Pour les étudiants en soins infirmiers, la rentrée coûte 2622,87 euros

Cette année, les étudiants en soins infirmiers payeront 2622,87 € pour la rentrée. Soit 337,87 € de plus que les autres étudiants de l'université, dénonce la Fnesi dans un communiqué. 

Pour les étudiants en soins infirmiers, la rentrée coûte 2622,87 eurosCette somme comprend les frais de la vie courante, récurrents au cours des différents mois de l'année (loyer et charges locatives, alimentation, loisirs, téléphonie et internet, vêtements et produits d'hygiène et d'entretien) ainsi que les frais spécifiques à la rentrée universitaire (frais d'inscription et frais annexes propres à la formation infirmière, contribution à la vie étudiante et campus, frais d'agence, souscription à une assurance logement, à une complémentaire santé, la visite médicale obligatoire en lien avec la discipline réalisée et le matériel pédagogique spécifique). 

Ce qui explique l'écart avec les autres étudiants : l'achat de tenues, de chaussures, de ciseaux, de pinces, de livres... Mais aussi les frais "pédagogiques" en IFSI public, et la consultation médicale. 

Tenues et  chaussures et matériel toujours aux frais des ESI

"Les ESI sont contraints de se munir de tenues professionnelles pour leur apprentissage. Ce matériel est nécessaire au bon suivi de la formation. Pour autant, bien que les IFSI soient responsables des normes d'asepsie et d'hygiène qui prévalent dans l'environnement hospitalier, ils imposent à leurs étudiant.e.s d'acheter des tenues coûtant jusqu'à 170€ le lot. De plus, les ESI ne peuvent en aucune façon assurer un entretien normalisé de ces tenues qui doivent être soumises à des températures et produits spécifiques", explique la Fnesi, qui demande aux établissements la prise en charge des tenues (la mise à disposition et l'entretien) et des chaussures.

Même constat pour le matériel. "Force est de constater le manque de matériel sur les lieux de stages. Les étudiant.e.s voulant optimiser leurs chances de réussite et être dans un climat d'apprentissage conforme, se retrouvent à devoir acheter eux-même du matériel d'usage quotidien dans la pratique des soins infirmiers. Nous voyons ainsi des achats tel qu'une paire de ciseaux et une pince, devenir une pratique courante", regrette la Fnesi. "Ce matériel contribuant à la réussite des étudiant.e.s à faire partie intégrante des outils pédagogiques. Il doit en ce sens être pris en charge par la région qui a la responsabilité des frais pédagogiques de la formation en soins infirmiers depuis la loi de décentralisation". 

Quant aux livres, dans lesquels les ESI doivent investir à la demande des IFSI,  la Fnesi demande "qu'un système de prêt de livres soit mis en place et que des investissements dans les espaces numériques de travail soient réalisés pour éviter ces coûts". 

Augmentation des frais pédagogiques

La hausse des frais pédagogiques "imposés par les IFSI" (60,73€ en 2019 contre 38,35 € en 2018) fait aussi réagir la Fnesi. Ces frais s'ajoutent aux 170€ de droit d'inscription et aux 91€ de CVEC. 

"Ils sont parfois réclamés sans justification et d'autres fois légitimés par des motifs divers non recevables comme les coûts d'unités d'enseignements obligatoires à l'obtention du diplôme, comme la formation aux gestes de soins d'urgence (FGSU), le WIFI, les espaces numériques de travail, les photocopies, les coûts de bibliothèque universitaire", explique la Fnesi, qui "exige" la suppression des frais pédagogiques demandés aux ESI dès la rentrée 2019 et qui demande que les Régions allouent les subventions nécessaires au fonctionnement total des instituts. 

Consultation médicale 

Pour diminuer les frais, la fédération étudiante demande aussi que l'ensemble des établissements prennent en charge l'intégralité des consultations médicales nécessaires pour la formation. "Au moins une consultation chez le médecin généraliste est nécessaire avant la rentrée en IFSI pour les étudiant.e.s en soins infirmiers néo-arrivant afin de vérifier la vaccination et si besoin rédiger une ordonnance pour une radio pulmonaire ou des examens complémentaires". 

ESI boursiers : les "perdants du système défaillant français", selon la Fnesi

"Les étudiants en soins infirmiers pâtissent une fois encore d'un traitement différent les marginalisant du droit commun de l'enseignement supérieur", selon la Fnesi, qui explique que ces derniers, "sous prétexte d'une faille administrative ou organisationnelle" doivent avancer les frais d'inscription (frais d'inscription+ CVEC). 

