Infirmière : ouvrir un cabinet libéral : les étapes à respecter pour s’installer en libérale

Vous êtes infirmier... Après plusieurs années d’exercice salarié, vous souhaitez ouvrir votre cabinet en libéral ? Attention, cela ne se fait pas d’un claquement de doigt. Des règles sont à respecter et une organisation minutieuse est requise pour une infirmière qui veut s'installer en libérale.

1/ Avoir suffisamment d’expérience pour s'installer infirmière libérale

Infirmiere : ouvrir un cabinet libéral : les étapes à respecterLa convention nationale des infirmiers libéraux fixe des conditions générales pour l’installation en libéral sous convention. La première installation est possible immédiatement si l’infirmier libéral cumule différentes conditions :

  • posséder un diplôme d'État infirmier obtenu en France, en Suisse ou dans un État membre de l'Union européenne ;
  • justifier dans les 6 années précédant la demande d'installation en libéral, d'une expérience professionnelle de 24 mois (3 200 heures) ou de 18 mois (2 400 heures) si la demande concerne des remplacements en libérale.

Cette expérience doit avoir été acquise en équipe de soins généraux, en hôpital ou en clinique, en centre hospitalier spécialisé psychiatrique, en centre de soins, en établissement militaire, en établissement médicalisé d’hébergement pour personnes âgées, dans un SSIAD ou encore au sein d’une association type Médecins sans Frontière.

2/ Conventionnement en fonction des zones pour s'installer infirmière libérale

L’installation des infirmières libérales est sectorisée en zones allant de sur-dotées à zones sous-dotées.

Dans les communes « sous-dotées », « intermédiaires » ou « très dotées » en infirmiers libéraux, aucune mesure spécifique n'est prévue.

Si l’infirmier souhaite s’installer en zone sur dotée, la CPAM examine la demande d’accès au conventionnement en tenant compte de certains critères[1] :

  • la cessation définitive d'activité d'un infirmier libéral conventionné dans cette zone (cette information est disponible sur le site Internet ameli.fr) ;
  • le projet professionnel de l’infirmier dans cette zone dans un objectif d'assurer une continuité dans la prise en charge de l'activité assurée par l'infirmier cessant son activité et d'intégration avec les autres professionnels de la zone considérée.

Dans une zone « très sous-dotée », l’infirmier libéral peut bénéficier d’une aide forfaitaire annuelle et d’une prise en charge des cotisations dues au titre des allocations familiales, sous condition d’adhésion au « contrat incitatif infirmier ». Pour connaître son éligibilité, il faut s’adresser à sa CPAM.

3/ Le local professionnel pour toute installation d'infirmière libérale

L’infirmier libéral a l’obligation de disposer d’un local professionnel réservé à l’exercice de sa profession avec des moyens techniques suffisants pour assurer l'accueil, la bonne exécution des soins et la sécurité des patients. Le cabinet doit exister matériellement afin que le patient puisse, en fonction de ses besoins réels, faire effectuer des soins au cabinet aux heures de permanence prévues.

Depuis la mise en œuvre de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui impose l’accessibilité des établissements recevant du public, les cabinets libéraux doivent être aux normes sauf dérogation.

4/ Les différentes inscriptions pour s'installer infirmière libérale

Au moment de se lancer en libéral, il est important de s’inscrire à différents organismes.

L’inscription à l’Ordre national des infirmiers (ONI) demeure, une obligation pour l’exercice libéral. Une fois inscrit, l’infirmier reçoit son caducée.

Il doit également s’inscrire à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) la plus proche de son lieu d’exercice qui va lui délivrer sa Carte de professionnel de santé, indispensable pour la télétransmission des feuilles de soins, ainsi que les feuilles de soins papier.

Il doit aussi déclarer son activité à l’Union pour le recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales (URSSAF) de son lieu d’exercice - il recevra ensuite son numéro de SIRET par l’Insee -, à la Caisse autonome de retraite et de prévoyance des infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, orthophonistes et orthoptistes (CARPIMKO), ainsi qu’à l’Agence régionale de santé (ARS).

Par ailleurs, étant donné que l’exercice du métier d’infirmier en libéral implique d’être responsable pénalement des soins prodigués aux patients ainsi que de toutes complications, il est impératif de souscrire à une assurance Responsabilité civile professionnelle dès le début de l’activité. De même qu’il peut être fondamental de contracter en Contrat prévoyance afin d’anticiper la nécessité de s’arrêter en cas d’arrêt maladie ou de travail, car avec la CARPIMKO, le délai de carence est de 90 jours.

Enfin, il est conseillé de prendre rendez-vous avec une Association de gestion agréée (AGA) afin de comprendre la base d’une bonne comptabilité.

Attention, avant de vous lancer, n’oubliez pas de vous équiper d’un logiciel et d’un matériel de télétransmission qui permet de lire les cartes vitales des patients et de signer les feuilles de soins électroniques.

5/ Se faire connaître lors de son installation d'infirmière libérale

Une fois ces démarches remplies, bien entendu, l’une des principales préoccupations va être de se faire connaître. Il est possible d’acheter une patientèle à un cabinet existant. Si cette option est choisie, il est fortement recommandé de vérifier les comptes de l’infirmière avec l’aide d’un comptable. En général, le prix de vente d’une clientèle se situe entre 30% et 50% du chiffre d’affaires.

Par ailleurs, pour se faire connaître, l’infirmier libéral n’a pas le droit d’utiliser la publicité, ni de déposer sa carte de visite dans les boîtes aux lettres ou chez les commerçants. Mais il peut contacter les organismes de presse locale afin d’annoncer l’ouverture du cabinet.

