Inscriptions au RPPS : une avancée pour les infirmiers en pratique avancée

Les infirmiers seront enregistrés au répertoire partagé des professionnels de santé (RPPS) fin septembre 2021. Cette inscription, attendue de longue date par les infirmiers en pratique avancée (IPA), facilitera leur exercice professionnel.

Inscriptions au RPPS : une avancée pour les infirmiers en pratique avancée

© ShutterStock

L’enregistrement de l’ensemble des infirmiers au RPPS sera effectif fin septembre 2021. Une annonce saluée par la présidente de l’union nationale des infirmiers en pratique avancée (UNIPA). « Il est temps ! » confirme Tatiana Henriot, présidente de l'UNIPA (Union nationale des infirmiers en pratique avancée).  « Actuellement dans les faits, nous ne sommes pas reconnus comme prescripteurs. »

« Il existe un vrai préjudice pour le patient », analyse-t-elle, en expliquant que l’absence d’identifiant RPPS constitue un frein à l’accès au soin et à l’activité des IPA. Elle poursuit : « Les patients dont nous assurons le suivi rencontrent des problèmes avec les ordonnances que nous émettons. » En effet, les systèmes informatiques des laboratoires ou les pharmacies par exemple ne reconnaissent pas aux IPA le droit de prescription de certains produits ou actes.

Une problématique qui nécessite un travail supplémentaire pour informer le réseau de proximité de l’origine de la prescription et du contexte de la prise en charge. Tatiana Henriot rapporte aussi des difficultés à plus large échelle : « sans le RPPS du professionnel, dès qu’un patient change de région, il peut se voir refuser l’accès à ce qui a été prescrit, ou devoir faire l’avance de ses frais de santé. »

Plus de visibilité pour les IPA

Pour l’UNIPA, l’attribution de l’identifiant RPPS garantira aussi aux patients un meilleur accès à la consultation des infirmiers en pratique avancée. Tatiana Henriot cite l’exemple des plateformes de prise de rendez-vous en ligne qui, en l’absence de numéro RPPS, ne reconnaissent pas la spécialité des IPA.

Elle voit également dans cette évolution une opportunité pour la visibilité du travail effectué par les IPA au niveau national, notamment quand ils ou elles exercent en établissement ou centre de santé. « Actuellement les IPA hospitalières prescrivent sous le numéro de l’établissement, leur activité est donc transparente », analyse-t-elle. L’attribution de l’identifiant RPPS étant propre à chaque professionnel, il sera plus facile de suivre ce qui est fait par les IPA, résume-t-elle.

Tatiana Henriot précise qu’une demande d’inscription anticipée au répertoire avait été initiée en 2019 : « les premières IPA diplômées à l’été 2019 ont rencontré des problèmes dès le début de leur exercice professionnel. » Il s’agit donc d’une véritable amélioration pour l’exercice des IPA, elle conclut : « nous l’attendons depuis très longtemps et ça sera aussi bénéfique pour les autres catégories d’infirmiers (voir encadré, ndlr). » 

Adrien Collet

Je m'abonne à la newsletter

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

Les infirmiers seront enregistrés au répertoire RPPS par l’Ordre dès la fin septembre

 

Une "simplification administrative" pour tous les infirmiers, estime l'ONI

Pour constituer le RPPS, l’Etat s’appuie sur les conseils ordinaux des professions de santé. Chaque conseil agit en qualité de guichet unique pour les inscriptions, c’est donc l’Ordre National des Infirmiers (ONI) qui sera chargé de cette mission. Patrick Chamboredon, son président, salue « une véritable simplification administrative pour les professionnels. »

Il explique que les infirmiers rejoignent un large répertoire qui facilitera les échanges entre professions de santé et estime que cela constitue également « un pas de plus vers la modernité. » Il ajoute : « à l’avenir les IDE auront accès à de nouveaux services qui vont se développer », citant l’exemple la plateforme SIDEP utilisée couramment par de nombreux infirmiers pour tracer les résultats des tests antigéniques.

Pour Patrick Chamboredon, l’un des enjeux majeurs dans le système de santé est la sécurité des données. « Le RPPS permettra une authentification forte », précise-t-il. En effet, chaque professionnel accédant au dossier du patient et traçant ses actes pourra s’identifier par l’intermédiaire de la carte de professionnel de santé (CPS) ou de l’application e-CPS* auxquelles l’identifiant RPPS donne accès.

« L’entrée des IDE dans le RPPS va considérablement augmenter le nombre de professionnels au sein du répertoire,annonce-t-il, c’est un vrai bénéfice pour la visibilité du travail des infirmiers en France. »

* Grâce à une procédure anticipée, plus de 35 000 infirmiers ont déjà téléchargé et activé l’application mobile e-CPS, principalement pour la connexion aux services Vaccin Covid et SI-DEP.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
330 rq / 2,522 sec