Retraites : prendre en compte les “spécificités hospitalières”

La fédération hospitalière de France (FHF) a émis des critiques et formulé plusieurs propositions pour prendre en compte "les spécificités hospitalières", dans le cadre du projet de création d'un régime universel. 

Retraites : prendre en compte les spécificités hospitalièresLa FHF regrette "de ne pas avoir été associée à la réflexion" concernant la réforme et "ne pas avoir été consultée par les sujets ouverts à concertation". Elle estime que le projet de réforme "ne prend pas en compte les spécificités hospitalières" et "risque de faire des professionnels hospitaliers [...] exposés à des facteurs de pénibilité des 'perdant' du nouveau régime universel". 

La FHF a néanmoins souligné être favorable à la mise en place d'un régime universel de retraite, faisant valoir que "les fonctionnaires et contractuels exerçant les mêmes métiers et travaillant dans les mêmes conditions" auront accès aux mêmes droits à la retraite". 

Au sujet de la prise en compte de la pénibilité, la FHF juge que le "passage au compte professionnel de prévention [ C2P] n'apparaît pas comme une solution pragmatique et juste". Elle prône l'intégration de "nouveaux critères" au C2P, dont ceux pour "postures pénibles" et "manutention manuelle des charges" que comportait le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P). 


Pour la fédération, les "critères d'appréciation de la pénibilité ne sont pas adaptés" aux métiers de la fonction publique hospitalière (FHF), et "seuls les critères 'travail de nuit' et 'travail en équipes successives alternantes' pourraient être applicables". 

Selon la FHF, cela signifierait qu'une aide-soignante travaillant de jour "ne peut plus bénéficier d'un départ anticipé". Autre inquiétude : le départ anticipé ne serait que de 10 trimestres au maximum, "contre 5 ans dans le cadre de la catégorie active". 

La mesure de la pénibilité serait aussi "individuelle" et romprait avec "l'approche métier qui prévalait et assurait une cohésion professionnelle". La FHF est ainsi favorable "au maintien d'une approche métiers" ou à une "approche croisant métiers et secteur d'affectation". 

Toujours sur la pénibilité, la FHF s'est dite favorable à la "réflexion ouverte par le projet de réforme sur la cessation progressive d'activité", et ce, "sous réserve du financement par le régime universel du mi-temps payé temps plein aux personnes exposées à un critère de pénibilité pour leurs trois dernières années de carrière". 

La FHF réclame également que l'âge de départ légal établi à 60 ans pour les infirmiers autrefois en catégorie B ayant le choix d'être reclassés en catégorie A soit maintenu à titre transitoire. 

La fédération estime en outre que les droits anticipés doivent être définis par rapport à l'âge d'ouverture des droits, et non pas par rapport à un âge d'équilibre. 

Source et complément informatif : APMnews.com

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
252 rq / 7,017 sec