Bientôt un accès direct aux infirmiers en pratique avancée ?

La commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale propose d’ouvrir, dans le cadre d’une expérimentation, l’accès direct aux infirmiers en pratique avancée (IPA).

Bientôt un accès direct aux infirmiers en pratique avancée ?

© ShutterStock

Cet accès de premier recours permettrait aux IPA de prodiguer des soins primaires sans prescription médicale sur des pathologies bénignes qui ne nécessitent pas un passage par les services d’urgences, en plus de pouvoir prodiguer, sur demande d’un médecin traitant, un suivi sur des patients affectés d’une pathologie chronique.

Cette mesure, qui a été intégrée au PLFSS (Projet de loi de financement de la sécurité sociale) par voie d’amendement, vise à améliorer l’accès aux soins et les parcours patients, notamment dans les zones « où il est difficile d’obtenir un rendez-vous avec un médecin dans des délais raisonnables », indique l’exposé des motifs. « Une telle évolution vise non seulement à améliorer la prise en charge des patients mais aussi à soulager la charge de travail des médecins généralistes ».

Les patients pourraient ainsi être orientés vers l’IPA par le service d’accès aux soins (SAS) ou le secrétariat de la structure dans le cadre d’un exercice collectif. Le médecin serait quant à lui tenu informé des soins réalisés, ces derniers étant renseignés dans le dossier médical du patient.

Afin d’initier ce changement, l’amendement prévoit d’expérimenter pendant trois ans cet accès direct dans plusieurs territoires qui seront déterminés par voie réglementaire. Un décret devra préciser, après avis de la Haute autorité de santé (HAS), les modalités de cette expérimentation.

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
371 rq / 3,816 sec