Homosexuels et don du sang : des conditions discriminantes, selon les associations

| 826 vues | | mots clefs : , 84 réactions

Alors que Marisol Touraine a annoncé hier que le don du sang serait désormais ouvert aux hommes homosexuels et bisexuels - il ne l'était pas jusqu'alors -, certaines associations dénoncent un maintien de la discrimination envers les homosexuels. La raison? Les hommes concernés devront avoir été abstinents de tout rapport sexuel l'année précédant le don du sang, alors qu'il est possible pour les hétérosexuels d'avoir eu un partenaire dans les quatre mois précédant le don. 

Homosexuels et don du sang : des conditions discriminantes, selon les associations

© I-Stock

"La notion discriminatoire de groupe à risque demeure, au détriment de la notion de comportement à risque" selon Act-UP

Si les homosexuels et autres hommes ayant eu des relations sexuelles avec d'autres hommes (HSF) ne seront plus exclus de façon permanente à l'issue de l'entretien pré-don parce qu'ils déclaraient avoit eu au moins un rapport sexuel avec un homme au cours de leur vie, même des années auparavant, ils ne pourront maintenant donner leur sang que s'ils ont été abstinents de tout rapport sexuel l'année précédant le don du sang total.

"Marisol Touraine promeut le même concept relayé par le Vatican et les évangélistes américains dans les pays africains et les Etats du sud des Etats-Unis, avec l’inefficacité que l’on connaît. La notion de rapport protégé avec un préservatif est totalement niée dans ces nouveaux critères, ce qui lance un signal fort en matière de politique de prévention du VIH et des IST en France" explique l'association Act-Up Paris, qui regrette que les débats se soient concentrés "uniquement" sur la période d'abstinence qui allait être imposée aux homosexuels et autres HSH.

Avec une période d'abstinence de 1 an pour les homosexuels, la France s'est calée sur les pays anglo-saxons qui ont ouvert le don avant elle (Royaume-Uni, Australie, Nouvelle-Zélande et Etats-Unis), mais aussi sur la Finlance, la Suède, la Hongrie, la République tchèque, l'Argentine et le Japon. En Italie en revanche, la contre-indication pour les homosexuels et pour hétérosexuels se pose seulement suite à un changement de partenaire dans les 4 derniers mois, et ce, sans condition d'abstinence.

"Le scénario mettant homosexuels, bisexuels et hétérosexuels sur un pied d’égalité en se présentant au don n’a même pas été envisagé, bien que réclamé par certaines associations" explique Act-Up, citant SOS Homophobie, Gaylib ainsi que l'initiateur d'une pétition sur change.org. "La notion discriminatoire de groupe à risque demeure, au détriment de la notion de comportement à risque, sur lequel devrait se fonder chaque entretien individuel pré-don".

L'association SOS Homophobie, qui considère cette décision comme une "avancée symbolique" mais "hypocrite" s'inquiète aussi d'un possible fichage des homosexuels et bisexuels dans le cadre des dons de sang. Dans un communiqué paru hier, elle demande aux pouvoirs publics que les conditions de collecte d’informations sur les donneurs soient "clarifiées" et "qu’aucune donnée mentionnant leur orientation sexuelle ne soit conservée".

Rédaction ActuSoins

La fin de l'exclusion du don du sang en raison de l'orientation sexuelle : les étapes annoncées par le ministère

Première étape (printemps 2016) : fin de l’exclusion définitive du don. Le don de sang total sera ouvert aux hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes à l’issue d’une période de contre-indication de douze mois, durée pour laquelle le niveau de sécurité transfusionnelle est le même que pour les donneurs actuels. Les hommes qui, au cours des 4 derniers mois, n’auront pas eu de relation sexuelle avec un homme ou auront eu un seul partenaire, pourront donner leur plasma grâce à la création d’une filière sécurisée par quarantaine.

Deuxième étape (environ 12 mois après) : rapprochement des durées d’ajournement entre les  HSH et les donneurs hétérosexuels. La filière sécurisée par quarantaine pour le plasma, va permettre aux autorités sanitaires de bénéficier d’une étude « en vie réelle ». Si cette étude démontre qu’il n’y a pas de risques, les règles relatives au don des HSH seront rapprochées des règles générales.

