Service sanitaire : lancement en septembre pour les étudiants en soins infirmiers

Dès la rentrée de septembre, les 47 000 étudiants de la filière santé, dont les étudiants en soins infirmiers, vont effectuer leur service sanitaire pendant leur cursus, et ce pour une période de trois mois en temps partiel. En quoi consiste cette mesure qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de santé ?

Service sanitaire : lancement en septembre pour les étudiants en soins infirmiers

© CHU Bordeaux

L’ensemble des étudiants en médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique, soins infirmiers et kinésithérapie, vont débuter, dès la rentrée 2018, leur service sanitaire, concrétisation d’une promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

C’est Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et Frédéric Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, qui ont annoncé le 26 février la mise en œuvre de ce dispositif après avoir reçu le rapport du Pr Loïc Vaillant, chargé de mission sur le sujet. Ce dispositif est une réponse à la fréquence des comportements à risque qui reste élevée en France, particulièrement chez les jeunes et les publics les plus fragiles socialement.

Prévention et promotion de la santé

Les étudiants en santé vont ainsi assurer des actions de prévention et de promotion de la santé auprès de publics divers : écoles, universités, Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), entreprises, lieux de privation de liberté, établissements médico-sociaux, etc. Ils vont aborder les thématiques de santé publique comme la nutrition, la promotion de l’activité physique, la vie affective sexuelle ou encore les addictions.

Les expériences analogues menées dans d’autres pays ont montré l’efficacité de ces interventions sur l’acquisition, par les étudiants, de compétences permettant d’envisager une transformation de long terme de l’action des professionnels de santé. Les objectifs concernent donc à la fois la population et les soignants.

Il s’agit :

  • d’initier tous les futurs professionnels de santé aux enjeux de la prévention primaire et de la promotion de la santé,
  • de développer leur compétence à mener des actions auprès de tous les publics,
  • d’assurer des actions de prévention et de promotion de la santé auprès de publics divers,
  • de lutter contre les inégalités territoriales et sociales en santé en veillant à déployer les interventions auprès des publics les plus fragiles,
  • de favoriser l’autonomie des étudiants dans le cadre d’une pédagogie par projet et renforcer le sens de leur engagement dans leurs études,
  • de favoriser l’inter-professionnalité et l’interdisciplinarité des étudiants en santé par la réalisation de projets communs à plusieurs filières de formation.

 Temps théorique et temps pratique

Le service sanitaire, d’une durée de trois mois en temps partiel en discontinu, soit soixante demi-journées, va être organisé autour de plusieurs temps. Tout d’abord, un temps de formation spécifique qui va permettre aux étudiants d’acquérir les connaissances, les compétences et savoir-être pour l’intervention auprès du public.

A l’issue de cette formation, ils interviendront, pour une durée de trois semaines, dans le lieu prévu (sous proposition des comités de pilotage régionaux, agréés par l’université ou l’institut de formation en lien avec les acteurs) pour délivrer les messages de prévention adaptés au public, animer des ateliers ou encore participer à des actions. Après ce travail, un temps de débriefing et d’évaluation permettra d’échanger sur cette expérience avec les référents du programme. Le service sanitaire, qui va se substituer à des activités pédagogiques et à des stages existants, sera obligatoire pour l’obtention du diplôme. 

Les premières expérimentations de cette approche ont eu lieu dès le mois de mars au sein des universités d’Angers, de Clermont-Ferrand, de Caen, de Marseille et à l’Ifsi du centre hospitalier de Dunkerque avant son déploiement à la rentrée de 2018. Dès septembre 2019, le dispositif sera généralisé à toutes les formations en santé.

Rémunération et frais de transports

L'étudiant en soins infirmiers effectuera ce stage en deuxième année et recevra une indemnité pour ses frais de transport, dans les conditions et modalités prévues par les dispositions réglementaires relatives à l'accomplissement des stages durant leur formation. 

La réalisation de l'action de service sanitaire étant incluse dans les temps de stage des formations existantes, l'étudiant est alors indemnisé dans les mêmes conditions et modalités que celles prévues pour ses autres stages effectués pendant sa formation (soit 38 euros par semaine pour les étudiants de deuxième année). 

