IADE : une décision d’équivalence qui passe mal

Accorder, sous condition de la validation d'un stage de trois semaines, une équivalence IADE à une infirmière ressortissante portugaise, ne possédant à priori pas les pré-requis et le niveau pour exercer la spécialisation ? Les syndicats SNIA et UFMICT-CGT s'indignent d'une telle décision, prise par la DRJSCS (Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports et de la Cohésion Sociale) de Nouvelle Aquitaine et soulèvent de nouveau la question de la procédure de reconnaissance des diplômes infirmiers spécialisés étrangers en France. 

La DRJSCS Nouvelle Aquitaine, à travers sa commission d'autorisation d'exercice, a donné suite à un dossier présenté par une titulaire du diplôme d'infirmière portugais souhaitant exercer la profession d'infirmier-anesthésiste sur le territoire français. La commission a statué dans le sens d'une reconnaissance des qualifications professionnelles sous couvert de la validation d'un stage de trois semaines. 

Le hic? Cette décision ne respecterait pas la réglementation en vigueur et poserait notamment "un problème au niveau de la sécurité des patients", expliquent, dans une lettre adressée au directeur de la DRJSCS de Nouvelle Aquitaine  dont ActuSoins a eu copie, le SNIA et l'UFMICT-CGT. 

"Après vérification auprès des autorités de santé du gouvernement portugais et de l'Ordre National Infirmier portugais (Ordem dos Enfermeiros), il apparaît qu'il n'existe pas dans ce pays de spécialité d'infirmière-anesthésiste ou fonction d'infirmier-anesthésiste sous quelque forme que ce soit", ajoutent les syndicats, qui notent que par ailleurs, le Portugal n'est pas membre de l'IFNA (International  Federation of nurses anesthesists) regroupant les organisations d'infirmières-anesthésistes dans le monde. 

"Ce constat aurait dû mener les services de la DRJSCS à refuser le dossier présenté au titre de sa non-conformité", remarquent les syndicats. En effet, il n'est pas possible de faire reconnaître des qualifications professionnelles acquises dans un pays où la profession et la fonction n'existent pas. 

"Cela contrevient au principe même de la directive européenne selon lequel le dispositif de reconnaissance des qualifications professionnelles concerne les personnes ayant acquis leurs qualifications professionnelles dans un Etat membre et souhaitant l'accès à la même profession et d'exercice de cette profession dans un autre Etat membre", ajoutent-ils. 

Selon les syndicats, l'infirmière portugaise concernée aurait suivi, après l'obtention de son diplôme d'infirmière, une formation complémentaire pouvant s'apparenter aux diplômes universitaires français (DU) sur le thème de l'anesthésie réanimation. "Ce type de contenu suivi en formation à temps partiel est, dans le contexte local, délivré dans un objectif informatif et non formateur. Il ne saurait remplacer la formation de spécialité d'infirmière-anesthésiste graduée Master en vigueur en France pour accéder au titre d'infirmière-anesthésiste", expliquent le SNIA et l'UFMICT-CGT. 

Un dispositif d'équivalence qui pose question 

La profession d'infirmier anesthésiste (IADE) fait partie des professions réglementées. A ce titre, l'exercice de cette profession nécessite une autorisation préalable. Le droit français, en accord avec la réglementation européenne, permet l'exercice de la profession sur le territoire national à des professionnels ressortissants de l'Union Européenne ou de l'espace économique européen. Cet exercice est assujetti à une autorisation d'exercer délivrée par les DRJSCS. Pour les IADE, comme pour tous les infirmiers spécialisés, cette autorisation n'est pas automatique et nécessite une procédure de validation avec présentation devant une commission placée sous l'autorité d'une DRJSCS. 

"Cette procédure est loin d'apporter les garanties nécessaires au maintien de la sécurité des soins en anesthésie et nos organisations syndicales constatent et dénoncent depuis plusieurs mois de très graves lacunes", expliquent les syndicats dans leur lettre. 

Et de demander au directeur de la DRJSCS d'étudier le dossier "dans de plus brefs délais" et de "prendre d'urgence toutes les mesures qui s'imposent afin de garantir le maintien de la sécurité en anesthésie sur le territoire national".

 

M.S

 

Reconnaissance des diplômes infirmiers internationaux : lire aussi Formation initiale à l'étranger / Pourquoi? Pourquoi pas ?

