Normandie : un IFSI et huit IFAS supprimés

esi« Cela fait deux ans que l’Etat via l’Agence Régionale de Santé alerte sur la nécessité de revoir le quota infirmier à la baisse et qu’aucune décision politique n’avait été prise. Désormais, il ne s’agit plus seulement d’une volonté puisqu’un arrêté de réduction du quota sera publié au premier semestre 2017. Il était donc de la responsabilité de la Région de prendre acte dès maintenant de cette décision puisque la rentrée 2017 se prépare dès le mois de novembre avec la publication du nombre de places de concours disponibles » a déclaré David Margueritte lors de la conférence de presse. 

« La progression extrêmement forte du taux de chez les infirmiers, qui se traduit par une hausse de 92% ces 6 dernières années, est une réalité extrêmement préoccupante. Aujourd’hui, cela représente dans notre région environ 850 infirmiers et infirmières qui sont inscrits à Pôle Emploi alors que 1634 diplômés sortent des écoles chaque année " a t-il ensuite expliqué.

Au-delà de l’aspect quantitatif, le Conseil Régional de Normandie a expliqué prendre en considération le fait que l’insertion professionnelle se détériore de plus en plus avec notamment des contrats précaires et/ou à temps partiel.

"Le potentiel de recrutement à moyen ou long terme est donc particulièrement faible et il est de notre responsabilité de ne pas former des infirmiers qui seront au chômage demain. C’est pourquoi conformément à ce que la Région explique depuis le mois de janvier, la carte des formations doit être adaptée à cette réalité de l’insertion professionnelle. Il ne s’agit en aucun cas de sacrifier le secteur médical mais, au contraire, d’optimiser l’offre des formations" a ajouté David Margueritte. 

Dans cette même perspective, le quota d’entrées en formation dans les filières de la rééducation (masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychomotriciens, pédicures-podologues…) a été augmenté de prés de 200 places ces derniers mois. 

Une analyse technique, menée conjointement par les services de la Région et ceux de l’Agence Régionale de Santé (ARS) aurait permis de déterminer des pistes d’évolution de l’offre des formations en Normandie.

Fermeture d'un IFSI à la rentrée 2017

La Région va ainsi procéder à une fermeture d’établissement sur les 17 IFSI que compte la Normandie.

Les villes de Vire et de Flers, qui font partie d’un Groupement Hospitalier Territorial (GHT), comptent actuellement chacune un IFSI et un IFAS.  Dans une logique de regroupement par spécialité, l’objectif de la Région est que le pôle aide-soignant puisse être conforté à Vire et le pôle infirmier à Flers. 

"La plupart des IFSI d’ex-Haute-Normandie proposent actuellement des double-rentrées (septembre et février) tandis que les étudiants en soins infirmiers d’ex-Basse-Normandie ne rentrent qu’en septembre" explique le Conseil Régional dans un communiqué. La Région mettra fin au système de double-rentrée pour un seul et même institut. En revanche, afin de rationaliser les dépenses et de fluidifier les insertions professionnelles, les rentrées seront reparties entre février, pour une part des instituts et septembre, pour l’autre part des instituts de Normandie.

Propositions pour la formation des aides-soignants

"La Région a décidé de maintenir le quota de 1162 places pour la formation des aides-soignants. Celui-ci pourrait même être réévalué à la hausse en fonction des besoins du territoire" ajoute le Conseil Régional de Normandie. 

"La Normandie se caractérise par proportion d’implantation d’IFAS supérieure à la moyenne nationale avec des établissements qui ne forment parfois qu’une quinzaine d’élèves".

Dans une logique budgétaire et afin d’assurer une répartition équilibrée des instituts en Normandie, des discussions sont actuellement en cours pour préparer la fermeture de huit IFAS : Alençon Mamers, Argentan (Orne), Bernay (Eure), Caen EPSM, Honfleur (Calvados), Le Havre Coty (Seine-Maritime), Coutances et Saint-Martin-des-Champs (Manche).

La nouvelle carte des formations en Soins Infirmiers (IFSI) et Aide Soignant (IFAS) sera définitivement arrêtée au début du mois de décembre.

« La responsabilité de la Région est d’offrir une de formation de qualité. C’est pourquoi la Région investira prochainement 11 millions d'euros dans la restructuration de l'IFSI de Cherbourg et qu’un effort comparable sera également fait pour la réhabilitation de l'Institut de Fécamp » a conclu David Margueritte lors de la conférence de presse.