Laure Martin

Pour en savoir plus :

Arrêté du 12 juin 2018 relatif au service sanitaire pour les étudiants en santé

Décret n° 2018-472 du 12 juin 2018 relatif au service sanitaire des étudiants en santé 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

178 réponses pour “Service sanitaire : lancement en septembre pour les étudiants en soins infirmiers”

  1. Anonyme dit :

    On leur dis tout de suite que ce sera impossible a réaliser (une promotion de la santé et des prévention primaire) dans un service par manque de temps ?

  2. Anonyme dit :

    Angeline Poittevin Nassima Benboudjema vous me direz comment ça se passe ? je suis curieuse

  3. Anonyme dit :

    Coralie Ligeois Erika Suomi Marion Deyris… On est vraiment passées au bon moment !

  4. Anonyme dit :

    Desinformation!!!!

    Le service sanitaire sera dune durée de 3 semaine et sera indemnisé!

    J en.connais qui n ont pas suivi les nouvelles du ministère

  5. Anonyme dit :

    Si la première année c’est le cursus de médecine en FAC alors il n’y a pas de stage…. d’où ce stage afin de pallier aux lacunes de première année

  6. Anonyme dit :

    Les stages sont déjà non rémunérés

  7. Anonyme dit :

    Oui bien sur et quand tu es en promotion professionnelle , pendant 3 mois tu vis avec tes enfants d amour et d’eau fraîche c’est bien connu !!!

  8. Anonyme dit :

    Pffff. Désolé mais la formation est déjà prenante. Le peu de vacances qu’on a certains travaillent en fonction AS ou autre job ou alors on révise. Faut arrêter de nous prendre pour de la main d’œuvre. Nous étudiants avons aussi le droit au respect. Nous ne sommes pas des machines. Je trouve ça lamentable.

  9. Anonyme dit :

    Ca sera indemnisé, d’une durée inférieure à 3 mois et intégré au cursus de stage classique
    ActuSoins faudra penser à vérifier vos sources

  10. Anonyme dit :

    Margaux Niel comme si on faisait pas assez de taf bénévolement ils sont tarés eux

  11. Anonyme dit :

    Youpi ! Du personnel gratos pour les Epadh ! Voilà la solution ! Pour 3 mois par an !

  12. Anonyme dit :

    Oui C’est rigolo qu’ils aient pris cette photo!!

  13. Anonyme dit :

    Stella Nvt J’y échappe heureusement

  14. Anonyme dit :

    Comment Buzyn gère la pénurie !!!! Aux dépens de 3 mois de formation ou stage !!!! Elle n a pas le droit de faire une formation au rabais parce qu elle est incapable de gérer le système de santé français !!! Y en a marre des incompétents qui ne voient que leur porte monnaie, le prestige et qui veulent laisser des traces de leur nom!!

  15. Anonyme dit :

    Une page se tourne … Pas sure d avoir envie de connaitre la fin de l histoire…

  16. Anonyme dit :

    Marine Massard Laure Pierangeli mais c’est quoi ça encore ??

  17. Anonyme dit :

    Main d’œuvre gratuite ….alors que les diplômés lâchent, se plient, se broient….

  18. Anonyme dit :

    Angéla RX Anne Sophie Creantor Yaëlle Onysta Arkayika euhhhh…

  19. Anonyme dit :

    SibéliaYoannaMarie on a eu chaud ✌

  20. Anonyme dit :

    Emmanuelle Ht Da Silva de pire en pire cette formation

  21. Anonyme dit :

    Ya un monceau de conneries dans ce qui est dit ici. Par pitié renseignez vous auprès des ifsi avant d’avoir voir un avis. Chez nous pas de changement… Il existait déjà ce service machin truc mais sans en avoir le nom. Résultat rien ne va fondamentalement changer pour les étudiants.

  22. Anonyme dit :

    Une honte ! Les élèves d IFSI ne sont de la main d’œuvre à bon marché !
    Nous, les professionnels de santé pour qui les conditions de travail sont lamentable et dont le droit de grève est bafoué nous allons etre remplacés par des pauvres étudiants infirmiers !! Pénurie de personnel oblige !!!

