et qui ne soit pas « commerciales ». Mais je trouve que dans une société où le règne de la concurrence et du gain maximal sont des moteurs, il faudrait trouver des méthodes ou des moyens pour rendre cette profession attractive et rémunératrice.
    L’Ordre sait sanctionner mais n’ai pas capable de faire en sorte que les professionnels puissent être rémunérer de manière correcte et significative; ils oublient vite qu’il ont été infirmier(e)s et les difficultés qu’il y a à exercer cette profession avec les nuits, jours féries et vacances raccourcies; il est certain qu’être dans un bureau avec le salaire équivalent à deux voir trois celui d’un professionnel en activité, à qui on a fait payer une cotisation exorbitante fait vite oublier ce qu’il en est.
    Certain (médecins, gestionnaires et haut fonctionnaires) font en sorte que notre Santé soit un business florissant (EPAD, Groupe de clinique, groupe de laboratoire, etc.) et ont pour cela « couler » l’Hôpital, et devons-nous accepter que les Infirmiers Libéraux soit les seuls qui ne puissent être une force de frappe sanitaire en se groupant et en faisant d’être « manager » de manière moderne et dans le respect des règles professionnelles.

    • baka dit :

      totalement d’accord avec vous, au vu des éléments il manageait un réseau, donc rien de mal apres s’il surfacturé les actes là par contre cela n’est pas normal.

Réagir à cet article

retour haut de page
382 rq / 4,334 sec