La Croix-Rouge expérimente l’Ehpad à domicile

Une initiative, EHPAD@DOM, portée par la résidence Stéphanie, à Sartrouville (78) et menée avec La Croix-Rouge des Yvelines, déplace l'Ehpad au domicile des résidents. 24 lits  ont d'ores et déjà été ouverts. 

Près d'un mois après les premières installations des dispositifs au domicile des particuliers, le projet, soutenu par l'ARS Ile-de-France, répond à plusieurs enjeux, notamment celui de "proposer une alternative fiable au tout domicile ou au tout établissement", explique la silver tech Bluelinea, qui participe également au projet,dans un communiqué. 

"En diversifiant les modes de prises en charge disponibles et en favorisant le libre choix d'une offre de services, EHPAD@DOM permet d'assurer une prise en charge sécurisée des personnes âgées dont l'état de santé et/ou la perte d'autonomie nécessiterait une mise en institution mais préférant rester à domicile". 

Cette offre de services permet d'assurer pour les résidents à domicile 24h/24 et 7J/7 des prestations comparables à celles proposées à des résidents en EHPAD

Le projet s'appuie sur l'implantation locale de l'EHPAD et les autres services de la Croix-Rouge et de Bluelinea, et propose un accompagnement jour et  nuit aux personnes suivies. "Cela permet une véritable coordination des soins, précieuse tant pour le résident que pour le professionnel de santé"

Cette offre repose notamment sur le bouton d'appel avec détection de chutes connecté à une plateforme, afin de délivrer un service d'accompagnement, de réconfort et d'assistance. Pour Laurent Levasseur, président du directoire Bluelinea, qui s'est exprimé à l'occasion du Congrès 36h Chrono Faire Avancer la Santé Numérique, " l'ouverture de ces premiers lits d'Ehpad à domicile vient concrétiser plusieurs années de travail de recherche et développement autour de ce thème". 

Dans ce contexte, l'Ehpad peut devenir un facilitateur de maintien à domicile. "En s'appuyant sur les nouvelles technologies et la domotique, des services précieux peuvent être apportés au domicile : aménagement de l'habitat, traçabilité des actions, suivi de l'intervention des professionnels, gestion des alertes, commandes des repas", explique le communiqué. 

Rester à domicile plus longtemps et dans de meilleures conditions

Il s'agit d'accompagner 24 personnes âgées en perte d'autonomie à domicile pour leur permettre de "rester plus longtemps et dans de meilleures conditions" chez elles, et de "lutter contre la solitude", a expliqué  au site Gerontonews Alice Monchambert, chef de projet filière personnes âgées à la direction des métiers sanitaires, sociaux et médico-sociaux de la Croix-Rouge. 

La Croix-Rouge souhaite ainsi faire "bouger les lignes des politiques publiques" et "implanter ce type d'offre dans la plupart des Ehpad", a t-elle assuré. Pour cela, outre les Ehpad, elle souhaite s'appuyer aussi sur les Ssiad (Services de soins infirmiers à domicile) et les Saad (Services d'aide et d'accompagnement à domicile) existants pour renforcer la coordination, l'accompagnement à domicile et la sécurité (astreinte infirmière la nuit, possibilité d'être accueilli en urgence non vitale). 

Un reste à charge de 174 euros par mois

Les personnes âgées qui expérimentent le projet participent à hauteur de 174 euros par mois. Un forfait qui leur permet d'accéder à toutes les prestations à l'exception de la restauration et du salon de coiffure. 

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

17 réponses pour “La Croix-Rouge expérimente l’Ehpad à domicile”

  1. alexhi dit :

    Avec tous ces Ehpads ressemblant le plus souvent à des mouroirs, il s’agit d’une belle initiative qui mérite d’être répliquée dans d’autres départements. L’association adiam pourrait être un relais sur la région parisienne avec son SSIAD (www.adiam.net/service-de-soins-infirmiers-a-domicile/)

    • Agnes Incana dit :

      Très honnêtement quand vous visitez certains Ehpad, même avec du monde autour,l’isolement social est là.

      Après,je ne dis pas que ce genre d’initiative est LA solution,disons juste qu’il est inutile de voir du négatif avant d’avoir essayé.

      J’ai assisté à maintes reprise au placement en Ehpad forcé, à la détresse et aux pleurs des gens obligés de quitter leur foyer de plusieurs décennies. Ça n’a rien d’humain non plus.

      J’ai même entendu des patients dire qu’ils se tueraient si on les plaçait de force. D’autre développent un syndrome de glissement.

      Chaque individu est unique,chaque situation également, la solution aux maux doit l’être aussi.

  2. Non c le facteur de nuit qui les surveillent ou alors peut être le pharmacien c à la mode actuellement vaccin bientôt pansement et qui sait le reste un de c 4 un peu dévalorisant pour un doctorat non docteur ‍⚕️…

  3. Nou Na dit :

    On voit difficilement la différence avec ce qui existe déjà aujourd’hui à travers différents prestataires coordonnées (gestion chutes soins nursing repas etc). C’est surtout des Ehpad qui se positionnement sur un secteur porteur à savoir le domicile. Plus une stratégie qu’autre chose…

  4. Le truc qui marche que quand le patient n’est pas Alzheimer ou dément. On sait bien que le domicile à ses limites

  5. Alexis George dit :

    Ouais .. c est un SSIAD avec des soins la nuit quoi.

  6. Alice Jugnet dit :

    Dommage que ce soit une initiative privée…

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
353 rq / 1,747 sec