  23. Anonyme dit :

    Lauriie Bernardi on va se régaler quelle connerie

  24. Anonyme dit :

    Laura Vilmain NOOOON rémunéré en plus on est vraiment passé au bon moment

  25. Anonyme dit :

    Et bien on voit bien que ce sont encore des gens dans les bureaux qui nous sorte des âneries pareils

  26. Anonyme dit :

    J ai jamais eu de stages rémunérés. Mais pourquoi enlever les progrès? Par contre si ça permet de voir les vraies motivations… Je valide parce que tutrice c est épuisant…………..

  27. Anonyme dit :

    Ouais et les 3 mois avec nos semaines de stages et de cours on case ça où ??

  28. Anonyme dit :

    Mallaury Laurena Cassandra Dose c’est pas mal mais stage non rémunéré merci ciao lol

  29. Anonyme dit :

    Gwen HD Cyrielle Perriot Julie Williams , on a été diplômé à temps les filles , ça va devenir n’importe quoi ..

  30. Anonyme dit :

    Encore de la main d’oeuvre gratuite!!

  31. Anonyme dit :

    Les études dans les IFSI sont déjà assez conséquentes, les étudiants ont déjà beaucoup à faire, quand auront ils le temps de faire ce service ?

  32. Anonyme dit :

    Les amateurs qui ont pondu ça, ont juste oublié un point de détail : L’organisation concrète sachant que rien n’a été anticipé et avec des universités fermées l’été. Encore un coup de communication politique, sans réflexion !

  33. Anonyme dit :

    Coralie Rb on a bien fait d’être diplômé té

  34. Anonyme dit :

    Amandine Dardenne on a pas fini de lire de belles bêtises olala mon dieu. Rendez nous notre vrai cursus IDE

  35. Anonyme dit :

    Mike Demmane Laura Vicidomini heureusement qu’on a fini

  36. Anonyme dit :

    Mais les stages n’ont jamais été rémunérés !!!

  37. Anonyme dit :

    Je plains les nouveaux étudiants… c t déjà flou avec le nouveau dispositif et le passage en filière universitaire, ça l’est encore un peu plus maintenant…
    Il n’y avait pas déjà un stage en santé publique obligatoire dans le cursus ? Pourquoi 3 mois non rémunérés?

  38. Anonyme dit :

    J adore cette photo tous agglutinés autour d un pc pas de patients voila la facon moderne de soigner …

  39. Anonyme dit :

    Et voilà le retour du dévouement gracieux des bonnes soeurs…

  40. Anonyme dit :

    Il y a 15 ans dans mon ifsi ça se faisait déjà : un module de prévention!

  41. Anonyme dit :

    Euh j’ai rien compris… C’est le fameux service national transposé à la santé ? Ou c’est encore une nouvelle connerie ? Parceque ancien militaire en étude promotionelle, je ne pense pas avoir à faire preuve de ma citoyenneté !

  42. Anonyme dit :

    Completement con
    De plus en plus d’incohérences et non rémunéré hein du génie ça !
    Après la suppression du concours c est de mieux en mieux
    Ravie d’être diplômée depuis six ans

    • Anonyme dit :

      Mon métier que j’ai pratiqué avec passion et conviction n’est plus le même…….je suis entrée par concours normal pour avoir un minimum de niveau puis 2 ans et demi d’études avec stages non rémunérés , mémoire en fin d’étude puis examen DE . Je travaillais avec et pour le patient je communiquais avec chacun les rassurants , donnant des conseils alimentaires hygiénique suivi et surveillance de traitement …. Je notais sur des dossiers , depuis que l’informatique est là moins de temps pour le patient …..peu de communication personnel insuffisant sur booké epuisé n’ayant pas assez de repos pour se ressourcer…..personnel maltraité pas assez de solidarité de nos jours tout le monde souffre et ne peut soutenir ses collègues. Je ne voudrais pas faire mon métier tel qu’il est aujourd’hui cela me désole m’attriste …..courage à la nouvelle génération j’ai exercé 30 ans avec le début de cette métamorphose en fin de carrière , je souhaite plein de courage à toutes les infirmières d’aujourd’hui et de demain.

    • Anonyme dit :

      À priori, ca sera ajouté à la typologie de stage “lieu de vie” et donc, intégré au cursus de stage classique

      Pas de travail l’été, ni d’exploitation pendant 3 mois ni de non-indemnisation 😉

  43. Anonyme dit :

    Blabla Blablabla : regarde la photo qui illustre l’article !!!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
391 rq / 2,071 sec