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

41 réponses pour “Normandie : un IFSI et huit IFAS supprimés”

  1. certes si c est pour former des soignants qui seront sans travail une fois diplômé… , merci l ‘etat car nous sommes en sous effectif global, il est là tout le paradoxe… Et franchement aujourd hui faut en vouloir pour faire ça..bcp d’entre nous regrettent ou sont en burn out .. c est pas vraiment le boulot en lui même , mais le coté déshumanisant et les conditions de travail qui se dégradent de jour en jour qui nous empêche de faire les choses bien au détriment du patient , malheureusement !

  2. On marche à l’envers!!!! Augmenter les quotas de postes dans les structures hospitalières pour permettre une prise en soin digne de ce nom!!!!voilà ce qui devrait être fait pour permettre à un jeune diplômé de trouver un job et aux infirmiers dejà en poste de travailler “normalement” .Mais c’est tellement plus simple de diminuer le nombre de diplômés….

  3. David Elie dit :

    #Israël Invente Un Moyen De Supprimer Les Tremblements d’Un Malade De #Parkinson !!! (#BFM-20/06/16)

    ➡ Partagez Cette Vidéo Avec Fierté !!!!!!!!!!!!

    Facebook.com/IsraelInfoEnFrancais/videos/360247540975945

  4. Oui bon il paraît qu’il y a suffisamment de soignants formés et en formation …

  5. Amélie Baba dit :

    En même temps quand on voit que les jeunes diplômés ont du mal à trouver un poste je peut comprendre… il y a 5 ans on avait le choix entre plusieurs cdi à la sortie du diplôme mais ce n’est plus pareil

  6. pff sa m’ecoeur grave ya bien de l’argent pour la jeter par la fenetre et pour embaucher ya plus rien grrr ral bol

  7. Cela fera plus d’étudiants en Belgique !!!

  8. Le but n’est pas de réduire les entrées dans les instituts mais revaloriser l’emploi. Nous avons besoin de nos infirmiers et de nos aides soignants. Encore au détriment des patients et des personnes en postes….
    Il n’y a pas trop d’instituts : il manque de monde en milieu hospitalier….

  9. Marie Quintard honteux c déjà la misère pour les places ..

  10. Du travail il y en a mais les directives de Marisol Touraine ne sont que politiciennes et économiques . Travailler plus pour embaucher et gagner moins !!
    Combien de postes à supprimer en 2017?
    Ne pas se faire d’illusion .

  11. Pff rendement rendement rendement cest sa les hôpitaux maintenant mais en diminuant les moyens, notre cher gouvernement ne se rende pas compte de nos conditions de travail sa leur ferait pas de mal de faire un stage en milleu hospitalier c’est un métier humain le personnel et les patient sont pas des machines, sa va entraîner des soins de mauvaises qualité car les soignant seront submergé se la charge de travail et bien out jusquau suicide pour le personnel… pff mais oui continuons à créer moins d’emploi, diminuer nos moyens encore plus pour un salaire de misère metier peu reconnue au niveau européen c triste met en contre parti gaspiller l’argent de l’état donc notre argent pour faire du “social” en accueillant des migrants… Pour la yen a des moyens et tu va devoir les soignée et bientot tu te fera agresse car tu ne fait pas ton travail à le perfection par manque de temps et de moyens on y vien on y viens on en reparlera vive la France je dis…

    • Attention notre missuon publique à toujours été d’une accueillir tout le monde et d’en prendre soin. Quelque soit leur statut. Y déroger et une faute. Qui n’a pas hébergé une femme battue sous une fausse identité pour la soustraire aux coups, hébergé un clandestin de 16 ans dialysé trouvé inconscient dans la rue, mutique et couché en chien de fusil mais souriant dès que le plateau repas arrivait. Qu’est il devenu à nouveau à la rue. J’en ai marre de ce mot migrant dans toutes les bouches. Vous en avez rencontrés ? J’ai un ami Rwanda qui a vécu des horreurs, recueilli par des amis communs. Il lui reste une soeur et ils arrivent pas à se rejoindre. Toute sa famille essassinee dont ses parents sous ses yeux. Il a le sourire non stop. Il ne se plaint jamais, adore la France et y construit sa vie. Il nous rend plus que ce qu’on a fait. On l’adore et c’est un ” migrant”.Non mais allo. Allez vite dans vos cours d’histoire.

