Eviter la perte d’autonomie des personnes âgées pendant une hospitalisation : une question d’organisation

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié deux documents pour aider les équipes hospitalières à mieux s'organiser afin de bien prendre en charge les personnes âgées hospitalisées et prévenir la perte d'autonomie liée à l'hospitalisation.

 

Eviter la perte d'autonomie des personnes âgées pendant une hospitalisation : une question d'organisationEn France, près de 3 millions de personnes âgées de 70 ans et plus sont hospitalisées une ou plusieurs fois chaque année. Cela représente 29% des séjours hospitaliers en services de soins aigus, soit près de 5,4 millions de séjours. L'hospitalisation constitue une étape critique qui les expose à un risque de perte d'autonomie.

Réduire la dépendance iatrogène liée à l'hospitalisation

"La perte d'autonomie liée à l'hospitalisation est en partie évitable si on adapte les soins et l'environnement hospitalier aux besoins spécifiques des patients âgés", explique la HAS. 

Lors d'une hospitalisation, une personne âgée peut perdre ses capacités à réaliser seule certaines activités de base de la vie quotidienne comme se lever, marcher, s'habiller, manger.

"Cette perte d'autonomie qui survient durant l’hospitalisation peut être due à plusieurs facteurs intriqués : certains sont liés au patient (sa pathologie et son état de santé avant l’hospitalisation) ; d’autres sont liés aux modalités de soins et à l’environnement hospitaliers. A propos de ces derniers, on parle de dépendance iatrogène liée à l’hospitalisation, un phénomène en grande partie évitable qui concerne près de 10 % des personnes hospitalisées."

Le travail de la HAS, mené en coproduction avec le CNPG (Conseil national des professionnels de gériatrie), s’appuie sur l’analyse de la littérature pour préconiser la mise en place d’actions d’amélioration dans les services hospitaliers recevant des personnes âgées. Concrètement, il s’agit de dépister, de prévenir, suivre et de traiter les 6 causes principales de dépendance iatrogène liée à l’hospitalisation : le syndrome d’immobilisation, la confusion aiguë, la dénutrition, les chutes, l’incontinence urinaire et les effets indésirables des médicaments. Des actions simples et de bon sens sont recommandées, telles que favoriser la mobilité du patient, éviter les périodes de jeûne injustifiées, réévaluer l’utilité des différents traitements médicamenteux…

"Ces recommandations remettent parfois en cause des pratiques réalisées en routine, et nécessitent d’accompagner le personnel dans un changement des pratiques à tous les niveaux de l’organisation hospitalière administrative, médicale et paramédicale", explique la HAS.

La fracture de la hanche : opérer rapidement avec une organisation orthogériatrique pour améliorer le pronostic

L’autre recommandation de la HAS, plus spécifique, a pour objet l’amélioration de la prise en charge des personnes âgées hospitalisées pour une fracture de la hanche. Objectif : aider les établissements à s’organiser et les professionnels à adapter leurs pratiques pour diminuer la perte d’autonomie des personnes âgées hospitalisées.

"La fracture de la hanche au sein de la population âgée est fréquente avec 50 000 cas par an chez les femmes et 16 000 chez les hommes… Elle est cause de perte d’autonomie, d’entrée en institution, de complications et de décès :10 à 30% des patients deviennent dépendants, 25 % entrent en Ehpad[1] et 20 à 24 % décèdent dans l’année", souligne la HAS. 

En pratique, c’est la mise en place d’une organisation orthogériatrique au sein de l’hôpital qui est préconisée, afin de répondre aux besoins spécifiques de ces patients âgés hospitalisés et permettre de réduire le délai opératoire à moins de 48 heures, ce délai constituant l’un des principaux facteurs de surmortalité. La HAS recommande aussi une mobilisation et une rééducation précoces, poursuivies à domicile, et la prévention d’une seconde fracture de la hanche par un traitement de l’ostéoporose et des actions d’amélioration pour réduire les risques de chute. 

La HAS entend poursuivre ses travaux en direction de cette population fragile qui fait partie de ses priorités stratégiques. Elle publiera, dans le courant de l’année 2018, un guide parcours pour améliorer la prise en charge diagnostique et thérapeutique des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et un guide de consultation et de prescription d’activité physique et sportive pour les personnes âgées et pour les patients atteints d’une maladie chronique.

