De nouveaux protocoles de coopération en projet pour les soignants

Le ministère des solidarités et de la santé a lancé quatre nouveaux appels à manifestation d'intérêt (AMI) pour l'élaboration de protocoles nationaux de coopération entre professionnels de santé*. 

De nouveaux protocoles de coopération en projet pour les soignantsC'était une volonté forte du ministère des solidarités et de la santé, au grand dam parfois, de certains syndicats infirmiers et au grand dam, aussi, de ceux qui prônent la montée en compétences via la pratique avancée uniquement  : avec quatre nouveaux appels à manifestation d'intérêt, le champ des protocoles de coopération entre professionnels de santé va s'élargir. 

Transferts d'actes entre médecins et infirmiers exerçant au sein des services d'accueil des urgences

L'un des appel à projet porte sur la délégation d'actes et d'activités entre médecins et IDE  exerçant aux urgences, pour "certains motifs de recours fréquents et non graves". Objectifs annoncés : réduire les délais d'attente, fluidifier les prises en charge aux urgences et accroître et développer les compétences des infirmiers exerçant dans les services d'urgences. 

L'infirmier pourrait ainsi prendre en charge lui-même les brûlure mictionnelles simples non récidivantes de la femme jeune, les douleurs de gorge aigüe des patients âgés de plus de 15 ans, les brûlures de premier et deuxième degré superficiel non circulaire et en zone neutre. Il pourrait réaliser des immobilisations plâtrées "et simples" et attelles, prendre en charge une douleur lombaire aigües isolée chez un patient de 16 à 50 ans, prendre en charge un traumatisme de la cheville évoquant une entorse chez un patient âgé de 10 à 50 ans. 


"Le périmètre de ces délégations doit être adapté aux pathologies. Ainsi en cas de douleurs lombaires aiguës et des traumatismes évoquant une entorse de cheville, la délégation doit viser à permettre une prise en charge initiale par l'infirmier, sans supprimer pour autant une consultation médicale finale", précise l'AMI. 

D'autres délégations d'actes et d'activités  liées au contexte de la Covid pourront être proposées par les équipes répondant à l'appel à manifestation d'intérêt. 

Lire aussi, sur ActuSoins.com 

La (très) lente émergence des protocoles de coopération aux urgences (nov 2019)

Transferts IDE / AS pour l'oxygénothérapie

Un autre AMI porte sur la pose et la surveillance d'une oxygénothérapie, l'administration en aérosols de produits non médicamenteux et "éventuellement" médicamenteux par un aide-soignant en lieu et place d'un infirmier. 

Ce transfert d'actes concernerait les aides-soignants exerçant auprès de résidents en EHPAD et en MAS. 

Il s'agit "d'améliorer la prise en charge et le suivi des personnes âgées ou handicapées traitées par oxygénothérapie ou par un médicament administré par nébulisation" tout en sécurisant "l'exercice des aides-soignants en cas d'absence infirmière dans les structures médico-sociales au sein desquelles la présence infirmière n'est pas constante". 

D'autres délégations d'actes et d'activités liées au contexte de la Covid pourront être proposés en complément par les équipe répondant à l'appel d'offres, est-il précisé sur l'AMI. 

Coopération entre médecins et infirmiers en ville

Un autre appel à projet porte sur la coopération entre médecins et infirmiers pour la prise en charge à domicile des patients âgés ou handicapés en difficulté pour se déplacer aux cabinets des médecins. 

L'idée? Proposer un suivi infirmier à domicile des patients âgés ou porteurs de handicap sur délégation d'un médecin afin que ces patients puissent bénéficier d'une prise en charge adaptée à leurs besoins et éviter les situations pouvant amener à une plus forte dépendance ou à une hospitalisation. 

Ce protocole s'inscrit dans l'objectif de ma santé 2022 : "créér un collectif de soins au service des patients" et "renforcer les interventions des professionnels libéraux sur les lieux de vie des personnes âgées". 

"Dans le contexte de tension sur l'offre de soins la réalisation de visites à domicile par les médecins généralistes est en diminution constante. Ceci pose fréquemment des problèmes d'accès aux soins pour les patients en raison de leur âge et de leur handicap. Ces difficultés d'accès aux soins risquent d'être aggravés dans le contexte de la Covid, et de façon encore plus importante dans les zones où la démographie médicale est inférieure à la moyenne nationale, avec déjà une tension sur l'accès à un médecin traitant. Cependant, même dans ces zones, la démographie infirmière permet d'assurer les soins nécessaires au domicile des patients", indique l'AMI. 

Transferts de tâches entre médecins et ergothérapeutes

Le dernier appel à projet concerne les ergothérapeutes pour maintenir l'autonomie des personnes en situation de handicap et des personnes âgées. 

Une délégation par les médecins de la prescription d'aides techniques aux ergothérapeutes est promue dans ce contexte, avec l'objectif de simplifier et d'améliorer la pertinence de l'utilisation des aides techniques. 

Suite logique

Ces nouveaux appels à projets s'inscrivent dans une suite logique de la loi relative à l'organisation et à la transformation du système de santé de juillet 2019. Cette loi vise - notamment - à étendre et déployer les coopérations sur tout le territoire national (alors qu'auparavant, ces protocoles étaient uniquement locaux, et hôpitaux et médecins-dépendants, ndlr)

Actuellement, 13 protocoles nationaux de coopération sont déjà autorisés, dont celui qui donne la possibilité aux infirmiers organisateurs de l'accueil (IOA) de demander un bilan radiologique pour les patients se présentant avec un traumatisme de membre dans les services d'urgence. 

Deux autres protocoles nationaux sont en cours d'instruction, l'un sur la réalisation du bilan de santé en école maternelle par les IPDE, par délégation des médecins des PMI, et un autre sur la consultation infirmière en santé sexuelle, en lieu et place du médecin. 

Lire aussi, sur ActuSoins.com 

Fonction publique hospitalière : parution du décret instituant la prime de coopération

M.S

 *Les protocoles en cours d'instruction ainsi que ces nouveaux appels à projets sont détaillés sur le site du ministère. 

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “De nouveaux protocoles de coopération en projet pour les soignants”

  1. Pauline dit :

    Étant exclu du ségur de la santé les MAS. Il ne peu pas y avoir un transfert IDE/AS

    Répondre moderated

Réagir à cet article

retour haut de page
690 rq / 1,511 sec