Infirmière au Sénégal : « Une vie consacrée à son métier »

| 15 460 vues | | mots clefs : , , , 15 réactions

Alors que le système de santé du Sénégal manque cruellement de médecins, les infirmiers sont les premiers contacts possibles des populations modestes pour l'accès aux soins, en dehors des médecins traditionnels. Rencontre avec l'une d'entre elles, Anta Diop.

infirmière au sénégalAnta Diop, 46 ans, habillée de son boubou traditionnel, vient juste de passer du terrain pur et dur aux bureaux plus confortables de l'hôpital Nabil Choukair du district Nord de Dakar.

Après 20 ans de carrière à la campagne, dans la Région de Louga, ou vers Thiès, elle avait besoin de changer, de souffler un peu. Car son métier lui prenait un temps considérable. "J'avais trop de travail. Je devais être disponible tous les jours, même en pause, en cas d'urgence. Cela m'a poussé à changer", explique-t-elle. Aujourd'hui, elle officie comme cadre de santé dans un service de maternité.

Avec son niveau bac, promotion 1988, elle peut entamer les 3 ans de formation à l'école infirmière de Dakar qui lui permettent de valider son diplôme, avec obligation de trois stages à réaliser en milieu rural.
"Travailler à la campagne et travailler en milieu urbain sont deux métiers différents", explique la désormais nouvelle technicienne de santé. "Le système est tel que l'infirmière au niveau local est réellement à la tête de la structure du poste de santé qui polarise une communauté rurale. Elle doit s'occuper des fonctions curatives, des soins courants, de la gestion des relations avec les comités de santé, le personnel."

Au Sénégal, les infirmiers sont largement majoritaires par rapport aux femmes

Un vrai chef d'entreprise. Avec la pression qui va avec. "J'ai fait le choix de ne pas travailler dans un hôpital, je voulais mesurer ma propre responsabilité. S'il y avait des défaillances, je ne pouvais m'en prendre qu'à moi. Je voulais gérer les personnels et les populations", explique l'infirmière. "Et puis, en milieu rural, c'est plus communautaire, plus convivial", ajoute-t-elle avec un sourire. Elle était même devenue une figure locale, entretenant de bons contacts avec les autorités religieuses ou traditionnelles, reconnaît-elle, avec un peu de timidité, mais aussi de la fierté. Elle appréciait également de sortir de la routine de l'hôpital.

Etre une femme ne lui a jamais posé de problème dans le milieu, même si elle reconnaît "que les infirmiers sont largement majoritaires au Sénégal", par rapport aux femmes. "Dans ma promotion, nous étions 2 filles sur 30 étudiants", précise-t-elle. Même si les choses ont changé, les hommes sont encore les plus nombreux selon elle. Autre chose qui a évolué : l'informatisation des données. "C'est une révolution", lâche-t-elle carrément.


Aujourd'hui, elle est passée de l'autre côté de la barrière. Elle inspecte désormais les infirmiers sur le terrain, grâce à des grilles catégorisées conçues afin d'améliorer la qualité des soins, mais elle n'en garde pas moins le contact avec ses anciens patients. "J'ai encore des nouvelles d'une jeune femme, 16 ans après l'avoir sauvée. C'était lors de mon premier poste. Elle était enceinte, et après l'accouchement, elle a fait une hémorragie. Je n'avais aucune ambulance disponible, aucun moyen de l'évacuer. J'ai été obligée d'agir toute seule…Et elle a fini par récupérer." Ce miracle l'a probablement confortée dans ce qui l'animait depuis son enfance : la volonté d'aider les autres. "Je n'ai pas de regrets d'avoir consacré tant de temps à mon métier. J'étais motivée par autre chose que le salaire", explique Anta Diop, même si les 200 000 francs CFA qu'une infirmière en fin de carrière peut gagner (environ 300 euros mensuels, ndlr), les placent dans la classe moyenne confortable face au Smic à 60 euros. "Une vie consacrée à son métier", résume-t-elle.

Delphine Bauer / Youpress
Article paru dans ActuSoins Magazine

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

15 réponses pour “Infirmière au Sénégal : « Une vie consacrée à son métier »”

  1. Diam Emil tening dit :

    Bonjour moi je suis infirmière diplômée d’état au Sénégal.cela fait plus de 10 ans que je suis diplômée et toujours pas recruté par mon état . C’est vraiment dommage c’est seulement la vocation qui m’aide à continuer en tant que contractuelle .non seulement je fais le rôle d’un médecin en tant que infirmière chef de poste je gère les comités de développement sanitaire et la communauté.en tout cas c’est dur d’être infirmière au Sénégal.

  2. J’ai fais mon stage de santé public au Sénégal,il est vrai qu’on a l’équivalent des médecins…entre prescriptions, accouchements, recoudre,…

  3. et avec 300 euros vit au Sénégal (tu ne vas pas être déçue) il faut arrêter cette hypocrisie 300 euros quand tu n’es pas né au Sénégal c’est tres dur!!

  4. Agnes Garces dit :

    5 fois le SMIC c clair on est pas reconnu pareil

  5. Go Cacao dit :

    Le diplôme infirmier est le même qu en France. La différence…. Le Sénégal est beaucoup plus strict que la France sur les acquisitions. Pour avoir effectué un stage de santé publique là bas. Les senegalais sont bien plus competants avec très peu de moyens et de médicaments. L école se trouve à Dakar ENDSS.

  6. Hawa Cisse dit :

    Btissam Allouch-chtibi on va ouvrir notre cabinet ensemble inchallah!!:-)))

  7. Aline WH dit :

    Gagner 5x le smic……
    Intéressant si on le transpose au système français.
    Reste à savoir si l’équivalent est le même chez eux.

  8. L’infirmière qui m’a hébergée en stage. Trop bizarre de la retrouver sur Actus soins 🙂

  9. L’infirmière de poste de santé là bas fait des consultes limite de médecin généraliste!

  10. Lucile Julien dit :

    envers les malades s’entend !

  11. Lucile Julien dit :

    sont-elles aussi « tendres » que les béninoises ?

  12. Mamik Sysou dit :

    lorsque l on est infirmière en france, comment fais t on pour trouver du travail et exercer au Sénégal?

  13. Hawa Cisse je crois que je vais finir ma carrière la bas

Réagir à cet article

retour haut de page
847 rq / 3,062 sec