 "La fin de l’exclusion définitive est une position partagée bien au-delà des associations LGBT et transcende les clivages politiques : un amendement de principe appelant à la fin de la discrimination au don du sang en raison de l’orientation sexuelle a d’ailleurs été adopté dans le projet de loi de modernisation de notre système de santé. Il a été voté à l’unanimité à l’Assemblée nationale et adopté conforme au Sénat" explique Marisol Touraine dans un communiqué. 

 « Donner son sang est un acte de générosité, de citoyenneté, qui ne peut être conditionné à une orientation sexuelle. Dans le respect de la sécurité absolue des patients, c’est aujourd’hui un tabou, une discrimination qui sont levés », a déclaré la ministre.  

 Les travaux vont désormais se poursuivre afin de proposer un nouveau questionnaire d’entretien pré-don, d’organiser une meilleure information du donneur et de renforcer la formation des personnes effectuant la collecte.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

84 réponses pour “Homosexuels et don du sang : des conditions discriminantes, selon les associations”

  1. Laetitia Cia dit :

    oui exact je ne savais plus c t combien de temps mais quelque soit la priode cest debile^^

  2. La France toujours à la ramasse… Cette discrimination n’a aucun sens!!

  3. Encore de la discrimination!! C’est faux cul a en vomir.

  4. Oui comme d’hab encore de l’hypocrisie goyuvernementale…!!

  5. Marie Barbe dit :

    même les curés n’arrivent pas s’abstenir aussi longtemps !!!!

  6. Marie Barbe dit :

    Et les hétéros ont le droit coucher à tort et à travers !!!!!

  7. C est vraiment n importe quoi ,je savais même pas que les homosexuels ne pouvaient pas donner leur sang ! les toxicos qui ramassent des seringues pour ce piquer devraient eux être interdit ! Pff aberrant

  8. on ment tous qd on est dèterminè à donner et qu’on ne prèsente pas plus de risque que le voisin sinon faut pas lancer des appels incessants aux dons !

  9. La France a encore une grande avancée à faire… Aujourd’hui, les nouveaux cas de maladies sexuellement transmissible se détectent principalement chez des personnes de 50 ans, hétérosexuelles. Les campagnes de prévention chez les homosexuels ont été efficaces, alors que les hétérosexuels se protègent moins. Ce texte envoie un message erroné à la population et accroît les préjugés. Et puis surtout, c’est se priver de donneurs!! Si seulement l’état pouvait se rencontre du besoin tellement important en produit sanguins!!

  10. encore et toujours une discrémination …..dans un pays qui voudrai etre un exemple…

  11. C’est un grand n’importe quoi avec une belle discrimination. Dans ce cas obligeons tout le monde à la même abstinence avant un don

  12. Laetitia Cia dit :

    je dirais quon fait un êtit pas en avant mais il y a toujours cette discrimination

  13. Laetitia Cia dit :

    alors autoriser un homo a donner son sang que si il na pas eu de rapoort pendant 6 mois cest completement absurde

  14. Laetitia Cia dit :

    oui enfin prenont un hetero lambda qui a eu des rapport sexuels dans les jours precedant le dons, suffit qu’il ne se soit pas protégé, et qu’il chope le vih, c’est aussi dangeureux qu un homo qui le fait sans se proteger….

  15. bohhh …. mais c est du grand nawak ca ^^ … comme le disait un commentaire ché plus où : c est pas l orientation sexuelle des donneurs qui pose probleme dans le don de sang , mais les comportements à risques des donneurs ^^ !!!!!!!!!!!!!! et ca , c est plus compliqué a gerer .. les donneurs sont ils honnetes dans leurs declarations ??? hetero , homo … bi …pffff. ( d ailleurs certains ne savent meme pas qu ils ont eu des comportements a risques …. )

  16. Laura Berger dit :

    Et dire qu’on a besoin de plus de sang , c’est pas comme ça qu’on en aura plus !!

