Présidentielle : la grande concertation des infirmiers par l’Ordre, pour soumettre des propositions aux candidats

L'Ordre National des infirmiers a lancé la semaine dernière une plateforme pour inviter les infirmiers à soumettre des propositions aux candidats à l'élection présidentielle. 

Présidentielle : la grande concertation des infirmiers par l'Ordre, pour soumettre des propositions aux candidats

Page d'accueil de la plateforme, diffusée aux professionnels. S'en suivent des propositions, sur lesquelles les infirmiers donnent leur avis.

A l'heure de la rédaction de cet article, le questionnaire a déjà recueilli plus de 11 400 réponses. Pour l'instant, seuls les inscrits au tableau ordinal et dont l'adresse mail est connue par l'instance (soit 180 000 personnes) ont reçu le lien, permettant de se connecter et de donner son avis. Mais l'Ordre veut toucher toute la profession et pense aux solutions pour atteindre les autres professionnels, sans rendre pour autant la plateforme totalement accessible au public (le risque serait de permettre à une population non représentative de donner un avis au nom des infirmiers). L'instance envisage aussi d'élaborer un questionnaire dédié aux étudiants en soins infirmiers. 

"On demande aux infirmiers de donner leur avis sur des propositions que nous allons soumettre aux candidats, explique Karim Mameri, secrétaire général de l'ONI. L'idée est de prendre en compte l'opinion des infirmiers, pour savoir si ces propositions sont conformes aux attentes du terrain et s'il faut les amender. Elles seront hiérarchisées selon les remontées". 

Le questionnaire interroge sur une dizaine de thématiques : Conditions de travail, qualité et sécurité des soins, prévention, présence d'infirmiers conseillers dans les ministères,  développement d'une "véritable" filière universitaire. Et propose des solutions à valider...ou non. 

"Plus de 1500 élus de l'ONI ont permis d'établir ces propositions en faisant remonter du terrain un certain nombre d'attentes. On demande maintenant aux infirmiers de donner leur avis, avec la possibilité de noter des commentaires" souligne Karim Mameri. 

Les conditions d'exercice pointées du doigt

Comme les organisations associatives et syndicales, l'ONI déplore les conditions d'exercice actuelles des infirmiers en France. Sur la plateforme, la thématique est pour l'instant placée en priorité n°2, juste après le maintien d'un système d'Assurance maladie solidaire. 

"Aujourd'hui, les infirmiers veulent du temps pour faire correctement leur travail. Beaucoup sont en souffrance et parfois même en burn-out, parce que la productivité exigée provoque une rupture totale avec leurs valeurs professionnelles" explique Karim Mameri. 

Ainsi, l'Ordre propose de renforcer les normes de qualité et de sécurité des soins pour permettre la prise en charge globale du patient, notamment en définissant un nombre maximum de patients par infirmier, selon les secteurs d’activité, dans les établissements de soins. Dans la même thématique, il suggère de systématiser le compagnonnage (accompagnement par un infirmier senior) dans la prise de nouvelles fonctions et d'assurer un encadrement de proximité dans les services, par un cadre issu de la filière infirmière.

Pour l'Ordre, l'important est de "crédibiliser le message" assure Karim Mameri, et surtout de "prendre en compte les avis des professionnels". 

"Nous sommes déjà en contact avec les candidats. Certains nous ont même contacté lorsque nous avons lancé la plateforme. Ils souhaitent nous rencontrer" indique Karim Mameri. 

Aucune date n'est encore fixée. 

Malika Surbled

Les propositions de l'Ordre : Sélection de propositions (liste non exhaustive)

L'Ordre National des Infirmiers souhaite :

- que le modèle social français de solidarité, basé sur les principes fondamentaux d’universalité et d’égalité d’accès aux soins et sur la Sécurité sociale, soit préservé.

- Renforcer les normes de qualité et de sécurité des soins pour permettre la prise en charge globale du patient, notamment en définissant un nombre maximum de patients par infirmier, selon les secteurs d’activité, dans les établissements de soins. 

- Systématiser le compagnonnage (accompagnement par un infirmier senior) dans la prise de nouvelles fonctions.


-  Assurer un encadrement de proximité dans les services, par un cadre issu de la filière infirmière.

- Créer et valoriser un statut d’infirmier référent/coordonnateur (acteur pivot de la prise en charge pluridisciplinaire des soins).

- Valoriser le temps consacré par l’infirmier à la prévention et à l'éducation pour la santé, auprès de la population, à tout stade de la vie (sexualité, vaccination, alimentation, addictions, suicide, etc…).

- que des infirmiers reconnus pour leur expertise soient nommés conseillers dans les ministères (santé, éducation nationale, travail).

- que la participation d’infirmiers soit prévue dans toutes les instances décisionnaires avec voix délibérative et que les organes de représentation des infirmiers soient sollicités systématiquement pour toutes décisions concernant l'évolution de leurs pratiques professionnelles.

- qu’une véritable filière universitaire en sciences infirmières soit créée au cours du prochain quinquennat et que ce projet soit piloté par une mission interministérielle dépendant directement du Premier ministre pour en faire une priorité politique. 

- Supprimer l’accès partiel à la profession d’infirmier qui vient d’être introduit à l’instigation de l’Europe et qui est une véritable vente à la découpe de nos compétences 

- Mettre en place la pratique avancée infirmière (niveau master) pour répondre aux besoins de soins non couverts : offre de premier recours, coordination, consultation de suivi, d'éducation à la santé, organisation du parcours

- Que la nomenclature des actes infirmiers puisse évoluer conformément à l’évolution des soins, des techniques et des besoins de la population.  Les infirmiers, donc l'Ordre, doivent être partie prenante à la révision régulière de la nomenclature et avec voix délibérative.

