Coordination entre professionnels : trois formules en libéral

Au mois de mai, ActuSoins vous propose une série d'articles de présentation de différentes conférences et tables rondes du salon infirmier. 

Coordination entre professionnels : trois formules en libéral

Une des tables rondes du 21 mai tracera un panorama des possibilités de coordination et de coopération locale entre professionnels libéraux dont le gouvernement veut accélérer le développement.

Certaines sont très légères en termes d’organisation et d’implication, comme les équipes de soins primaires (ESP) que présentera Ghislaine Meillerais, infirmière libérale (idel) et vice-présidente de l’URPS infirmiers des Pays-de-Loire. 

Cette Union et celle des médecins libéraux expérimentent un modèle original d’ESP. Il suffit d’un médecin et d’un autre professionnel (souvent un infirmier libéral), au moins, explique-t-elle, qui co-écrivent un projet de santé et sont reliés à une messagerie sécurisée. Pas besoin de structure juridique : une association se charge de recevoir les subventions de l’ARS et de les redistribuer pour les actions de coordination menées par les différentes équipes, explique l’idel. « Nous avons treize projets de santé déposés, dont onze fonctionnent déjà et une quarantaine d’autres sont en préparation », souligne-t-elle. 

MSP, CPTS… Créer de la fluidité 

Une autre infirmière libérale présentera le modèle de la MSP, plus connu, tandis que David Guillet, idel en sud Mayenne et président de l’URPS Pays-de-Loire, évoquera les Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS). Ce modèle consiste, sur un territoire de 20 000 à 120 000 personnes, explique-t-il, à « créer de la fluidité » dans la prise en charge des personnes dépendantes ou en risque de le devenir, pour coordonner les réponses à leurs besoins et éviter les ruptures dans leur parcours de soin. 


Une organisation pionnière de ce type, reconnue aujourd’hui comme une CPTS, s’est créée dans son secteur il y a six ans. Elle associe des médecins, des idel, des pharmaciens mais aussi les établissements hospitaliers, des services médico-sociaux et sociaux. Et elle a fait ses preuves : « un patient inclus dans la CPTS du sud Mayenne reste trois jours de moins en soins de suite qu’un patient lambda, remarque David Guillet, et sa qualité de vie à domicile est améliorée car des réponses adaptées sont apportées sans délai à ses besoins. » 

Géraldine Langlois

Je m'abonne à la newsletter

 

Table ronde « Exercice libéral ».  A domicile, coordination, travail d'équipe : comment s'organiser?

Mardi 21 mai De 16 h à 17 h 30, au salon infirmier

Paris Expo – Porte de Versailles – Pavillons 7.2 / 7.3 

L'équipe d'ActuSoins sera présente au salon infirmier sur le stand A3. 

 

Pour aller plus loin, lire aussi : 

CPTS Communauté professionnelle territoriale de santé : les infirmiers doivent s’impliquer (Fev 2019)

Les CPTS Communautés professionnelles territoriales de santé, clé de l’exercice coordonné du futur (dec 2018)

Un infirmier libéral à la tête d'une équipe de soins primaires (Fev 2019)

L'infirmier libéral, un acteur clé de la coordination (janv 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
338 rq / 2,542 sec