  17. Jay Morin dit :

    Le risque de contamination provient des prises de risques du donneur et non de son orientation sexuelle. Ce n’est pas plus difficile que ça ! Voilà une drôle de société où on pense qu’à activité sexuelle similaire un homosexuel présente plus de risque HIV qu’un hétérosexuel… Il y en a qui ont du mal écouter le jour des cours sur les MST… Mais je ne suis pas plus étonné que cela … Cela fait encore partie des positionnements stupides de Marisol Touraine.

  18. Anne Michèle dit :

    Diabétiques et hypertendus n ont pas le droit de donner leur sang!pffff!

  19. Alors une prostitué hétéro n’est pas à risque du coup ? N’importe quoi

  20. Syl Via MC dit :

    Monique Salmon Lépée, si je suis bien votre raisonnement il n’y aurait que les homosexuels qui constitueraient un risque potentiel? C’est bien triste de penser comme ça, je vous plains de cette étroitesse d’esprit.

    • Mais pas du tout enfin ! Je dis tout le contraire ! (la loi de 1983 va être ENFIN réajustée car justement le don du sang était interdit aux homosexuels !)

    • Je viens de relire mon post et je ne vois pas ce que vous déformez pour comprendre le contraire…

    • Syl Via MC dit :

      C’est un peu facile d’oser dire que je “déforme” votre commentaire et que vous ne comprenez pas, VOUS AVEZ MODIFIE votre commentaire. Dans le premier commentaire vous laissiez entendre que le fait d’exiger 1 an d’abstinance sexuelle pour les homosexuels ne vous choquait pas puisque vous vous offusquiez de nous voir tous outrés de cet article. C’est vous madame qui n’avez pas lu et/ou compris l’article, car le véritable sujet était “que penser de ce critère d’exigence d’abstinance pendant 12 mois pour les homosexuels qui veulent donner leur sang?”. A cela vous répondez dans votre commentaire “il faut privilégier la sécurité du receveur”, donc oui, nous comprenons que vous pensez que le risque potentiel n’existerait que chez les homosexuels. Si vous pensez que je suis tellement idiote pour ne pas comprendre vos propos et bien nous devons être dans ce cas une belle poignée d’idiot(e)s si l’on juge par le nombre de personnes qui se sont offusquées de vos propos. Maintenant je vois que vous n’assumez pas vraiment puisque vous vous permettez de modifier vos propos pour aller maintenant dans le sens de tout le monde et en même temps d’oser me dire que je déforme vos propos et sous entendre ainsi que je dois être très bête pour comprendre.

    • Syl Via MC dit :

      Juste pour mémoire, ceci était votre premier commentaire, loin d’être aussi complet qu’il ne l’est désormais. Vous pourriez avoir l’honnêté d’admettre que vous n’aviez peut-être pas bien lu l’article au départ et reconnaître que du coup votre commentaire prêtait effectivement à confusion et que nous puissions nous en offusquer, sauf si bien entendu vous pensez réellement ce que nous sommes plusieurs à avoir compris en le lisant.

      Monique Salmon Lépée

      Monique Salmon Lépée Mais qu’est-ce que vous racontez Barbara Freville, Chrisproll Echelon, Sandra Bicouette, dans quel sens critiquez-vous ?… L’interdiction existe depuis 1983 avec l’arrivée du SIDA. Et là c’est justement pour assouplir la loi sur l’interdiction tout en respectant les droits des receveurs qui sont quand même plus importants. Donner son sang n’est pas un droit mais un devoir civique. Par contre il ne faut pas mettre en danger les malades qui reçoivent le sang malgré les grandes précautions prises par les centres de transfusion. Le risque zéro n’existe pas donc prendre des précautions c’est le minimum.
      Avant de râler, comprenez les articles…

      Hier, à 11:39

      ..

  21. C’est bien dommage que ce délai ne soit pas ramené à 4 mois comme c’est le cas chez les hétérosexuels ..
    Comme il a été dit les hétérosexuels ont des pratiques sexuels à risque également et surtout que sait on vraiment de son conjoint ?!
    Le risque ne sera jamais nul!! Ce délai de une année est idiot
    .. Toutefois cela fera peut être gagner quelques dons de plus … Les réserves s amenuisent tellement !

