Contrairement aux idées reçues, les personnels du soin changent moins de métier que les professionnels d’autres secteurs

Sur la période 2010-2015, 22% des actifs, tous professionnels confondus, ont changé de métier. Ce n'est le cas que de 9% des professionnels de la santé (et de l'action sociale culturelle et sportive). 

Contrairement aux idées reçues, les personnels du soin changent moins de métier que les professionnels d'autres secteurs

©AdobeStock

Il y a des rumeurs qui disent que 30% des soignants abandonnent et changent de métier dans les cinq années qui suivent l'obtention de leur diplôme.

Il y a d'autres rumeurs qui disent que la durée moyenne de carrière pour un infirmier est de 8 ans.

Ces données sont inexactes, selon différentes études recensées par le Carif-Oref (centre animation ressources d'information sur la formation-Observatoire régional emploi formation) d' Ile-de-France, qui a diffusé un rapport (1) sur les durées de carrières des soignants en Ile-de-France (prenant en compte et mentionnant aussi des données nationales).

Lire aussi sur ActuSoins.com :

Les carrières infirmières sont-elles vraiment si courtes ? (2019)

Ces données sont aussi très loin de refléter la réalité. 

Car la différence entre le souhait de changer de métier ou l'expression d'un mal-être et le fait de changer effectivement de profession est importante, note l'étude qui passe en revue une série de rapports d'organisations différentes. 

Parmi les études citées par le Carif-Oref  : celles de la DARES (Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques)

La dernière en date (2018) (2) mentionne que sur la période 2010-2015, seuls 9% des professionnels de santé (contre 22% des autres actifs) auraient changé de profession. 

Une étude antérieure (3) du même organisme, sur la période 1998-2003, indiquait une même tendance :  les infirmiers et les sages-femmes étaient toujours en emploi après 5 ans, dont 97% toujours dans le même métier. Parmi les AS, 89% étaient toujours en emploi en 2003, et pour 91%  de ces derniers, dans le même métier. En comparaison, 30% des actifs en emploi dans d'autres domaines que celui de la santé avaient changé de métier sur cette même période.

En Ile-de-France spécifiquement, cette stabilité est aussi constatée par le Carif-Oref. Elle est néanmoins moins franche que pour le reste du territoire : entre 2012 et 2015, 8% des infirmiers et sages-femmes ont changé de famille professionnelle (18% pour les AS). 

Dans le même temps, un tiers des salariés (des autres secteurs donc) travaillant en Ile-de-France en 2012 et en 2015 ont changé de famille professionnelle. 

Durée de carrière de 17,5 à 21,5 ans pour les infirmiers hors arrêts temporaires

Au niveau national, les durées de carrière se situeraient entre 14 et 18 ans pour les aides-soignants et entre 17,5 et 21,5 ans pour les infirmiers, estime le Corif-Oref, qui se base sur ses propres estimations et d' autres rapports ( données de la CNRACL notamment).

Ces chiffres ne prennent pas en compte les arrêts temporaires de l'activité d'aide-soignant ou d'infirmier (arrêt maladie de longue durée, mise à disposition, etc.) qui sont évalués à 8% du temps pour les infirmiers et à 2% du temps pour les AS, soit "une durée réellement passée sur le poste d'infirmier compris entre 10,5 et 14,5 ans pour les infirmiers et entre 11 et 15 ans pour les AS" ayant quitté la région ou le métier entre 2011 et 2016. 

Début de carrière : 2% de "pertes" en sept ans

En 2008, une étude de la Drees (4) s'est penchée sur les sept premières années de carrière des infirmiers. Une enquête du Cereq sur laquelle s'est basée cette étude, ne concerne que les sortants de formations initiales. 

"Parmi les détenteurs d'un diplôme d'Etat d'infirmier obtenu en 1998, 98% exercent la profession d'infirmier sept ans plus tard", indique ce rapport, assez daté, certes.

Contradiction avec le ressenti du terrain

"Ces indicateurs pourraient paraître en contradiction avec le ressenti des acteurs du terrain, qui perçoivent les carrières des infirmiers ou des AS comme plus courtes", indique le Carif-Oref. 

Deux phénomènes peuvent expliquer ce raccourcissement de carrière ressenti, indique l'observatoire : l'augmentation du turnover d'une part, essentiellement par un usage accru des contrats courts, et  la réalité vécue dans certains secteurs spécifiques, dont les recrutements sont difficiles et le turnover important, d'autre part. C'est en particulier le cas pour les Ehpad, et tout particulièrement les Ehpad privés à but lucratifs. 

"Bien entendu, ces chiffres ont été obtenus à partir de données antérieures à la crise sanitaire actuelle. La pandémie de Covid-19 pourrait avoir des impacts très négatifs sur la durée des carrières des professionnels du soin. Son impact réel reste encore à évaluer", précise l'étude. 

Diversité dans les modes d'exercice des soignants

L'augmentation du turnover "ne peut être réduite à une volonté des nouvelles générations de ne pas vouloir rester longtemps dans une même structure. Les causes de l'augmentation des turnovers sont plutôt à chercher dans l'augmentation du nombre des offres de contrats courts et donc de la précarisation du marché de l'emploi, mais aussi des conditions de travail au sens large proposées aux salariés, qui pourraient ne pas les inciter à se maintenir dans l'emploi proposé", pointe le Carif-Oref.

Le changement de statut (passer d'IDE hospitalier à IDE libéral par exemple), tout en restant dans son corps de métier contribue également à accroître ce sentiment de raccourcissement des carrières. 

En moyenne, 2,6% des infirmiers âgés de moins de 65 ans changent chaque année de mode d'exercice (libéral, salarié de l'hôpital public, salarié de l'hôpital privé, salarié dans établissement pour personnes âgées et autre salarié non hospitalier) entre deux années consécutives, indique le Carif-Oref, se référant à une étude de la Drees (5) datée de 2010. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter  

(1) Carrière des aides-soignants et des infirmiers : durée d'exercice en Ile-de-France, Défi-métiers, Carif-Oref, février 2021. 

(2) Changer de métier : quelles personnes et quels emplois sont concernés ? Dares analyses, n°49, novembre 2018. 

(3) La mobilité entre métiers : 30 % des personnes en emploi en 1998 avaient changé de métier en 2003, DARES, Premières synthèses informations, n°05-3, janvier 2009.

(4) Les sept premières années de carrière des infirmiers diplômés en 1998, études et résultats, Drees, n°671, décembre 2008.

(5) La profession infirmière : Situation démographique et trajectoires professionnelles, Drees, Série études et recherche, n° 101, novembre 2010, p.29

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Contrairement aux idées reçues, les personnels du soin changent moins de métier que les professionnels d’autres secteurs”

  1. Florian Schaeffer dit :

    Bonjour
    Je répond jamais
    La durée de vie d une ide surtout avec des enfants est faible
    La nourrice coûte chère surtout les nuits et week end elle fait pas de bénévolats
    Si on trouve une
    Pas d avantage pour faire simple il y a même de noel pour les enfants du personnel
    Et le reste vient pas du chu mais du cgos

    Répondre moderated

Réagir à cet article

retour haut de page
720 rq / 1,410 sec