AP-HP : un essai randomisé teste la prévention de l’infection Covid chez les soignants

L'essai vise à évaluer, versus placebo, l'impact de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine sur la prévention de la contamination par le SARS-CoV-2 chez les personnels hospitaliers de l'AP-HP à 40 jours de traitement. 

AP-HP : un essai randomisé teste la prévention de l'infection Covid chez les soignants

Les chiffres sont alarmants : au 12 avril, 3610 professionnels de l'AP-HP étaient ou avaient été infectés par le Covid-19 depuis le début de l'épidémie. Parmi eux, huit étaient encore hospitalisés dans un service de réanimation, cinq en étaient sortis et trois étaient décédés, a fait savoir l'AP-HP dans un communiqué.

"Une prophylaxie pourrait être très utile associée aux gestes barrières (lavage des mains, masque)", indique l'AP-HP, qui a lancé mardi un essai randomisé mené sur de premiers professionnels hospitaliers. 

Huit premiers hôpitaux de l'AP-HP (Ambroise Paré, Avicenne, Broca, Cochin, Necker Enfants malades, européen Georges-Pompidou, Saint-Antoine et Pitié Salpétrière) vont participer aux inclusions pour cet essai clinique de prévention d'infection Covid-19, qui a débuté le 14 avril. 

"300 soignants seront inclus dans le groupe de traitement, soit 900 au total", indique l'AP-HP. 


Les soignants seront testés pour l'infection Covid-19 en début et en fin de protocole par PCR et sérologie. Des électrocardiogrammes seront réalisés à plusieurs temps durant l'essai "pour s'assurer de la sécurité des soignants inclus", ajoute l'AP-HP. 

"L'efficacité du traitement préventif sera comparé entre le bras placebo et le bras hydroxychloroquine d'une part, et entre le bras placebo et le bras azithromycine d'autre part. En cas d'efficacité du traitement préventif dans le bras hydroxychloroquine et le bras azithromycine, une comparaison des deux bras de traitement (hydroxychloroquine versus azithromycine) pourra être réalisée". 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “AP-HP : un essai randomisé teste la prévention de l’infection Covid chez les soignants”

  1. Lionel-13 dit :

    Bonjour
    .
    J’ai du mal avec le seul chiffre de 3610 professionnels, à me faire une idée de l’étendue des dégâts provoqués par la seule exposition aux patients infectés CoViD-19. C’est vrai que c’est triste si c’est par manque de protections. Maintenant si on compte l’ensemble des soignants et personnels technique de l’assistance publique des hôpitaux de Paris on arrive plus ou moins à 76 000 employés.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Assistance_publique_-_H%C3%B4pitaux_de_Paris
    .
    Selon les chercheurs de l’Imperial College, la France compte en moyenne un taux de pénétration du SRAS-COV-2 de 3%:
    https://www.lesechos.fr/monde/europe/covid-19-un-europeen-sur-vingt-serait-deja-infecte-1190793
    .
    Ainsi on obtiendrait statistiquement déjà un peu plus de 2100 contaminés au sein du personnel. Le chiffre de 3610 (50% plus élevé) est il significatif dans une région particulièrement touchée (il existe une grande disparité de répartition du CoViD-19 selon les territoires)?
    .
    Il n’en demeure pas moins que les résultats de traitement par antibiothérapie semble faire des émules (Le Dr Sabine Paliard-Franco, a guéri 100% de ses patients atteints du coronavirus.)…
    https://www.lessymboles.com/le-dr-sabine-paliard-franco-a-gueri-100-de-ses-patients-atteints-du-coronavirus/
    https://www.estrepublicain.fr/sante/2020/04/11/un-medecin-mosellan-constate-l-efficacite-d-un-protocole-a-base-d-azithromycine
    Sans parles des études du Pr Raoult…
    .
    Vu sa facilité de prescription c’est un bel espoir pour les personnes vulnérables: ” il s’agit d’un traitement antibiotique simple familier prescrit par medecin de famille selon ses compétences ,apres réflexion personnelle; surveillé par le prescripteur et son equipe de soignant; complété selon des éléments cliniques appris ,apparus et recherchés durant l’evolution; rien d’extraordinaire pour un medecin de famille,c’est son quotidien depuis le premier jour de son activité liberale.”
    https://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2020/04/15/mal-proteges-mal-informes-les-medecins-de-ville-amers-de-la-gestion-de-la-crise_322307#gps_comments_thread
    🙂
    surtout qu’avec 3% de personnes contaminées notre immunité de groupe est loin d’être assurée et nous place comme des candidats potentiels à un nouvel épisode…
    :-/
    .
    Nul doute que nous devrions y voir plus clair à ce sujet dans les prochains jours
    .
    Lionel

Réagir à cet article

retour haut de page
272 rq / 1,247 sec