Deuxième vague : des soignants moins nombreux et déjà éprouvés

Dans un entretien accordé à France Inter ce matin, Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF) a dressé un état des lieux alarmiste de la situation des hôpitaux. Il prévient : les soignants sont fatigués.  

Deuxième vague : des soignants moins nombreux et déjà éprouvés"On a un hôpital qui est sorti affaibli de la première période, on a moins de soignants que l'on en avait au début de l'année, on a des soignants qui sont éprouvés parce qu'après le pic du printemps est arrivé le surcroît d'activité lié à la reprise en charge de tous ces patients", a-t-il expliqué, estimant l'activité supplémentaire durant l'été à "30 à 40 %". 

"L'hôpital ne tiendra pas" si des mesures drastiques ne sont pas prises par l'exécutif, a-t-il estimé. Face à la reprise de l'épidémie, il a appelé à un "reconfinement total" de la population, se prononçant toutefois pour le maintien de l'ouverture des écoles primaires et au maintien de l'activité en présentiel, lorsque les "salariés n'ont pas le choix". 

"Je préconise un reconfinement qui soit clair, qui soit encadré dans le temps et qui donne de la lisibilité, de la clarté aux Français", a-t-il déclaré. 

Cette prise de position intervient alors que le président de la République, Emmanuel Macron, doit s'exprimer à 20 heures pour annoncer de nouvelles mesures afin de faire face à la "hausse exponentielle" du nombre de contaminations par le Sars-CoV-2 sur l'ensemble du territoire. 


Santé Publique France recensait mardi près de 1,2 million de cas confirmés de Covid-19 en France, dont 33 417 cas identifiés depuis 24h, tandis que 18 978 patients étaient hospitalisés en raison du Covid-19, dont 2918 patients en réanimation. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Deuxième vague : des soignants moins nombreux et déjà éprouvés”

  1. fredort dit :

    Encore un avis d’un non médecin mais qui est en grande partie responsable de la dégradation de la situation des hôpitaux français comme Président de la Fédération hospitalière de France qui a soutenu et soutient toujours les administratifs face aux médecins. Que les administratifs aillent donc soigner les malades et on verra le résultat. Quand j’ai commencé ma carrière dans mon CHU, il y avait 6 directeurs, il y en a 46 maintenant : quel progrès !

    Répondre moderated

Réagir à cet article

retour haut de page
265 rq / 1,174 sec