Formation des cadres : à quand la réingénierie du référentiel de… 1995 ?

La réingénierie de la formation des cadres de santé sera-t-elle bientôt mise en route ? Le Comité d'entente des formations infirmières et cadres (Cefiec) l'espère, d'autant que la DGOS a annoncé que les travaux sur le sujet seraient relancés en septembre, rappelle Michèle Appelshaeuser, la présidente du comité.

Formation des cadres : à quand la réingénierie du référentiel de... 1995 ?

© Anton Gvozdikov / ShutterStock

Le dernier référentiel des études de cadre de santé remonte à 1995, souligne Michèle Appelshaeuser, et « commence à être ancien ». Certes, insiste-t-elle, « les IFCS n'ont pas à rougir de ce qu'ils enseignent » et ils ont forcément adapté leurs enseignements au fil des années aux évolutions des fonctions des cadres, « mais il y a sûrement un décalage entre ce qui a été réfléchi en 1995 et ce qui se passe aujourd'hui sur le terrain ».

Les pôles d'activité hospitalière n'existaient pas encore et « la place des cadres en service a énormément changé, ajoute Michèle Appelshaeuser. Ils ont plus des responsabilités en termes de gestion des ressources humaines, de management d'équipe ».

Et leur place sera amenée à être renforcée, ajoute-t-elle. La notion et les projets relatifs à la qualité de vie au travail se sont aussi fortement développés, tout comme la télémédecine. Du côté des cadres formateurs, le numérique a provoqué une « hybridation pédagogique » inédite, accélérée par la crise liée au Covid, et « il n'y aura pas de retour en arrière », estime la présidente du Cefiec. La part consacrée à la pédagogie dans les enseignements est considérée par beaucoup comme insuffisante aujourd'hui.

Réingénierie en suspens

Les travaux sur la réingénierie des études de cadres a débuté « il y a quelques années », observe Michèle Appelshaeuser, mais il n'ont pas abouti. L'intégration de la formation de cadre de santé dans le système LMD a constitué la principale pierre d'achoppement des discussions, pour plusieurs raisons.

Si les études en IFSI sont au grande licence, les études de cadres auraient du être placées au grade master, ce qui aurait signifié de les faire passer de 11 mois à deux ans. Cet allongement posait un problème de coût : « si on allonge le temps de formation, le financement des formations revient plus cher aux établissements », résume la présidente du Cefiec.

De plus, reconnaître aux cadres diplômés le grade master obligerait à répercuter ce grade sur leur rémunération. Or il n'est pas valorisé dans les grilles de salaires de la fonction publique hospitalière et l'augmentation de leur rémunération que cette reconnaissance pourrait entraîner se heurte aussi à un écueil de financement.

Enfin, si la formation des cadres était universitarisée, remarque Michèle Appelshaeuser, « cela poserait la question du positionnement des IFCS » vis-à-vis du monde universitaire, celle de leur capacité ou droit à délivrer un diplôme universitaire, voire celle de leur possible disparition.

Une question complexe puisque des IFCS organisent des masters que beaucoup d'étudiants suivent en même temps que leurs études de cadres... Le Cefiec considère en tout cas l'intégration de cette formation au LMD comme nécessaire. Au même titre, par exemple, que celle des IPA.

Un tronc commun interdisciplinaire ?

En termes d'organisation, « on parlait il y a quelques années d'une formation en Y avec un tronc commun entre cadres managers et cadres formateurs et ensuite une formation différente en fonction de l'orientation choisie par les étudiants », rappelle Michèle Appelshaeuser.

Mais elle préfère aujourd'hui considérer cette réorganisation de manière plus large : « il serait intéressant, estime-t-elle, de prévoir un tronc commun interdisciplinaire avec les médecins notamment, sur le management d'équipe, le fonctionnement d'équipe, la QVT. Certaines problématiques sont identiques qu'on soit médecin ou infirmière et peuvent réfléchies de manière interdisciplinaire ».

Aussi, certaines des difficultés liées à un allongement de la formation à deux ans, sur le modèle du master, pourraient être, de son point de vue, en partie contournées par l'adoption de la VAE pour certains modules, en faveur d'étudiants ayant déjà fait fonction de cadre ou enseigné en IFSI et par un allongement des stages.

Aucun groupe de travail n'a encore été constitué en vue du redémarrage promis des travaux sur cette réingénierie.

Le collège de formateurs du Cefiec s'est donné un an pour réfléchir à cette question et doit produire un livre blanc des cadres formateurs en juin prochain, note la présidente du comité. Quant à son groupe sur les IFCS, embolisé depuis des mois par la gestion des répercussions de la crise sanitaire sur les études de cadres et les étudiants, il devrait prochainement aussi plancher sur le sujet.

Pour aller plus loin : formation DPC continue pour les infirmiers et infirmières

Géraldine Langlois

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
834 rq / 2,129 sec