Rédaction ActuSoins

En savoir plus : les fiches de la HAS

Prévenir la dépendance iatrogène liée à l'hospitalisation chez les personnes âgées

Orthogériatrie et fracture de hanche

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

59 réponses pour “Eviter la perte d’autonomie des personnes âgées pendant une hospitalisation : une question d’organisation”

  1. Lol ou pas….c est complètement contradictoire avec l orientation de notre ministre qui mise sur l hospitalisation ambulatoire

  2. Sabine Truel dit :

    ” afin de mieux s’organiser” !!!!!!!!!!!!!!????????
    parler du terrain pendant que le loup n’y ai pas !!!

  3. Anne Rambois dit :

    Des plublications de documents pour aider qui, quoi ? les équipes sont des personnes responsables et diplômées, comme vous à l’HAS ! l’organisation ça nous connait, on a seulement besoin d’un peu de recrutement supplémentaire !

  4. Du personnel en plus , la seule solution !!!

  5. Je pense que le milieu hospitalier est déjà bien organisé ce qu’il faudrait mettre plus de bras surtout moi j’ai travaillé 43 ans à l’hôpital je sais qu’est-ce que c’est nous sommes pas des robots moi je suis retraitée

  6. Mieux s’organiser avec rien, chapeau bas la HAS. Commencez par faire du ménage dans la superposition de cadres supérieurs, cadres de pôles, directeurs des soins. Une seule strate suffit à ce niveau de décision . Et ce sera beaucoup plus fonctionnel.

  7. Omar Hdo dit :

    Hahaha , il suffisait d y penser… et pourquoi pas publier trois documents pour aider les équipes hospitalières à guérir le cancer à distance ?? En tout cas on voit que vous savez où vous allez: hôpital maison de retraite !

  8. Blablabla…tellement plus facile de leurs grands bureaux…

  9. des documents ça oui des credits ça NON!!!

  10. Employons déjà les bons termes…, il ne s’agit pas là d’autonomie mais d’indépendance !!!

  11. ça ne serait pas plutôt mettre du personnel ? ha oui, j’oubliai qu’avec les économies à faire dans les hôpitaux on doit supprimer des postes de soignants et augmenter les postes de cadres, c’est logique

  12. Pas assez de bras il y a, escares tu auras ,en hepad tu rentreras les caisses de l’état tu renflouera

  13. Le mieux serait peut-être déjà de mettre assez de personnel…hein ? La HAS…..

  14. On attend que ca ! Révisez nos effectifs !

  15. Faudrai mettre l Ars au boulo auprès des patients ainsi que la direction et les cadres au moins une semaine pour voir si l’organisation est le seul problème ! !!!!!

    • Nel Dorard dit :

      Vous croyez que les cadres n’ont pas leur lot ? je suis Cadre depuis 1987 et je peux vous dire que ce n’est plus du tout La meme chose ce que vous vivez nous le vivons également et nous faisons pas mal d’heure 10 à 11h par jour Ca vous dit quelque chose ? et bien sûr sans repos en semaine alors arrêtez de taper sur les cadres qui vivent ce que vous vivez

    • Ah oui , pourtant les pauvres cadres que vous citez n hésitent pas à arranger la loi sur les planning et temps de repos à leur guise et avantage sans aucune humanité ni compassion en nous utilisant comme des pions. Vous travaillez 10 heures par jour et bien libre à vous d’être cohérent dans votre manière de traiter le personnel en 5 min par jour . Je ne met pas tous les cadres dans la même marmite mais pour moi qui travaille depuis 20 ans , la marmite deborde

    • J’oubliai nos cadres à nous ne bossent pas 10 heures par jour ……loin de là ! !!!!!

  16. So Phie dit :

    L’organisation……toujours le même mot qui revient .Et le temps et les personnels.

  17. Annik Ott dit :

    C’est sur qu’avec la chirurgie ambulatoire, ça va pas s’arranger….. Mais c’est sûr que c’est encore un problème d’organisation et que les soignants incapables ont besoin de l’aide de la ministre pour ça……

  18. Heureusement les robots arrivent! (clinique du parc Toulouse) entendu sur France Inter ce matin…

  19. Alors là je me marre s organiser,oui et avec quels moyens,notemment humain

  20. Il est temps de se questionner à ce sujet !!

  21. Facile: on enlève des procédures, donc des admnistratifs et autres cadres… Et avec l’argent on embauche du personnel de terrain qui pourra chouchouter les patients comme ils le devraient. De toute façon la mode c’est le management par l’auto-gestion, non?!