    • Je plaint la soignante que vs êtes et je pense sincèrement que vous n’avez rien à faire dans ce métier. Pauvre de vous , fermée ds votre logique , qui ne regarde pas plus loin que le bout de son nez… les personnes comme vous me donne envie de gerber.
      -avant l’arrivée des migrants comment était les hôpitaux français et le salaire des soignants ?
      Quelle à toujours été là situa des SDF français ? On fait un tapage médiatique en hiver et op en été on oublie !!! combien de fois vous revendiquant de ne s’occuper que des français avez vous tendu ou donner une pièce à un français en détresse ,savez vous seulement dans quelle misère vit votre voisin le plus proche , lui dire même seulement bonjour? Toujours la faute aux étrangers…. pensez vous qu’ils ont choisis de naître du mauvais côté de la barrière…. et si un seul instant vous étiez à leur place ? Qu’auriez voulu qu’on vous fasse!!!!! Malheureusement vous n’êtes pas la seule à penser et dire de telles inepties !!!!

  12. Ya tellement d infirmière en France qu on a pas besoin de former youhou

  13. Chômage?pourtant il manque toujours infirmiers et aide soignante dans les service continuons ainsi et il n’y aura plus d-‘infirmier et d’aide soignante comme certaines spécialité en gynécologue ou autre

    • Tatum Wells dit :

      Étant au chômage depuis février 2016 et pourtant prête à occuper n’importe quel poste (mdr, psy geronto, long séjour etc. ) je peux dire que le chômage infirmier est une triste réalité ! À chaque fois que je postule on me répond qu’il y a plus de 100 candidatures pour le poste ! J’ai appelé et candidaté dans les hôpitaux publics qui n’ont aucun poste à proposer malgré que je n’ai aucune exigence particulière et que je sois prête à travailler dans n’importe quel service. Si on vous dit qu’on ne trouve pas d’infirmiers à embaucher, on vous ment! Il ne veulent tout simplement pas embaucher pour tirer sur la corde des IDE en place. J’espère trouver bientôt un travail ; je suis tout juste trentenaire avec 4 enfants à nourrir ! Ne croyez plus au plein emploi des IDE, c’est fini ce temps là !

    • Ma Ya dit :

      Je ne comprend pas vraiment… jai fait de l’intérim pendant près de 6 ans…. du boulot ça n’a jms manque… et à chaque fois les cadres des services me proposaient un poste….. et si tu essaie l’intérim? Ca pourrait t’ouvrir des portes?

    • Coralie Koko dit :

      Pareil que Tatum Wells ! Mais en tant qu’AS. Que des réponses négatives aux candidatures à part qq remplacements de maladie qui ne dure jamais longtemps..

    • Amélie Baba dit :

      Et oui c’est aberrant mais vrai! Il y a du chômage malgré le manque de personnel tout simplement parce que les gens ne sont pas remplacés 😉

  14. Carine Herve dit :

    Des gens à soigner il y en a bcp et de plus en plus mais le budget attribué aux hôpitaux est diminué chaque année. Alors on réorganise pour plus d’efficacité (mon oeil oui )
    On ne crée pas d’emploi pas de remplacement pour départ à la retraite. Mais les étudiants ils étudient donc ils ne ne rentre pas dans les chiffres chômage !

  15. Aurel Frndz dit :

    Ou peut-être que le but est de crédibiliser la réduction des effectifs dans les structures. C’est quand même dingue de voir dans la pratique un nombre de soignants insuffisant et dans les chiffres un besoin de réduire le nombre de soignants!

  16. Coralie Koko dit :

    En tant qu’AS y a aussi beaucoup de chômage. Diplômé depuis 1 an et demi, je trouve que des contrats de remplacements qui ne durent pas longtemps. J’ai que des refus quand j’envoi des candidatures. C’est triste d’en arriver là, y a pu de boulot nul part

  17. RK Mat dit :

    Chômage? Je dirai plutôt reinginerie de notre politique de santé ! Quand tu vois qu’il y a à peine 5 ans les esi étaient embauchés avant la fin de leurs études. Posez vous les bonnes questions.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
257 rq / 5,808 sec