Un escape game au secours des troubles musculo-squelettiques

Aipals, un service héraultais de santé au travail, propose aux entreprises qu'il accompagne un escape game itinérant dédié aux troubles musculo-squelettiques (TMS). Les énigmes à résoudre à travers ce jeu, permettent aux salariés, d'être sensibilisés sur ces pathologies qui touchent les articulations et d'acquérir les connaissances utiles pour les prévenir.

Le rendez-vous a lieu dans le cabinet d'un médecin du travail. Un décor créé exprès pour l'escape game. Tout y est : table d'auscultation, bureau et meuble de rangement, au mur des énigmes, un squelette dans un coin pour tester ses connaissances en anatomie. « Les participants doivent résoudre des énigmes qui leur permettent d'aborder différentes situations, avec pour objectif final, de devenir acteur de leur santé au travail », résume Frédéric Bonnet, directeur adjoint d'Aipals, association qui accompagne 3600 entreprises de l'est héraultais, et suit leurs 42 000 salariés.

Selon l'association, les TMS représentent 80 % des maladies professionnelles. Des pathologies en augmentation constante. « C'est la maladie du siècle ! » Et tous les métiers peuvent être concernés, aussi bien au bureau que dans le bâtiment, le nettoyage, les métiers d'aide et de soins à la personne, entre autres. « Les actifs n'ont pas toujours conscience de ces pathologies », indique le directeur. Ni que les points de prévalence de ces troubles sont les poignées, mains, coudes, épaules, ou cervicales.

L’escape game inauguré en novembre dernier, va les aider, de même que leurs dirigeants, à intégrer ces notions.

mes debuts idel

Le jeu démarre sur le rendez-vous chez un médecin du travail, de salariés sur qui des troubles ont été diagnostiqués. Par groupe de quatre à six, les joueurs ont 25 minutes pour passer à l'action : répondre à des questions, décrypter des infographies qui permettent d’aborder les notion de bruit, de stress, de douleurs du dos… déchiffrer des combinaisons pour ouvrir des coffres, reconstituer un puzzle qui illustre une posture propice aux TMS et le conseil associé, répondre à des questions...

« Les actions de prévention souvent dispensées selon un format théorique rébarbatif », précise le directeur. Le ludique a paru plus pertinent à l’équipe d’Aipals pour faire passer plus facilement les messages de prévention. Une porte d'entrée pour des conseils durables. « Cette approche permet aussi de créer de la cohésion au sein des entreprises », indique-t-il. Et d'atteindre des personnels qui n'auraient pas pu être sensibilisés autrement.

Le cabinet fictif a été aménagé dans la remorque d'un long camion rose, l’ancien « camion des visites médicales » devenu celui des formations que l'association utilise pour aller au devant des entreprises. « Nous fonctionnons par campagne d'une semaine par mois dans la configuration Escape game auprès d’entreprises volontaires », indique Évelyne Cance, responsable du pôle technique d’Aipals.

Une quinzaine d’entreprises ont été demandeuses depuis que le jeu a été lancé, soit pour l'instant un peu plus d'une centaine de salariés touchés. Le camion a d'autres fins plus généralistes, comme la prévention sur des sujets divers : les addictions, les risques psychosociaux, la qualité au travail ou les manutentions, où interviennent des médecins, des ergonomes, et les infirmiers d'Aipals chargés par ailleurs du suivi individuel des salariés. « Aller vers les entreprises permet de mettre en corrélation, l’activité, l’environnement et l’organisation du travail, tous source potentielle de troubles musculo-squelettiques. »

Forte des bons retours des salariés et de leurs dirigeants, sur cet escape game, Aipals travaille actuellement à la mise au point d’un format « enquête policière » pour aborder l'accident chimique en entreprise. Les infirmiers et les préventeurs y participent pour de la partie métier. L’association envisage de se diversifier en faisant aussi, un travail auprès du grand public. « La problématique rencontrée dans une entreprise, celle d'à côté la rencontre aussi », résume l’expert de la santé au travail.

Myriem Lahidely

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
264 rq / 1,834 sec