  22. Comment dire… ya juste besoin de moyens humains.
    Les conseils de bureaucrates, on en a pas besoin !

  23. Mieux s’organiser…. HA HA HA HA HA HA HA !!!!!!!! HI HI HI HI HI….!!!! trop drôle

  24. Bien sûr, l’organisation !!!
    Mais ne sommes nous pas déjà des pros de l’organisation ?
    C’est nous renvoyer encore une fois la balle…
    ( organiser = verbe français signifiant « se couper en dix » )

  25. Zépol Karé dit :

    Ça, pour sortir des documents, des manuels, des protocoles, des procédures de “bonnes pratiques”, ils sont fort ces bureaucrates. Mais de quoi avons nous besoin pour prendre soin ? De temps et de personnes.

  26. Niko Bro dit :

    “Mieux s’organiser” :
    Réponse de répondeur automatique… pardon, de cadre de santé face au désarroi des équipes soignantes éreintés par le manque de temps et de personnel.

    • oui, encore une reponse pompeuse pour pallier a un deficit economique 😧

    • Niko Nicolas dit :

      Avant de porter un jugement sur les cadres de santé, je pense que le problème est tout autre. Repenser son organisation est parfois nécessaire pour s’adapter au système de santé toujours en mouvance.

    • Niko Bro dit :

      Niko Nicolas : Quand vous êtes clairement en sous effectif, que vous êtes obligé de faire de la merde et que votre cadre n’a pas le courage élémentaire d’avouer que le problème vient du dessus tout en faisant porter implicitement la responsabilité sur les derniers maillons de la chaine, oui cela induit des jugements de valeurs.

    • Niko Nicolas dit :

      Je ne connais pas votre cadre mais il n’a pas à vous avouer les décisions si vous connaissiez bien l’organisation hospitalière. Le cadre tout comme l’ensemble des soignants est soumis aux décisions de la direction qui elle même applique les injonctions des tutelles ( ars hasard. …)
      Cependant en tant que cadre j’essaye au mieux d’accompagner et soutenir mon équipe.

    • Niko Bro dit :

      Quand votre équipe soignante vous fait remonter depuis des lustres que les soins sont à la limite de la maltraitance (pour être poli hein…) parce que le personnel est pris par le temps et le manque de moyen, et que le personnel lui-même est au bord de la rupture, la réponse c’est pas :
      – Essayer de mieux vous organiser. (Tu peux faire toutes les équations différentielles du monde, si il y a 1 soignant pour 20 patients, ça fera toujours 1 soignant pour 20 patients.
      – Pensez aux patients (On y pense jamais bien évidemment…)
      – Demandez vous si vous aimez votre métier (tentative de culpabilisation à 2 balles quand on a plus d’argument).

      La seule réponse décente c’est :
      – Je suis tout à fait conscient que vous êtes totalement en sous effectif. Je vous laisse liberté d’aller au plus urgent, c’est à dire la sécurité et les soins minimums. Je me charge d’expliquer aux familles que vous faites votre possible. Je suis prêt à vous soutenir dans l’optique de faire réellement bouger les choses quant à cette situation totalement inacceptable.

    • Niko Nicolas dit :

      Je suis tout à fait d’accord avec vous. C’est notamment le discours que je tiens à mon équipe.

    • Niko Nicolas dit :

      On est bien d’accord que le plus important c’est le personne soignée. Cependant le bien être des soignants est inéluctable dans cette prise en soins optimale.

    • Niko Bro dit :

      Dans ce cas, je n’ai aucun doute sur le fait que vous devez être particulièrement respecté par votre équipe.

    • Niko Nicolas dit :

      Je ne suis pas parfait, mais en effet je suis respecté. Une équipe est faite de personnes avec des défauts et des qualités, il faut conjuguer avec cela. Bon courage à vous , vos collègues et avec votre cadre ce qui ne semble pas simple.

    • Niko Nicolas dit :

      Vous êtes infirmier dans quel type de soins ? MCO EHPAD PSYCHIATRIE…..

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
277 rq / 2,084 sec