Plus d’un millier d’infirmiers dans le monde seraient décédés après avoir contracté la Covid-19

Un nouveau rapport du CII (Conseil international des infirmières) estime à plus de mille, le nombre d’infirmiers décédés après avoir contracté la Covid-19, dans 44 pays où des données étaient disponibles.

Plus d’un millier d’infirmiers dans le monde seraient décédés après avoir contracté la Covid-19

© ShutterStock

Le rapport, qui comprend une étude menée auprès d’un certain nombre d’associations internationales d’infirmiers du CII, révèle la hausse constante et « catastrophique » du nombre de décès et des taux d’infection des IDE dus à la Covid-19.

« Sachant que les taux d’infection des agents de santé se situent en moyenne autour de 10% du total des infections dans le monde et que près de 30 millions de personnes ont été infectées par le viris, cela signifie que trois millions d’agents de santé seraient infectés », fait savoir le CII.

L’étude révèle également que moins de la moitié des pays étudiés classent la Covid-19 comme maladie professionnelle, « ce qui a des graves conséquences en matière d’indemnisation, que ce soit en maladie ou en décès. »


Remédier à une « défaillance collective »

 « La dernière étude du CII donne un aperçu troublant de la manière dont les infirmières et autres agents de santé sont toujours exposés à la Covid-19 et à tous les risques connexes : la violence et les préjugés, la maladie mentale, l’infection et sans doute, pour des milliers d’entre elles, le prix le plus fort, leur propre vie », explique Anne Kennedy, présidente du CII, citée dans le communiqué.

Citant « l’absence de collecte de données sur les taux d’infection » et « l’insuffisance d’EPI, en particulier dans les centres de soins, mais aussi les « carences en matière de tests et de formation sur la prévention et la lutte contre les infections », le CII reproche aux gouvernements de ne pas accorder « la priorité », aux infirmières.  Il demande de « remédier à leur défaillance collective » et à accorder, donc, une « priorité aux agents de santé à tous les niveaux ».

La pandémie « a également confirmé des choses que le milieu des soins infirmiers sait depuis longtemps, à savoir que les infirmières sont sous-estimées, sous payées et parfois traitées comme des laissées-pour-compte. C’est une situation scandaleuse », ajoute Anne Kennedy.

« Les conclusions du rapport s’ajoutent à la liste toujours plus longue des manquements des gouvernements à l’obligation d’agir pour protéger les infirmières et les autres agents de santé durant la pandémie. En s’abstenant de recueillir des données sur les décès et les infections, ou en ne reconnaissant pas la Covid-19 comme une maladie professionnelle, les pouvoirs publics feignent de les ignorer. La conséquence est que le personnel se retrouve sans équipement, sans formation, sans test, sans soutien psychologique ou financier. Soyez-en sûrs : en mettant le personnel en danger, les pouvoirs publics mettent également les patients en danger », estime de son coté Howard Catton, également cité dans le communiqué.

Pressions psychologiques

 Concernant l’ampleur et l’étendue des pressions psychologiques auxquelles les infirmiers sont soumis, il déclare : « il existe un énorme risque invisible pour l’équilibre psychologique de notre personnel infirmier, submergé par la pandémie ».

Les recherches du CII indiquent que l’ampleur réelle des conséquences de la Covid-19 sur la santé mentales se traduira certainement par l’augmentation des maladies, de l’absentéisme, du surmenage professionnel et du nombre d’infirmières abandonnant la profession pour des raisons de santé, rendant la pénurie de personnel encore plus aigüe et entraînant une perte d’expérience « inestimable ».

 Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Plus d’un millier d’infirmiers dans le monde seraient décédés après avoir contracté la Covid-19”

  1. Leilou dit :

    Rappelons qu’alors que les soignants n’étaient pas protégés, que leur droit du travail n’a pas été respecté, que les promesses n’ont pas été tenues et pire on nous propose des bons d’achat ou les congés des autres alors que le simple fait de respecter nos congés nous suffiraient (en plus de respecter le droit du travail dans sa globalité) et je ne parle pas de la poignée d’euros médiocre tellement de trop surement qu’il faut la verser en deux temps pour voir nos salaires augmenter… chose que d’ailleurs je n’ai toujours pas constatée (90 euros + 90 euros ).

    Cette maladie n’est reconnue que comme professionnelle chez les soignants uniquement selon deux conditions :

    leur contamination au Covid-19 a eu lieu dans le cadre de leur travail ;
    leur contamination au Covid-19 a entraîné une affection respiratoire grave avec recours à l’oxygénothérapie ou toute autre forme d’assistance respiratoire.

    Dans le cas où ces professionnels de santé ont été atteints d’une affection grave autre que respiratoire, leur demande de reconnaissance sera préalablement examinée par un comité d’experts médicaux.

    Si ça c’est pas se foutre de la gueule des soignants….

    (source : Ameli.fr https://www.ameli.fr/assure/actualites/covid-19-et-prise-en-charge-en-maladie-professionnelle-ouverture-de-la-declaration-en-ligne )

    Répondre moderated

Réagir à cet article

retour haut de page
265 rq / 1,161 sec