Covid-19 : des symptômes d’anxiété et de dépression chez les soignants de réa pendant la première vague

Des symptômes d'anxiété, de dépression et de dissociation péritraumatique ont été fréquents (50,3%) chez les professionnels de santé des services de réanimation qui se sont retrouvés en première ligne lors de la première vague de l'épidémie de Covid-19. 

Covid-19 : des symptômes d'anxiété et de dépression chez les soignants de réa pendant la première vague

© Shutterstock

Une étude publiée dans l'American Journal of Respiratory and Critical Care Médicine (AJRCCM), menée en France en avril et mai 2020, montre la prévalence de ces symptômes parmi le personnel soignant des services de réanimation.

Elle varie selon  les différents types de professionnels, mais l'étude montre que les infirmiers - et surtout les femmes - sont particulièrement touchés : 62,1% des IDE interrogés ont ainsi déclarés des symptômes d'anxiété, 40,6% de dépression et 46% de dissociation péritraumatique. 

En cause? La peur d'être infecté et le fardeau psychologique. Avec un facteur aggravant : le manque de temps pour se reposer ou prendre soin de sa propre famille, explique l'étude. 


La moitié des professionnels a fait part de sa tristesse et 37,8% ont déclaré avoir des insomnies, mais seulement 6,6% ont demandé un soutien psychologique. Près de 30% disent n'avoir pas pu se reposer au moment de la première vague et la moitié seulement de temps en temps. 

L'usage des psychotropes, rapporté par 54 répondants (5,2%) a été augmenté chez ceux présentant des symptômes d'anxiété (9,1%), des symptômes de dépression (10,1%) ou des symptômes de dissociation péri traumatique (9,5%). 

La consommation de tabac, d'alcool, de cannabis, de cocaïne ou d'autres psychotropes ont également a également été majorée par la crise. Ainsi, près d'un quart (23,7%) ont rapporté avoir débuté ou augmenté leur consommation d'un produit sus-cité. 

8% des répondants ont déclaré avoir été eux-mêmes infectés par le SarCoV-2 et 84,8% à avoir eu un collègue infecté. 5,6% ont déclaré avoir eu un collègue décédé du Covid-19. 

"Les hôpitaux, les directeurs des USI et le personnel des USI doivent concevoir des stratégies pour surmonter les déterminants modifiables des symptômes indésirables de la maladie mentale" chez les professionnels de santé, concluent les auteurs de l'étude, suggérant que des mesures psychosociales et professionnels devraient être prises. 

"C'est de la responsabilité des hôpitaux et des chefs de service de développer des stratégies pour prévenir cette charge psychologique", ajoutent-ils. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
259 rq / 1,849 sec