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

46 réponses pour “IADE : une décision d’équivalence qui passe mal”

  1. C’est ça l’avenir : déclasser, fragiliser toutes les professions : c’est l’ubérisation le grand projet à Macron !

  2. Et la nationalité portugaise, Carina Guerreiro n’est pas la “cible” ni cette infirmière portugaise en tant qu’individu.

  3. “Seul “est le raccourci…..
    BREF au Portugal une ide est elle habilite a endormir un patient?

  4. Carina guerreiro.Le diplôme ide portugais est de très bonne qualité. Encore une fois cela n A Rien à voir. La pratique anesthésisque n est pas la même .
    Question.une ide portugaise peut elle endormir seule mX pour une PTH dans la salle y….
    La formation au Portugal n existe pas . Pour aboutir à ce modèle.

  5. Au Portugal existent plusieurs spécialités, pas que 4 comme en France! D’autant plus on forme des très bons professionnels et notre DE est de 4 ans, diplôme universitaire! Avant de jeter quoi que ce soit à la nationalité on s’assure de la véracité! Je ne pense pas que ce soit le cas là!

    • Le DE d’infirmière est effectivement obtenu après une formation de 4 ans et cette formation est de très bonne qualité. Rassure toi les syndicats SNIA et UFMICT-CGT se sont correctement renseignés.
      Mais là il est question de la profession et de la fonction d’IADE

    • Tu réagis en tant qu’infirmière ou en tant que portugaise ? 😉

    • Vincent EH dit :

      Il n’existe pas d’équivalence à la formation d’IADE au Portugal. Point.

    • Donc en gros comme il n’existe pas de spécialité IADE au portugal, se sont les médecins qui réalisent les anesthésies ?

    • Oui, comme dans de nombreux autres pays. La fonction d’infirmier(e) anesthésiste n’existe pas dans beaucoup de pays du monde, où ce sont des médecins ou d’autres auxiliaires médicaux qui réalisent des actes d’anesthésie. Par ailleurs, même dans les pays où le métier d’infirmier(e) anesthésiste existe, il y a une grande disparité dans les compétences et le niveau d’autonomie de ces professionnels. À titre d’exemple, aux États-Unis il y a des états où les CRNA (certified registered nurse anesthesist) peuvent exercer de manière totalement indépendante (en assurant leurs consultations d’anesthésie, le per-op et le post-opératoire, tous les actes s’y rapportant (voies centrales, ALR etc); il y a la Russie où les infirmier(e)s anesthésistes ont essentiellement une fonction logistique de gestion de matériel et pharmacie pour le domaine d’anesthésie et n’ont aucune compétence technique supplémentaire.

  6. je pense que je vais demander la nationalité portugaise…..

  7. Pourquoi pas 6 mois de formation pour faite médecin généraliste, dentiste ou detmato…mais où ça le monde ?? On brade notre santé et sécurité .

  8. Legorafi est de plus en plus désopilant .

  9. Scandaleux. On brade désormais la sécurité des patients. Une honte !!!!

  10. 2 ans à en chier versus 3 semaines de stage ? On voit bien que ceux qui ont pris cette décision n’ont jamais mis les pieds dans un bloc et ne connaissent pas l’exigence de cette spécialité pour assurer une sécurité des soins… Il en est de même pour beaucoup de décisions… Le système de santé part en couille car les administratifs ont pris le pouvoir et n’ont pas conscience des besoins des soignants pour une prise en charge de qualité et sécurité… Seul l’argent compte… Nous pouvions être fiers autrefois d’avoir le meilleur système de santé au monde… Mais ça c’était avant…

  11. Tant que nous y sommes , pourquoi pas un DE obtenu dans une pochette surprise Kinder ?

  12. Mohamed Jay dit :

    Amandine t’es sérieuse?? T’as pas le niveau!

  13. une harmonisation des pratiques/diplômes européennes, et cela metteras l’ensemble des infirmiers (spé ou pas) sur un pied d’égalité ! Il ne faut pas penser que ce n’est qu’en France que l’on forme de “bonnes” IDE,…

    • La formation initiale d’infirmière au Portugal est d’excellente qualité et ce n’est pas cela que les Iade de France remettent en cause. C’est que la Spécialité d’Iade n’existe pas au Portugal et que par conséquent, il ne peut y avoir d’équivalence accordée en France pour une infirmière portugaise. Or, une ARS a oublié ce “petit” détail en acceptant le dossier de cette infirmière portugaise. Voilà la raison de la colère…
      Bom dia

    • C’est bien pour ces raisons là, que j’évoque une harmonisation des diplômes Européens ! …Le consensus ou le corporatisme des IADEs sont ils prêts pour cela !?

