Carrières et rémunérations des soignants : les négociations reprennent cet après-midi après la proposition d’une enveloppe augmentée à 7,5 milliards d’euros

Le nouveau premier ministre, Jean Castex, a proposé une enveloppe augmentée à 7,5 milliards d'euros en ouvrant mardi soir une nouvelle séance de négociations sur les carrières et rémunérations du personnel non médical. Ce montant reste "insuffisant", selon les syndicats, qui n'y trouvent pas leur compte. Une nouvelle séance de négociation est prévue cet après-midi. 

Carrières et rémunérations des soignants : les négociations reprennent cet après-midi après la proposition d'une enveloppe augmentée à 7,5 milliards d'eurosLe premier ministre a ainsi accru l'enveloppe proposée de 1,1 milliards d'euros par rapport aux dernières propositions.  

"En amont de la conclusion du Ségur de la santé, j'ai ouvert la réunion de négociation avec les personnels paramédicaux. J'ai annoncé une enveloppe de 7,5 milliards d'euros, et insisté pour que les questions d'emploi soient également intégrées à la négociation", a tweeté Jean Castex mardi soir. 

Cette séance, conduite ensuite par Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé s'est tenue alors que la clôture du Ségur avait été repoussée faute d'accord sur les salaires pour le personnel médical et non médical des établissements de santé.

Malgré cette majoration, les syndicats n'ont pas accepté la proposition, qu'ils estiment insuffisante. "On n'arrive pas à atteindre la revendication d'une revalorisation socle pour tous les agents", que les organisations syndicales ont accepté de porter à 200 euros net, au lieu de 300 euros au départ, a expliqué à l'agence de presse APMnews, Mireille Stivala, secrétaire générale de la CGT santé et action sociale. Pour l'heure, le montant atteindrait seulement 175 euros. 


Par ailleurs, les partenaires sociaux expliquent que le gouvernement considère que la valorisation des grilles salariales est incluse dans cette somme, alors qu'ils souhaiteraient qu'elle se superpose à cette hausse socle. "On est déjà descendus de 250 à 200 euros. On est prêts à aller à 190 euros, si on obtient des garanties sur le déblocage des carrières", a expliqué Didier Birig, de FO santé, au journal Les Echos, qui estime par ailleurs, qu'il faudrait revoir les grilles afin de mieux rémunérer les débuts de carrière. 

"On a fait beaucoup de propositions sur la répartition de l'enveloppe", a précisé Mireille Stivala, toujours citée par APMnews. Les partenaires sociaux ont notamment proposé de réduire l'enveloppe de 1,4 milliard consacrée à l'intéressement. 

Les syndicats contestent aussi l'intégration dans le chiffrage de 1,6 milliards d'euros dévolus au secteur privé. "On voudrait qu'une enveloppe donnée au privé lucratif puisse être envisagée après coup", a -t-elle précisé. 

Côté emploi, Olivier Véran a proposé la création de 7500 postes, ajoutés à la mobilisation de 7500 postes non pourvus par les agents (soit la création de 15 000 emploi au total). L'enveloppe de 7,5 milliard d'euros inclurait 600 à 700 millions d'euros pour créer ces 15 000 postes. 

Les participants ont prévu de se revoir ce mercredi à 14h. Le gouvernement compte boucler la concertation et la négociation jeudi ou vendredi. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
252 rq / 0,918 sec