Les étudiants en soins infirmiers mobilisés aujourd’hui pour dénoncer les frais complémentaires demandés dans les IFSI

Les étudiants en soins infirmiers se sont mobilisés ce matin devant les différents conseils régionaux de France, pour protester contre les frais complémentaires« illégaux » demandés dans les IFSI et pour demander un meilleur accès aux services universitaires. Reportage à Marseille.

Les étudiants en soins infirmiers mobilisés aujourd’hui pour dénoncer les frais complémentaires demandés dans les IFSI

© M.S / ActuSoins.

Ils sont venus de Salon de Provence, d’Avignon, ou encore de Nice pour défendre leurs droits et ceux des futures générations d'étudiants. Aujourd’hui, une cinquantaine d’ESI se sont rassemblés à Marseille, à l’appel de la Fnesi (Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers). « ESI en colère ! On est tous là pour ce combat encore une fois », scandent-ils en chœur.

Le choix d’une mobilisation devant l’Hôtel de région n’est pas un hasard. C’était une volonté forte de la Fnesi, même. « Ce sont les régions qui attribuent les subventions aux établissements de santé, lesquels les redistribuent aux IFSI », rappelle Félix Ledoux, référent mobilisation PACA pour la Fnesi.

Les étudiants en soins infirmiers mobilisés aujourd’hui pour dénoncer les frais complémentaires demandés dans les IFSI

© M.S / ActuSoins

Le problème ? Les subventions ne sont pas à la hauteur des attentes et les IFSI, pour fonctionner, doivent souvent demander des frais de participation supplémentaires aux étudiants. « Les étudiants s’acquittent déjà de frais importants, liés au statut d’étudiant : 170 euros de frais d’inscription et 91 euros de CVEC, détaille Félix Ledoux. A ces frais ‘légaux’ s’ajoutent des frais pédagogiques complémentaires et la plupart du temps illégaux, ainsi que des frais de tenue, des frais de matériel… ».

Ainsi, un étudiant en soins infirmiers peut régler jusqu’à 335 € par an de frais complémentaires.

Trop de charges, pas assez d'aides

Les étudiants en soins infirmiers mobilisés aujourd’hui pour dénoncer les frais complémentaires demandés dans les IFSI

© M.S / ActuSoins

« Dans notre IFSI, on nous demande d’acheter nos blouses, nos pantalons et nos chaussures de travail. C’est hors de prix, d’autant que si l’on respecte les règles d’hygiène, nous devons nous changer tous les jours. Cela signifie que nous devons nous procurer 4 à 5 tenues au minimum. La mise à disposition de ces tenues ainsi que leur entretien devraient être prises en charge par l’IFSI », s’insurge Céline, une étudiante venue de Salon-de-Provence.

Ailleurs, les tenues sont parfois fournies, mais « à minima », précise une étudiante de l’IFSI Saint-Jacques à Marseille. « Ici, on nous fournit quatre blouses et deux pantalons. Sachant que nous devons porter nos blouses même en cours, c’est insuffisant », explique-t-elle.

Les étudiants en soins infirmiers mobilisés aujourd’hui pour dénoncer les frais complémentaires demandés dans les IFSI

© M.S / ActuSoins

Les revendications financières ne s’arrêtent pas aux frais pédagogiques et aux frais de fonctionnement. « Les bourses sont versées tardivement, les étudiants boursiers doivent donc souscrire des prêts étudiants, travailler le week-end, et avancer des frais qu’ils ne devraient même pas avoir à payer », indique Félix Ledoux qui note par ailleurs des « soucis récurrents relatifs aux versements des indemnités de stage, aux versements des indemnités kilométriques ».

« Certains IFSI ont décidé de ne pas verser d’indemnités sur les stages dits de rattrapage. C’est une interprétation des textes totalement erronée. Quant aux indemnités kilométriques, certains IFSI proposent leur propre grille, défavorable aux ESI. Il faudrait harmoniser les pratiques, les uniformiser ».

Peu d’accès aux services étudiants

Les étudiants en soins infirmiers mobilisés aujourd’hui pour dénoncer les frais complémentaires demandés dans les IFSI

© M.S / ActuSoins

Autre point sensible soulevé par le référent Fnesi PACA, «  les étudiants en soins infirmiers n’ont pas accès aux mêmes services que les autres étudiants ».

« Rien n’est fait pour réduire nos coûts », confirme Estelle, étudiante en deuxième année dans un IFSI de Marseille. « Nous avons certes accès au restaurant universitaire, mais comme il se situe à 40 minutes de l’IFSI et que nous n’avons qu’une heure de pause, impossible d’en profiter. La solution est de manger à la cafétéria de l’IFSI, mais c’est bien plus cher ! ».

Les étudiants en soins infirmiers mobilisés aujourd’hui pour dénoncer les frais complémentaires demandés dans les IFSI

© M.S / ActuSoins

Même son de cloche de la part d’une autre étudiante qui elle, regrette de ne pas pouvoir bénéficier d’un logement étudiant. « Je suis mes études à l’IFSI de Salon-de-Provence car c’est là que j’ai réussi mon concours. Je suis éloignée géographiquement de ma famille et j’ai donc pris un studio pour me loger. Or, rien n’est proposé pour les étudiants à Salon-de-Provence ».

Pour pallier ces difficultés, la Fnesi exige « des conventions avec les acteurs de terrain pour ouvrir des services au plus proches des étudiant.e.s », fait savoir un tract distribué aux participants et aux passants. 

Un peu d’espoir

Les étudiants en soins infirmiers mobilisés aujourd’hui pour dénoncer les frais complémentaires demandés dans les IFSI

© M.S / ActuSoins

En fin de matinée, une délégation a été reçue à l’hôtel de région par Romain Simmarano, conseiller en charge de l'Enseignement supérieur et de la recherche. "Il a été à l'écoute de nos revendications et s'est engagé à uniformiser au maximum et rapidement  les bonnes pratiques relatives aux indemnités kilométriques, aux indemnités de stage et aux frais des étudiants", rapporte Félix Ledoux. 

Les étudiants en soins infirmiers mobilisés aujourd’hui pour dénoncer les frais complémentaires demandés dans les IFSI

© M.S / ActuSoins

"Il doit maintenant faire le point et reviendra vers nous avec des réponses concrètes en fin de semaine".  Une instance de discussion entre ARS, IFSI, établissements et représentants de ESI pourrait également être créée d'ici 2020, indique Félix Ledoux.

M.S

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
245 rq / 2,097 sec