    • Nous n’avons pas le choix que de faire face à une harmonisation des diplômes européens et la venue d’infirmiers ou infirmières européens qui exerceront en France à l’image des “Plombiers polonais” que l’ont a connu il y a quelques années…. Maintenant, les pare-feux que les corporatistes Iades de France veulent maintenir, c’est pour toujours pouvoir répondre OUI à une question simple: “Est ce que je peux être anesthésié sans crainte par cette personne ?”… Nous souhaitons rester garants de cette formidable sécurité en anesthésie obtenue et nécessaire aujourd’hui en France.
      Cordialement

    • Oui OK mais 3 mois contre 2 ans d’études loin d’être faciles ???

    • J’ai l’utopie de croire que les infirmiers anesth souhaitent le meilleur pour l’ensemble des patients européens et non pas que les Français. Alors pourquoi garder une “expertise française”, ne faut-il pas l’étendre aux pays !? Le savoir n’est bon que si l’on le partage. Un master infirmier en anesthésie, ne pourrait-il être travailler et mis en place par les IADES eux-mêmes. Je soumet juste une idée d’évolution…

    • La réingenierie du diplôme d’état d’Iade a été menée à son terme par les Iades en 2011 et la formation est reconnue Master 2 depuis 2012…. On a donc évolué en ce sens depuis 6 ans maintenant…. Le seul problème que nous rencontrons au jour d’aujourd’hui c’est la rémunération qui n’a pas été portée à la hauteur du niveau bac+5…..

    • Les iades sont prêt a une harmonisation . D ailleurs la formation française est mise en avant . D ailleurs nous sommes adhérents à IFNA. Comme d autres collègues européens.
      Nous sommes sur une convergence.
      Hors dans le cas du Portugal.
      La formation sanctionnee par un diplôme est inexistante. Le Portugal est absent de IFNA.
      Il ne s’agit pas de corporatisme franchouillard.mais de défendre un niveau de compétences. Et de mettre tout le monde au plus haut niveau d excellence que l on peut espérer.dans le but de répondre à l exigence de soins et de préparer nos métiers aux demandes de démain.

    • Me voilà moins ignorante. Merci Bruno Philibien et Miguel Roberto 😉

  14. Tout cela n’est pas nouveau. En 2008 alors que j’étais à l’école d’Ibode, l’hôpital de Chateaudun avait 2 IDE Slovaques l’une avait fait un stage de 3 semaines pour avoir l’équivalence IBODE, l’autre avait choisi d’entrer à l’école d’IADE mais elle s’était rapidement retrouvée en difficultés

  15. à part prendre le risque de mettre les patients en danger on va rien y gagner

  16. Allez ! Encore plus fort ! Cômme on est en train de supprimer les iade des samu !

  17. Jluc Suteau dit :

    J’ose espérer qu’il ne s’agit que d’une fausse nouvelle car dans le cas contraire il faut porter cette mesure devant les instances susceptibles d’annuler une telle absurdité

  18. Non non non. On ne peut accepter de transiger avec les formations et les diplômes. C est déplorable

  19. Et dire que quand tu fais une spé de 1 an type siamu et 1 an encore type en anzsthesiologie en Belgique
    La drjscs demande généralement 6 mois de stage en service type réanimation pour envisager une équivalence d IADE en France … C’est du n’importe quoi
    C’est un DU pas une formation complète … Allez demain je regarde il était une fois la vie sur France 4 et je vais devenir Dr dans ce cas

  20. Nadia Caron dit :

    Et dire qu’a yne epoque je voulais passer le diplome d’IADE en promotion professionel mais pas de financement par l employeur car trop cher. On tourne vraiment sur la tete di maintenant 3 semaines de stage sufgisent je vais me faire naturaliser portugaise

  21. ça promet ; du grand n’importe quoi ??? on manque donc tant que ça d’IADE ?? 2 années d’études contre une équivalence de 3 semaines ??? bonjour les accidents d’anesthésies

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
246 rq / 1,472 sec