Il lui est aussi conseillé de se mettre en relation avec les médecins, pharmaciens, et autres professionnels de santé du secteur, les maisons de retraites, les secrétaires médicales qui généralement orientent les patients vers les infirmiers, les prestataires de service ou encore la mairie, et de s’inscrire sur les annuaires. Le relationnel a vraiment toute son importance.

[1] Ces conditions d'accès au conventionnement prévues initialement par l'avenant n° 1 à la convention nationale des infirmiers libéraux, sont applicables depuis le 18 avril 2009. Elles ont été reprises par l'avenant n° 3 de 2011.

Laure Martin

Publié dans le magazine ActuSoins n° 17. Pour vous abonner, c'est ici

Pour aller plus loin : Infirmier libéral : les clés de la réussite

S’installer en libéral : consulter les cartes et les collègues

Infirmière, infirmier : vous souhaitez vous installer en libéral : retrouvez-nous au séminaire IDEL le jeudi 7 juin 2018 à Toulouse : www.seminaires-idel.fr

 

Pour télécharger le guide de l'installation en libérale : http://mes-debuts-idel.fr

installation infirmiere liberale formation

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

129 réponses pour “Infirmière : ouvrir un cabinet libéral : les étapes à respecter pour s’installer en libérale”

  1. Amaury Harel dit :

    Les idel flippe parce qu’elle voit de plus en plus d’infirmiers hospitalier quitter la fonction publique pour s’installer elle font tout pour décourager ou empêcher les nouveaux de s’installer moi elle ont réussi en découragent le maire de mon village de me louer mon local juste pour garder leur ik!!!!

  2. Pauline Mannetier cela pourrait t’intéresser 😉

  3. Mik Mac dit :

    Comme c est tabou j essaye quand même. ..je sais que l âge d or est passé. …mais quel salaire actuellement vous faites vous??? Et deuxième, au taux horaire ça donne?

  4. Sandra Weber dit :

    Ça se dégrade partout, en hôpital aussi…. nets changements depuis mes débuts. Les chiffres d’abord, les soins après, et le patient en dernier… triste réalité.

  5. Bon courage, et quel logiciel ou quelle societe avez vous pris pour la carte vitale, pas trop cher ?

  6. Laure Pigeon dit :

    Après 7 ans et un rachat de cabinet :
    Vu la politique Medical
    Vu mon âge de départ en retraite pour la CARPIMKO ( 67 ans )
    Je prépare ma reconversion

  7. Fatima Said dit :

    Évidemment la chance à tous mais rappelez vous que la politique de santé actuelle vise à éliminer les IDEL du parcours de soins. Je suis libérale depuis 16 ans et j’ai vu l’évolution ces dernières annees. Je vous vois aussi vous installer et prendre n’importe quoi comme soins et coter n’importe comment!!!! Pas dire que cela grandisse la profession. Et attention LE retour à l hôpital ne sera peut être plus possible.
    Alors je répète Réfléchissez bien

  8. C mon projet alors j’aimerais la chance a tous et vous arretiez de nous casser avant qu’on ait essayé merde…sa chance à tous

  9. Je viens de raccrocher ma blouse après 6 ans de lib et une création de cabinet que j’ai revendu. Si vous voulez y perdre des plumes et votre santé installé vous, dites bonjour aux Ssiad Had de ma part

  10. Moi je n’ai pas hésité ! Bon la règle est somme toute assez simple qd tu gagnes 100 balles t’en 50 de côté. ..lol

  11. aitam dit :

    Bonjour à toutes et à tous,

    Je compte m’installer sur Arras (62000) début janvier 2017 seul et d’après la Cpam, Arras est situé en zone “intermédiaire”, J’ai lu vos commentaires et quelques part ça me fait peur ….. Y’a t-ils parmi vous des gens qui vont s’installer ou qui se sont installés récemment ?

    Merci

  12. Y’a plein de choses à payer comme n’importe quel personne à son compte!!! Il faut se lancer pour évoluer !!

  13. Bravo, vous pouvez commencer votre activité, mais ne tombez pas malade … 90 jours de carence …

  14. Règle N°3 : payez votre Responsabilité Civile Professionnelle …

  15. Règle N°2 : payez l’impôt sur les sociétés …

  16. Amina Kituc dit :

    Les avis sont vraiment partager pour une installation en liberal. Avec de l’expérience les infirmières liberales vous regretter ce choix ou pas? Merci à celles qui répondront..

  17. Cindel Bos dit :

    Valérie Trépot sa peut te donner des conseils 😉

  18. Fatima Said dit :

    Le liberal est en crise depuis quelques temps. Lisez avant de vous installer

  19. Moi je tente mais prudence…pendant 1 an ou 2 je fais du remplacement

  20. Amina Kituc dit :

    Elodie Roux vous tentez l’expérience seul ?

  21. Amina Kituc dit :

    Pour ceux qui ont déjà leur cabinet. Pour ou contre le liberal avec du recul ?

  22. Elodie Roux dit :

    je tente l experience ds 3 semaines tt est prêt la boule au ventre ls confiante

  23. Surtout faite vos bébé AVANT le libéral !!!! Et surtout ne pas avoir d accident du travail !!

  24. Un conseil d amie NE PAS OUVRIR SON CABINET. …

  25. Elodie Roux dit :

    C bon c tt fait j ai mon tel portable, je creer mes carte de visite auj et apres go!

  26. Il faudrait des médecins ‘moi je n ai pas de médecin obligé d appeler le 15 Car les médecins ne prennent de nouveau client !!!!!!!!

  27. Tout ça. .la cpam à un site pour expliquer cependant on est pas plus aider que çà. .

  28. Master Thief dit :

    Intéressant de noter que les kinés, frais diplômés, peuvent s’installer aussitôt, pas les infirmiers, il faut donc en conclure que leur DE est considéré moins qualifiant….

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
397 rq / 11,747 sec