  22. 1 an d’abstinence même pour les couples gays mariés c du grand n’importe quoi… qui est abstinant pendant 1 an ?? Les prêtres? ?

  23. C est débile d’interdire aux homosexuels de donner leur sang du coup il suffit de mentir c’est pas marquer sur notre front nos orientations sexuelles par contre les acteurs de porno ,les mari couche toi la ,les libertins eux je pensent qu’ils y a plus de risque

    • Arnaud Seibel dit :

      les restrictions sont aussi valables pour les hétérosexuels avec des critères du type: “pas plus d’un partenaire durant les 4 derniers mois, pas eu de vaccin, pas eu de detartrage depuis x temps” le don est un geste gratuit et basé sur la bonne foi. De là, tout le monde peut mentir et faire n’importe quoi. Maintenant, si ça amuse certains de se choper une hépatite par le biai d’une transfusion foireuse à cause d’un type qui a mentit parce que le critère ne lui convenait pas, bah c’est pas ce qu’il y a de plus intelligent. Ce qui est dommage, c’est qu’encore et toujours les lobbys de tous bords viennent pleurnicher et défendre leur cause de façon malhonnête alors que la vérité, c’est que le don du sang est soumis à des restrictions très très rigoureuses et à l’apparence injuste et invérifiable mais POUR TOUT LE MONDE..

    • Alors là où va t on ! Quel est l’intérêt de donner son sang ? Si vous mentez sur votre état de santé c’est débile en même temps de vouloir sauver un malade mais de prendre le risque de le rendre plus malade ! C’est pas une obligation de donner son sang ! Ne me dites pas que c’est la collation qui attire les gens jusqu’à mentir sur leur état !…..

    • On ne parle pas de l état de santé des donneurs des contrôles sont effectués de toute manière on parle de discrimination envers les homosexuels qui ne peuvent pas donner leur sang

    • Emilie, Oui bien sûr rien n’est marqué sur notre front comme vous dites mais si la personne est malhonnête et ment en répondant aux questions concernant sa santé ET ses habitudes sexuelles qui, on le sait, peuvent être susceptibles d’engendrer des maladies transmissibles par le sang, elle peut donc faire courir un risque important au receveur.. Donc quel est l’intérêt d’aller donner son sang ?

      Les questions pré-don sont les MEMES, pour tout le monde ! Beaucoup de personnes sont déjà refusées notamment les personnes que vous citez !

      En ce qui concerne les homos, d’emblée, ils ne pouvaient pas donner leur sang depuis 1983 car ils avaient été considérés comme “potentiellement à risque”.

      Aujourd’hui, ils le pourront (donc finie la discrimination comme vous dîtes) sous certaines conditions déterminées par des professionnels, conditions qui sont différentes en fonction des risques.

      En plus, le sang de chaque donneur est très analysé ce qui diminue considérablement les risques. Mais le risque zéro n’existe pas…..

  24. Ridicule et ceux qui stape des plan cul tout les jours sans protections hein pffffffff

  25. Mais qu’est-ce que vous racontez Barbara Freville, Chrisproll Echelon, Sandra Bicouette, dans quel sens critiquez-vous ?… L’interdiction existe depuis 1983 avec l’arrivée du SIDA. Et madame Touraine veut justement pour assouplir la loi sur l’interdiction tout en respectant les droits des receveurs qui sont quand même plus importants. Donner son sang n’est pas un droit mais un devoir civique. Par contre il ne faut pas mettre en danger les malades qui reçoivent le sang malgré les grandes précautions prises par les centres de transfusion. Le risque zéro n’existe pas donc prendre des précautions c’est le minimum.
    Avant de râler, comprenez les articles…

  26. mais c’est du grand n’importe quoi une fois encore !!!!

  27. c’est du foutage de gueule !!! Y’a des hétéros qui ont une vie sexuelle bien plus débridée que les homos et à eux on leur demande rien….pfffff

  28. Du grand n’importe quoi une fois de plus ……

Réagir à cet article

retour haut de page
913 rq / 3,339 sec