Primes pour les soignants : des mesures jugées insuffisantes

Les mesures sur l'octroi de primes et sur la majoration des heures supplémentaires pour reconnaître la mobilisation du personnel hospitalier durant la crise sanitaire sont jugées insuffisantes par plusieurs organisations syndicales et collectifs. 

Primes pour les soignants : des mesures jugées insuffisantes

Les réactions font suite aux annonces - mercredi 15 avril - du premier ministre, Edouard Philippe.

Les collectifs Inter-Urgences et Inter-hôpitaux regrettent par exemple, "la différence de traitement" qui résulte de ces annonces :  le premier ministre a annoncé qu'une prime de 1500 € serait versée au personnel situés dans les départements les plus touchés par l'épidémie, ainsi qu'au personnel des services ayant accueilli des cas de Covid-19 dans l'ensemble des hôpitaux du territoire national. Tous les autres toucheront une prime de 500€. 

"Quelle exposition géographique alors que l'épidémie est loin d'être finie, à partir de combien de patients contaminés estime-t-on l'exposition professionnelle?", interrogent les collectifs. 

Les collectifs estiment aussi, même s'il leur paraît "difficile de ne pas saluer cette aumône", que les primes ne constituent pas la réponse adaptée à la situation. Ils rappellent leurs revendications portées depuis le début de la grande mobilisation dans les hôpitaux, il y a plus d'un an : une augmentation du nombre de lits, un recrutement massif de personnel "pour mettre autour de ces lits" et une revalorisation des salaires de 300 € nets par mois. 

Son de cloche similaire du côté du SNPI (Syndicat national des professionnels infirmiers) qui réclame la même revalorisation salariale pour les infirmiers. "Dans la plupart des pays de l'OCDE, le salaire des infirmiers est au-dessus du salaire moyen de l'ensemble des travailleurs de son pays. 24e sur 29, la France est la seule exception du G20", remarque le syndicat. 

Sur l'attribution de la prime, le SNPI interroge : "de nombreuses infirmières se sont déplacées de leurs services pour renforcer ponctuellement les effectifs des services Covid : qu'en sera-t-il pour elles? Au final, c'est trier entre les soignants, le principe même de dire que les uns seraient plus méritants choque tout le monde". 

Alors que le premier ministre a également annoncé la majoration des heures supplémentaires à hauteur de 50%, pendant la crise sanitaire, le SNPI considère : la majorité des heures supplémentaires n'étant "ni payées, ni récupérées, les effets vont être limités."

Dernier point soulevé par le SNPI : les Ehpad et les services du médico-social sont "en grande souffrance". Ils "doivent bénéficier sans attendre, des mêmes mesures que les hôpitaux". Le premier ministre avait annoncé mercredi que des primes, dont les modalités de financement devaient être discutées avec les conseils départementaux, allaient être aussi octroyées aux soignants des Ehpad, rappelle-t-on. 

Dualité Public-Privé

"Seuls les fonctionnaires seront 'récompensés' et non tous", a regretté la fédération des personnels des services publics et des services de santé FO (Force Ouvrière). "Une fois de plus le gouvernement joue la division et privilégie les finances à l'humain", estime FO. 

FO dénonce aussi des mesures "à géométrie variable", qui "ajouteront de la confusion et de la colère auprès des hospitaliers". La fédération réclamera, dit-elle, "un engagement écrit sur un nouvel agenda social" ainsi que le "retrait immédiat de la loi de la transformation de la fonction publique, de la loi Ma santé 2022 et du projet de réforme des retraites". 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

Collectif inter-urgences : l’engagement dans la peau (sept 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “Primes pour les soignants : des mesures jugées insuffisantes”

  1. bb0d0b86360b752b3db553fc896628ef dit :

    En étant infirmière libérale je ne peux pas laisser passer un tel commentaire ! Ce n’est pas que pour l’argent que nous faisons du libéral, c’est pour une relation plus humaine avec le patient,une liberté dans la gestion de nos horaires et de nos soins,etc..je travaille 12h par jour ,en plus des soins plus ou moins lourds je rends aussi de petits services tel acheter du pain,poster une lettre ou autre..nous avons des charges sociales dignes d’un ministre !il y a des infirmières qui n’ont plus d’appels depuis le confinement et c’est mon cas,je ne demande aucune aide car effectivement d’autres personnes en ont plus besoin mais j’ai quand même une perte de salaire,bref si on est si bien lotie pourquoi ne vous mettez vous pas a votre compte aussi?

  2. ZUN ZUN dit :

    Je ne sais plus qui croire, quoi penser.Que nous réserve l’avenir ?

  3. fbrc dit :

    Bonjour, afin de donner l’information complète concernant la dualité public/privé, je cite le communiqué du ministère : “Les personnels des établissements de santé privés lucratifs et à but non lucratifs seront également concernés, et des contacts seront pris avec leurs fédérations pour arrêter avec elles les modalités de versement de la prime.”
    https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/prime-soignants

  4. Lorenzo Trublion dit :

    Bravo Aurélie. C’est une réponse logique, pleine de bon sens et de civisme.
    Ne vous laissez pas manipuler par FO et consorts et gardez ça a l’esprit.. c’est vous qui êtes dans vrai
    Encore bravo

  5. Sabine Sanders dit :

    En fait quand tubtaf dans le privé et que tu as choppé cette merde.. C’est au bon vouloir de l’employeur la prime?.. Donc je dois me faire une raison.. Mdr..
    Revalisation des salaires merde! on taf comme à l’usine..

  6. alrsofia dit :

    Bonjour
    Je lis régulièrement vos publications je constate que vous ne parlez jamais des élèves aides soignants qui sont eux aussi au front. Parfois sans protection et ramènent leurs tenues à domicile au risque de contaminer leurs familles et pour certains on 0 euro pour leur travail. C’est injuste de les oublier car ils font parti de la relève et ont autant de mérite que tous les autres soignants.

  7. Aurélie S.A dit :

    Bonjour, en tant qu’infirmière en post réa où le service est lourd et débordé. Je dirais que toutes ces primes c’est une folie, car bientôt arrivera la crise financière pour bcp. Et là le pays s’endettera encore et encore. Donnons à ceux qui en ont le plus besoin. Nous risquons nos vies mais que devrions-nous dire des forces de l’ordre qui risquent leurs vies chaque jour, durant les gilets jaunes, les attentats, les courses poursuites… et. Personnellement pourquoi pas une petite valorisation du salaire de 100 euros suffirait. Quand on sait que bcp de travailleurs indépendants tomberont et seront dans l’inquiétude du devenir de leurs familles. Quand je pense qu’une infirmière libéral (sur tf1) justifiait un valoir de primes pour quelles raisons ? Tu n’as pas mentionné que tu avais perdu des patients et donc une baisse de tes revenus. Avec les primes on pourrait plutôt donner a ceux qui n’ont pas travaillé et se retrouveront sans salaire malheureusement, avec les primes on pourrait acheté des masques pour les Français et les protéger. Votre avidité pour l’argent vous perdra, bientôt la crise financière arrive… à cause de nos plaintes et le gouvernement dupé malheureusement, le pays ne pourra plus sortir la tête de l’eau.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
309 rq / 3,332 sec