Ebola : un infirmier italien hospitalisé

| 396 vues | | mots clefs : , , , , Pas de commentaire

Un infirmier italien rentré la semaine dernière d'une mission en Sierra Leone pour le compte de l’ONG Emergency a été testé positif au virus de la fièvre Ebola, a annoncé le ministère italien de la Santé, le 12 mai.

©Cyrienne Clerc Au Samu de Paris, un infirmier et un médecin

©Cyrienne Clerc
Au Samu de Paris, un infirmier et un médecin

Cet infirmier a présenté les premiers symptômes dimanche 10 mai. Hospitalisé le 11 mai au service des maladies infectieuses de l’hôpital Sassari en Sardaigne, il a été transféré à l'hôpital Spallanzani de Rome après la confirmation du diagnostic, précise le ministère.

Rentré en Italie le 7 mai dernier, via le vol Freetown-Rome avec escale à Casablanca, il n’a développé des symptômes que 72 heures après son atterrissage et a  pris la décision, dès les premiers signes d’infection, de s’isoler chez lui.

Selon l’OMS, dans la mesure où les symptômes se sont déclarés trois jours après son vol de retour, il n’est pas nécessaire de contacter les autres passagers ni de les considérer comme de potentiels cas-contacts.

En revanche, trois soignants ont été placés en quarantaine en Sardaigne après s‘être occupé de cet infirmier.


C'est le deuxième cas d'Ebola traité en Italie, après celui du Dr Fabrizio Pulvirenti en novembre dernier, lui aussi de retour de Sierra Leone, qui avait été déclaré guéri après après 39 jours de traitement.

Décrue du virus

Le virus a fait plus de 11.000 morts depuis fin 20163 en Sierra Leone, en Guinée et au Liberia, selon les données recueillies par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

En Guinée et au Sierra Leone, le nombre de nouveaux cas d'Ebola est tombé la semaine dernière au plus bas depuis le début de l'année, selon l'OMS.

Au Liberia, où « 42 jours se sont écoulés depuis le dernier cas confirmé au laboratoire : l'épidémie d'Ebola au Liberia est terminée », a déclaré Alex Gasasira, de l’OMS mais la population a été invitée à rester vigilante, la maladie pouvant repartir à tout instant à partir d’un foyer ignoré ou négligé

L'importance du suivi des anciens malades

Par ailleurs, l'expérience acquise avec d'anciens malades montre que le suivi est de rigueur.

Le virus Ebola a été découvert dans l’œil du docteur Ian Crozier, 43 ans et ancien malade, deux mois après sa guérison de l’infection, rapporte le New England Journal of Medicine.


Ian Crozier est un médecin américain qui avait été déclaré malade d’Ebola en septembre 2014 alors qu’il travaillait pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Sierra Leone. Il avait été rapatrié aux Etats-Unis pour être soigné à l’hôpital Emory à Atlanta dans une unité spécialement aménagée. Il en était sorti en octobre, n’ayant plus de trace du virus.

Mais deux mois plus tard, il a eu une inflammation de l’œil gauche dans lequel la pression intra-oculaire était très élevée, provoquant un enflement et de sérieux problèmes de vision (uvéite).

Il est retourné à l’hôpital Emory où un ophtalmologue, le docteur Steven Yeh, a effectué un prélèvement du fluide dans la chambre antérieure de l’œil pour l’analyser. Il y a découvert la présence du virus Ebola qui n’était toutefois pas présent dans les larmes et les tissus extérieurs de cet œil.

Selon John Fankhausser, directeur médical de l’hôpital ELWA à Monrovia au Liberia, des douleurs chroniques, des maux de tête et des troubles oculaires sont les problèmes physiques les plus fréquemment mentionnés parmi les survivants qui ont assisté à une réunion à ce centre hospitalier. On sait aussi que le virus Ebola peut persister pendant plusieurs mois dans le sperme après la guérison de l’infection.

Cyrienne Clerc

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
837 rq / 4,386 sec