Carnet de santé : ce qui va changer

Les nouvelles courbes de taille, de poids et de périmètre crânien se situent au-dessus des courbes précédentes. De nombreuses innovations dans leur présentation vont aider les parents et les professionnels de santé à suivre la croissance des enfants. 


La surveillance de la croissance des enfants est une activité essentielle. Elle peut avoir des buts variés, comme le suivi de l'adéquation des apports nutritionnels en situation normale ou pathologique, ou le repérage précoce de maladies. Cette surveillance repose sur des mesures régulières de poids, de taille, de périmètre crânien, le calcul de l'indice de masse corporelle (IMC) et leur comparaison à des données de références. 

"Les courbes de croissance françaises datent de 1979 et ont été établies à partir des mesures de quelques centaines d'enfants dans les années 50 et suivis jusqu'à l'âge adulte. Il a été démontré que ces courbes, ainsi que celles proposées par l'OMS, n'étaient pas optimales pour le suivi de croissance des enfants contemporains en France", explique l'Inserm dans un communiqué. 

La direction Générale de la Santé a donc chargé en octobre 2016 les chercheurs d'une unité Inserm de produire des courbes de croissance actualisées des enfants français pour la nouvelle édition du . Pour cela, ils ont opté pour une approche innovante de type "Big data". Un partenariat public/privé a été mis en place.

"L'extraction massive de données à permis de recueillir et d'analyser environ 5 000 000 de mesures de poids, de taille ou de périmètres crâniens auprès de 42 médecins tirés au sort ayant donné leur accord parmi les pédiatres de l'Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) et médecins généralistes, en tenant compte de la région et de la taille des villes d'exercice, et ce, afin d'assurer une bonne représentativité de l'ensemble du territoire métropolitain". 

Qu'est ce qui a changé en pratique? 

Comme attendu, les courbes de taille et de poids se situent "nettement au-dessus" des courbes précédentes. 

Par exemple, à 10 ans, la médiane de la taille des filles des nouvelles références est de 139,5 cm contre 134,7 cm sur les courbes précédentes, soit quasiment 5 cm. "Même si ces différences se réduisent à la fin de la puberté, cette évolution pourrait théoriquement amener à s'inquiéter sur la normalité de la croissance d'un nombre plus important d'enfants, c'est pourquoi il est indispensable de prendre en compte dans leur interprétation la taille cible parentale dont la formule a été introduite dans les carnets de santé", informe l'Inserm. 

Concernant le poids et comme recommandé par la Haute Autorité de Santé, le repérage du surpoids et de l'obésité de l'enfant doit reposer sur le suivi de la courbe de corpulence (c'est à dire de l'IMC) et non de la courbe de poids. "A partir de deux ans, les courbes de corpulence représentées dans le carnet de santé sont donc celles proposées par l'International Obesity Task Force (IOTF) mais le comité d'expertise a souhaité les faire précéder des courbes AFPA-Inserm/CRESS-CompuGroup Medical 2018 avant deux ans, afin de permettre la visualisation du pic de corpulence autour de neuf mois". 

De nombreux autres changements ont été introduits : des courbes de poids et de taille différentes pour les garçons et les filles dès la période de 0-3 ans; des courbes de périmètre crânien 0 et 5 ans elles aussi spécifiques garçon/fille et la représentation de plus nombreux couloirs de croissance afin de mieux suivre les trajectoires individuelles. Enfin, le carnet contient des indications des périodes pubertaires normales pour inciter à leur utilisation dans l'interprétation des courbes. 

Rédaction ActuSoins (source :  Inserm)

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Carnet de santé : ce qui va changer”

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
359 rq / 4,951 sec