- Lutter contre la violence à l’encontre des professionnels de santé par des mesures fortes (crédits dédiés, tolérance zéro dans les établissements de santé, systèmes connectés d’alarme, plan de formation préventive des infirmiers qui se déplacent au domicile).

 - Mettre en place une couverture maternité supplémentaire pour les infirmières libérales.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

20 réponses pour “Présidentielle : la grande concertation des infirmiers par l’Ordre, pour soumettre des propositions aux candidats”

  1. eusebe dit :

    Sansebastien, je vais t’expliquer quelque chose en espérant que tu sois assez équipé pour comprendre.
    Ici, c’est un forum où chacun exprime ses points de vue, de façon loyale et cordiale.
    On n’est pas obligé d’avoir les mêmes idées, toi tu aimes l’ordre infirmier, et moi pas, c’est comme ça, c’est la vie. Je sais que tu ne m’aimes pas car je suis contre ton ordre, et peut-être d’autres choses que j’ignore.
    Je ne me permets pas d’avoir un avis sur ta personne (sauf dans ma première phrase, mais j’en avais tellement envie) car je ne te connais pas et ce n’est pas mon habitude.
    Alors, s’il te plait, avant de te ridiculiser un peu plus et de polluer le forum de tes réflexions qui n’intéressent personne, contente toi d’exposer tes idées et de tenter de les faire partager.
    Je suis désolé d’avoir utilisé cet espace pour un message à caractère personnel, mais c’est pour éviter qu’à l’avenir la bêtise perdure.
    Merci.

    • Sansebastien dit :

      Mais non eusebe, je t’aime quand même! Toi avec tes idées, moi avec les miennes, et puis nous sommes encore dans un pays ou l’on peut encore s’exprimer ( avec réserve sur certains sujets qui sont devenus tabous malgré tout). Il n’est pas sûr que les idoles de ton adolescence qui nous promettais le paradis socialiste nous auraient permis de nous exprimer librement comme nous le faisons aujourd’hui.
      Quant à ma secte, elle compte plus de fidèles que la tienne. C’est normal, ils(elles) ont compris qu’il est plus intelligent d’être représentés par des infirmi(ers)ères dans les commissions qui décident du présent et du devenir de notre profession, que par des énarques ou des médecins comme cela était le cas il y a déjà 10 ans (anniversaire de notre Ordre reconnu d’utilité publique).

      • eusebe dit :

        Tu ne comprends décidément rien à rien : tu te permets d’affirmer des choses à mon sujet qui ne sont que le fruit de ton imagination ; c’est comme si je disais que tu es nostalgique des Croix de Feu ou de l’Action Française et que tes idoles sont Maurras, Drieu la Rochelle et Brasillach.
        Tu ne sais rien de ma vie, de mes idées et de mes projets, alors boucle-la !
        Alors, encore une fois, cesse tes allusions déplacées, il y en a qui voient des juges rouges partout, toi ce sont des infirmiers rouges… Aimerais-tu d’autres couleurs ?
        Ton organisation ne recrute que par la contrainte, et il semble que des défections surviennent. : car vois-tu, dans ma paroisse, le 18-36, le Berry (tu vois, comme mon nom a souvent été cité, je n’ai même plus à me cacher), d’après le site @ officiel, il n’y a plus que 3 conseillers en poste (vérifie si tu doutes), notre territoire va bientôt être libéré : chouette !
        Alors, tu m’oublies un peu, jusqu’alors je ne faisais pas trop cas de tes élucubrations, mais ton obsession à mon encontre devient particulièrement lourde, et ça ne sert pas ta cause qui est déjà dure à défendre.
        Et si tu veux véritablement débattre, donne ta véritable identité, ce qui montrerait au moins que tu respectes les préceptes ordinaux de ton code, sur lequel je m’assois gaillardement du reste.
        Alors si tu n’es pas capable d’opposer des arguments respectables pour t’en prendre systématiquement à tes contradicteurs, passe ton chemin, ok ?

  2. Sansebastien dit :

    ”Il n’y a donc rien à attendre du futur pouvoir à ce sujet sauf, éventuellement avec une véritable gauche.”
    Celle d’Arlette Laguiller ou Georges Marchais qui a fait rêver eusebe dans sa jeunesse?

    • eusebe dit :

      Toujours enclin à t’attaquer aux personnes, tu n’évolues guère, comme ceux de ta secte.
      Tu peux cependant continuer, si ça t’amuse un peu, tu n’auras alors pas tout perdu…
      Mais maintenant retourne réclamer l’argent des inscrits, ton gourou a besoin de thune pour faire ses petites tournées de prosélytisme.

  3. eusebe dit :

    Ça fait de nombreuses années qu’il est demandé aux politiques de supprimer cet ordre mais il y a toujours un coup-fourré pour le maintenir et/ou le conforter (derniers en date : publication du code de déontologie et prolongation pour plusieurs mois de tous les conseillers ordinaux encore en poste).
    L’intérêt financier de l’ordre prime pour les politiques sur celui des infirmiers.
    Il n’y a donc rien à attendre du futur pouvoir à ce sujet sauf, éventuellement avec une véritable gauche.
    Seuls les infirmiers viendront à bout de cet ordre en ignorant toutes les demandes émanant de cette structure et en boycottant les élections qui finiront bien par être organisées.
    Que deviendrait un ordre sans argent, sans conseillers et sans votants ?

  4. Bonne idée. Dommage qu’elle arrive avec un an de retard.

  5. Julien Suard dit :

    La dissolution de cet ordre à la botte de l’état ça compte ?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
320 rq / 2,456 sec