"Le mois de septembre s'annonce rude pour ces étudiants qui sont déjà soumis à des critères sociaux, car en plus de ne pas avoir d'exonération, ils/elles se voient attribuer leur bourse bien plus tard que les autres. Ils/elles doivent donc avoir recours à des prêts à l'amiable, ou à défaut, souscrire à des prêts étudiants". 

Par ailleurs, 76,5% des ESI estiment être obligé.e.s de travailler pour subvenir à leurs besoins financiers, ajoute la fédération. 

La Fnesi demande que la compétence en matière des bourses des formations sanitaires et sociales soit transférée des régions au CNOUS. "Les étudiant.e.s en soins infirmiers sont des étudiant.e.s de l'enseignement supérieur, ils doivent être considérés en tant que tels sur tous les aspects. Ainsi, nous demandons qu'il/elle ait les mêmes acteurs d'attribution des aides sociales". 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Les revendications de la FNESI 

➔ Pour la sécurité des patient.e.s, des étudiant.e.s et de leur entourage, la FNESI demande aux établissements la prise en charge des tenues (la mise à disposition et l’entretien), des chaussures indispensables à la formation et à l’apprentissage.

➔ Les ciseaux et les pinces contribuent à la réussite des étudiant.e.s, ils font partis des outils pédagogiques . Ils doivent en ce sens être pris en charge par la région qui a la responsabilité des frais pédagogiques de la formation en soins infirmiers depuis la loi de décentralisation.

➔ La FNESI demande qu’un système de prêt de livres soit mis en place et que des investissements dans les espaces numériques de travail soient réalisés pour éviter les coûts liés à l’achat des livres.

➔ La FNESI demande que les Régions allouent les subventions nécessaires au fonctionnement total des instituts.

➔ La FNESI demande que l’ensemble des établissements appliquent la législation en prenant en charge l’intégralité des consultations nécessaires pour la formation.

➔ La FNESI demande un transfert de la compétence des bourses des formations sanitaires et sociales des Régions au CNOUS.

➔ La FNESI demande une intégration organique des IFSI à l’Université .

➔ La FNESI exige que tous les frais complémentaires relatifs à l’inscription (hors acquittement de la CVEC 91€ et droits annuels d’inscription 170€) soient supprimés dès la rentrée 2019 .

➔ La FNESI demande l’identification claire de tous les frais incombant à la formation sur Parcoursup.

➔ La FNESI demande que le MESRI prenne des mesures nécessaires afin de régulariser les situations de publicité mensongère et de réparer les différents préjudices causés aux étudiant.e.s.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Pour les étudiants en soins infirmiers, la rentrée coûte 2622,87 euros”

  1. ide54_78 dit :

    Les revendications de la FNESI

    ➔ Pour la sécurité des patient.e.s, des étudiant.e.s et de leur entourage, la FNESI demande aux établissements la prise en charge des tenues (la mise à disposition et l’entretien), des chaussures indispensables à la formation et à l’apprentissage : pour les tenues, AVANT elles étaient fournies, mais petit à petit les établissement s’en sont départis, et la Fnesi n’a jamais rien dit; maintenant bon courage pour réagir. C’est avant qu’il fallait se bouger 😉 qu Pour les chaussures, si elles sont fournies et entretenues, alors attention, le fournisseur pourra en imposer des contraintes (le problème est actuellement posé dans mon établissement, et je vous garantis que c’est pas forcément bon comme demande 😉 )

    ➔ Les ciseaux et les pinces contribuent à la réussite des étudiant.e.s, ils font partis des outils pédagogiques . Ils doivent en ce sens être pris en charge par la région qui a la responsabilité des frais pédagogiques de la formation en soins infirmiers depuis la loi de décentralisation. –> la fnesi réflechit ??

    • ide54_78 dit :

      suite de mon message cause interruption : quant à dire que l’entretien des tenues nécessite des produits et températures spécifiques, attention ! cela ne concerne que qq cas particuliers, dans la majorité des cas….un lavage classique suffit 😉 Autant le demande est justifiée, autant les arguments ne sont pas très bien choisis, un rappel des régles du CdT suffit.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
257 rq / 7,666 sec