Soignants en Guyane, face au Covid-19

En Guyane, dans les dispensaires, l’esprit de débrouille domine, tout comme l’entraide entre professionnels de santé. Au cours de l’été 2020, la Réserve sanitaire est venue en appui face à une forte recrudescence des cas de Covid-19. Cet article est initialement paru dans le n°39 d'ActuSoins Magazine (décembre, janvier, février 2021). 

Plus que le fleuve, ce qui unit les soignants du Maroni (fleuve qui sépare la Guyane et le Surinam), c’est un esprit d’aventure, de débrouille. Accidents domestiques à la machette ou dans des camps d’orpaillage, accouchements inopinés, accidents de pirogue, morsures ou piqûres dans une faune tropicale hostile… sont ici monnaie courante. Dans les centres délocalisés de prévention et de santé (CDPS), le relais se passe, de garde en astreinte, et les échanges sont permanents : conseils glissés avant une intervention, mise à plat d’un protocole, partages d’expérience… Être soignant en milieu isolé nécessite en effet de se tenir prêt à l’imprévisible et de gérer la surprise en équipe réduite. Médecins, infirmières, infirmiers ou sages-femmes viennent ici pour vivre une expérience… utile.

Le Centre de santé est pour eux un repère qui devient presque un lieu de vie, leur centre de gravité. Les soignants viennent ici et repartent, souvent sur des contrats courts de six mois ou un an. Une situation qui génère un sous-effectif chronique. Parfois, les soignants poursuivent l’expérience et mettent le cap sur un nouveau centre de santé, sur l’Oyapock ou ailleurs en Outre-mer. Il arrive qu’ils posent leurs valises, maîtrisent la langue du fleuve et s’installent pour longtemps parmi la population locale.

Durant l’été (2020), ils ont eu également à gérer la crise sanitaire du COVID-19 (à contretemps par rapport à la métropole) avec l’aide de la Réserve sanitaire. Médecins, infirmier(e)s, épidémiologistes, etc. sont venus prêter main forte aux effectifs déjà sur place.

Textes et photos : Thibaud Vaerman/Hans Lucas

Je m'abonne à la newsletter

actusoins magazine pour infirmière infirmier libéralCet article est paru dans le n°39 d'ActuSoins Magazine (décembre, janvier, février 2021)
Il est à présent en accès libre. 
ActuSoins vit grâce à ses abonnés et garantit une information indépendante et objective.
Pour contribuer à soutenir ActuSoins, tout en recevant un magazine complet (plus de 70 pages d'informations professionnelles, de reportages et d'enquêtes exclusives) tous les trimestres, nous vous invitons donc à vous abonner. 

Pour s' abonner au magazine (14,90 €/ an pour les professionnels, 9,90 € pour les étudiants), c'est ICI

Abonnez-vous au magazine Actusoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
894 rq / 3,262 sec