Ebola : nouvelles tenues en France, sensibilisation en Guinée

| 1 410 vues | | mots clefs : , , Pas de commentaire

L'Etablissement de préparation aux urgences sanitaires (Eprus) a acheté "plus de 11.000" tenues de protection destinées aux personnels soignants amenés à prendre en charge des patients infectés par le virus Ebola en France. En Guinée, douze réservistes de l'Eprus soignent déjà des patients atteints.

Ebola : nouvelles tenues en France, sensibilisation en Guinée

©Delphine Bauer

Pour le moment, environ 2 300 tenues de protection ont été réparties dans les 12 établissements de référence susceptibles de prendre en charge les patients Ebola et dans la centaine d'établissements sièges de Samu-Smur, a indiqué le 6 novembre, le directeur général de l'organisme, Marc Meunier. Les 9.000 autres sont stockées

L'Eprus a également acquis deux caissons destinés à transporter des malades sur de longues distances, en avion, hélicoptère ou ambulance, ainsi que 22 housses de transport, un matériel semi-rigide plus léger qu'un caisson et destiné plutôt au transport de patients sur de courtes distances; il y en a notamment un par établissement de référence.

De plus, 25 réservistes sanitaires ont été formés pour intervenir en cas de besoin pour l'utilisation de ces matériels. Et 30 réservistes sanitaires ont été formés pour venir en appui aux établissements de santé, dans le cas où ceux-ci auraient besoin de renfort pour prendre en charge des malades.

"Ce dispositif est proportionné à la menace susceptible de survenir en France", a commenté Marc Meunier.


En Guinée...

Marc Meunier a rappelé que 12 réservistes de l'Eprus sont partis en Guinée: cinq médecins, quatre infirmières, un psychologue, un pharmacien-hygiéniste et un ingénieur du génie sanitaire.

Ces volontaires ont été formés en France durant 10 jours. Sur place, ils vont d'abord "continuer leur formation pratique" en prenant en charge des patients "dans deux centres" de Médecins sans frontières (MSF). Puis ils travailleront dans le centre qui est actuellement en cours de construction par la France à Macenta en Guinée forestière, qui devrait ouvrir entre le 15 et le 20 novembre.

Et "nous pensons déjà à la relève", par une équipe de taille similaire, a indiqué le patron de l'Eprus. Sur 1 700 réservistes, 200 personnes ont répondu au premier appel pour trouver des volontaires et 300 au deuxième. "Tous n'ont pas le profil", a-t-il toutefois noté, mais "on trouvera sans difficulté".

Il faudra néanmoins envoyer des équipes à Macenta durant "six à neuf mois", selon Marc Meunier. Mais "si besoin, nous pourrons avoir un coup de main d'autres organismes: Samu, FHF, le GIP Esther...", avec qui l'Eprus a déjà des contacts.

Lors de ce point presse (hebdomadaire) était présent Antoine Perrin, qui revient d'une mission de huit semaines en Guinée. Il s'agissait d'une mission "de découverte et d'écoute", mais aussi de préparation de la création du centre à Macenta.

Il a également participé à la mise en place d'un centre de transit des patients à Forécariah en Guinée maritime.


Antoine Perrin a expliqué qu'il avait dû beaucoup "travailler à l'acceptabilité" du centre de Macenta. En effet, Ebola "est perçu comme une maladie amenée par le blancs" et il y a d'abord un important travail de "sensibilisation" à faire auprès de la population.

Cela n'a pu se faire que grâce à l'appui local "du préfet, des chefs coutumiers, des chefs religieux... La parole d'un occidental n'a pas de valeur si elle n'est pas validée, accréditée par un responsable local".

"On voit des gains dans les zones où la sensibilisation a été bien faite", a estimé Antoine Perrin.  notamment en termes de rapidité d'acheminement des malades dans les centres. Or, plus les patients sont rapidement pris en charge, plus ils ont de chances de guérir.

Rédaction ActuSoins, avec APM

A relire sur .com, notre reportage auprès des infirmières réservistes parties en Guinée

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
803 rq / 3,821 sec