Du nouveau à venir sur les Picc Line

Les toutes nouvelles recommandations de la SF2H sur les cathéters centraux insérés périphériquement (PICC) constituent un tournant dans l'utilisation de ces dispositifs... et une opportunité pour les infirmières qui développent leur savoir-faire.

picc line infirmièreLa publication par la Société française d'hygiène hospitalière (SF2H) de recommandations sur les cathéters centraux insérés périphériquement (PICC) marque la rentrée en matière de cathétérisme veineux central.

Il s'agit en effet des toutes premières en France concernant ce dispositif médical, souligne Christian Dupont, infirmier coordonnateur d'un réseau ville-hôpital sur la mucoviscidose adulte rattaché à l'hôpital Cochin de Paris

Une étape d'autant plus importante que « l'utilisation des PICC se développe de manière exponentielle en France », à l'hôpital mais aussi en ville, ajoute-t-il. La HAS est sur le point de donner son accord définitif à ce que les infirmières en posent dans le cadre d’un protocole de coopération entre .

Les recommandations de la SF2H, élaborées de manière pluridisciplinaire et par consensus formalisé, précisent les indications et modalités de pose (elles n'ont pas encore été rendues publiques, ndlr) . Elles abordent aussi l'utilisation et le suivi des PICC. Des problématiques importantes sur le plan de l'hygiène mais aussi des pratiques infirmières, sur lesquelles Christian Dupont insistera beaucoup.

Selon lui, la parution de ces textes sur les PICC constitue aussi une opportunité pour les infirmières de valoriser leur savoir-faire en matière de cathétérisme veineux, comme c'est le cas, déjà, au sein des « IV teams » américaines ou, en France sur un autre sujet, des équipes référentes en plaies et cicatrisation.

« On ne peut pas avoir, au sein d’une IV team, une infirmière qui pose un cathéter sans suivre le patient ni sans former, informer et faire de la recherche, insiste Christian Dupont. C'est une occasion à ne pas manquer, qui ouvre de vastes perspectives pour l'ensemble cathétérisme veineux. »

O.D.

Participer à cet atelier au Salon Infirmier 2013:

LE PICC LINE : DE L’ENTRETIEN A LA REFECTION DU PANSEMENT

Les 16, 17 et 18 octobre de 11h00 à 12h30

Atelier 4 Stand G42

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

11 réponses pour “Du nouveau à venir sur les Picc Line”

  1. Damien Girault dit :

    Ne nous réjouissons pas de la création d’un énième protocole de collaboration. En quoi est ce une avancée pour notre profession, déjà en mal de reconnaissance? Appelons ça comme il se doit, du TRANSFERT DE TÂCHE. Non, l’article 51 de la loi HPST (ou comment faire penser à la première profession paramédicale de France que la délégation de tâche est une reconnaissance) n’est pas une avancée. Seulement un article de plus afin de réaliser à terme des économies certaines. Mais une reconnaissance? Certainement pas. Cela va t-il dans le sens d’une reconnaissance salariale? de la création d’une filière en soins infirmiers? Je ne crois pas. Et que dire de la répercussion de ces protocoles de collaboration sur la création des masters en soins infirmiers? A quoi bon faire évoluer toute une profession si cette dernière fait le boulo des médecins sans rechigner? En matière de santé, les décideurs sont passés maître dans l’art de l’illusion. L’article 51 pourrait très bien être re baptisée loi copperfield, cela ne ferait aucune différence. Battons nous pour la création d’une filière LMD, soyons force de proposition. Pour nous, et avant tout, pour les patients. Clin d’oeil au magazine “causette” qui devrait s’inspirer de la profession infirmière: “on nous prend pour des quiches”.

  2. leilou dit :

    Mouai, ça se bouche en permanence, vive l’actosolv…de la daube comme dit plus haut

    • beuleubeu dit :

      Si le picc Line se bouche, il faut revoir les procédures d’entretien de ce type de voie. Je pratique très souvent sur picc Line avec des périodes allant jusqu’à 7 mois d’utilisation et jamais, un seul ne s’est bouché.
      Cordialement

  3. Zokokoro dit :

    Les picc lines ne sont pas des nouveautés mais une vieille technique que l’on nommait “Drum” ou KT basilique, cette technique est tombée en désuétude à cause des nombreuses complications ( sepsis, thrombose veineuse, faux trajets …) , encore une technique qui va rentrer dans le miroir aux alouettes de l’article 51 de la loi HPST , effectuer ce geste pour nous infirmiers n’a aucun aspect valorisant , c’est juste une façon de diminuer le coût de la technique … Versus pose par un médecin , qui plus est où est la reconnaissance de ces nouvelles”vieilles” techniques ( salariale ????, diplôme validant ???) en terme de responsabilité, qui va prendre en charge celle- ci en cas de troubles du rythme lors de la pose, d’un faux trajet , d’une thrombose sous clavière , d’un sepsis et j’en passe , petite réflexion sur la sécurité : maintenant les médecins posent les cathéters centraux sous échographie pour assurer le ” primum non nocere” et surtout en cas de complications pouvoir justifier d’une technique irréprochable ( devant le juge ), car le législateur ne justifie pas la prise de risque et exige l’obligation de moyens …
    Il faut surtout renforcer la formation de nos futurs collègues qui en sortant de l’IFSI ne maîtrisent absolument pas la pose de VVP, et que dire de la sempiternelle question sur la possibilité ou non d’une pose de cathéter court dans une veine jugulaire externe …
    Enfin je dis ça , je ne dis rien !

    • Norma Colle dit :

      tout à fait d’accord!
      Cà me fait bien rigoler cette technique nouvelle de Picc Line, très vieille technique que j’ai utilisée il y a désormais presque 30 ans,époque où ces KT étaient souvent posés par les IDE dans les unités de soins intensifs !!!!!

  4. au centre leon berard à lyon ils sont posés par les ide au bloc. alors je ne sais plus qui se posait la question de la pose du picc a la maison : pas du tout! c est fait au bloc et tous les établissements n ont pas l agrément pour qu ils soient posés par des ide

  5. Xavier Mas dit :

    Ai eu une pic Line a domicile j ai du faire des recherche sur internet car les explications de had de l hôpital étaient sommaire et super rapide aucune pose par une Ide c est évident il faut un contrôle radio obligatoire !!!!! Attention je me suis fait avoir une fois pas deux l hôpital m as demande d enlever la pic Line car ce n était pas de leur ressort tu parles…. J ai tel@au service nadia, j ai danse s il voulait un prélèvement du bout de la pic Line pour mise en culture réponse non, ok mettre la patiente en déclive en bloquant l inspiration? Réponse comme vous voulez….
    La famille et la patiente étaient pressé de ne plus avoir ce spaghettis…. En me renseignant par la suite ce n est pas à nous idée à domicile d enlever une pic Line cela doit se faire en service comme je le pensais. Conclusion si une had ou hôpital vous dit on soucis vous pouvez enlever une pic Line réponse NADA c est une voie qui arrive directement au cœur Vvc

  6. Cécile Andre dit :

    Pas de pose à domicile! Contrôle radio obligatoire..

  7. Dans le centre anti cancéreux de Lyon ce sont les infirmiers qui ont en charge la pose des Picc Line sous radio. Aux USA et Canada ce sont les infirmières aussi qui font la pose.

  8. Si vous voullez l adresse contactez moi

Réagir à cet article

retour haut de page
839 rq / 4,916 sec