Commission Scientifique Indépendante Paramédicale du DPC : les infirmiers seront sous-représentés selon les syndicats

Un projet de convention relative à l'organisation des formations DPC (Développement Professionnel Continu) fait vivement réagir les syndicats infirmiers. En cause notamment : la sous-représentation des infirmiers dans la composition des instances du

CSI Paramédicale du DPC : les infirmiers seront sous-représentés selon les syndicats

© iStock/sandoclr

C'est un projet d'avenant à la convention du Groupement Public du DPC qui contrarie les représentants de la profession. Suite à une concertation en date du 15 janvier, la DGOS (Direction Générale de l'Offre de Soins) a en effet soumis un texte aux syndicats qui sous-représenterait la profession selon ces derniers.

Avec 4 sièges accordés - dans la constitution de la Commission Scientifique indépendante* des professions paramédicales du DPC - aux infirmiers et infirmiers spécialisés sur 38 sièges en totalité, l'ensemble des représentants de la profession s'indigne.

" La Commission Scientifique Indépendante des professions paramédicales  est une nouvelle manifestation du manque de reconnaissance pour la profession infirmière et ses différentes composantes" explique un communiqué commun de CI (Convergence Infirmière), de l' (), du  SNIA (Syndicat National des Infirmiers Anesthésistes), du Sniil (Syndicat National des Infirmiers Libéraux), du SNPI (Syndicat National des Professionnels Infirmiers) et de l'UNAIBODE (Union Nationale des Associations d’Infirmiers de Bloc Opératoire Diplômés d’Etat).

Ce qui agace les représentants de la profession, c'est que ce nombre de sièges n'est pas proportionnel au nombre d'infirmiers en France, par rapport aux autres professions représentées.

"4 sièges pour 600 000 IDE, alors que d'autres professions ont 2 sièges pour 13 000" s'insurge Thierry Amouroux, secrétaire général du SNPI, sur le site du syndicat. Car en effet, selon le texte,  les 78.000 masseurs-kinésithérapeutes et  les 32.000 manipulateurs en électroradiologie bénéficieraient de trois sièges, les 22.000 orthophonistes et les 13.000 préparateurs en pharmacie auraient quant à eux deux sièges.

Alors que les représentants s'attendaient aussi à disposer d'une Commission Scientifique Indépendante pour chacune des trois filières (soins, médico-technique, rééducation), la DGOS n'a finalement proposé qu'une "Commission Scientifique Indépendante des professions paramédicales" pour traiter 22 métiers différents. 

"Comment se fait-il que les 600 000 infirmières ne puissent pas avoir leur propre CSI alors que les 22 000 sages-femmes ont la leur?" poursuit Thierry Amouroux. (Les sages-femmes, les médecins, les chirurgiens-dentistes et les pharmaciens ont la leur, ndlr).

"Visiblement, la considération pondère sacrément le nombre, et le ministère semble faire bien peu de cas de notre profession, pourtant la plus populaire pour les usagers" estime le communiqué commun des différents syndicats et de l'Ordre National des Infirmiers.

Négation des trois spécialités infirmières, oubli des libéraux, absence de représentation de l'ONI

Les organisations et syndicats infirmiers dénoncent aussi la négation des spécialités dans le texte : les sièges accordés ne distingueraient pas les infirmiers des infirmiers spécialisés. Et regrette la non représentation de l'Ordre National des Infirmiers.

Ils réclament, via la proposition d'un amendement, que 7 sièges soient accordés aux infirmiers (dont 2 infirmiers salariés et 2 infirmiers libéraux désignés par le Collège infirmier français,un par l' Ordre National des Infirmiers, un par l’Association de Recherche en Soins Infirmiers et un par l’Académie des Sciences Infirmières).

Ils réclament aussi des sièges complémentaires pour les infirmiers spécialisés : 3 sièges au total. 1 pour les IBODE, 1 pour les IADE et 1 pour les infirmières puéricultrices.

"Soit 10 sièges au total" contre 4 prévus initialement, explique le communiqué.

A suivre de près...

 

Rédaction ActuSoins

*les CSI (Commissions Scientifiques Indépendantes) sont notamment chargées d'évaluer les organismes de DPC, de formuler un avis sur les orientations nationales et régionales du DPC proposées par le Ministère de la Santé et les Agences régionales de Santé (ARS), de répondre aux demandes d’expertise que lui soumettent les instances de l’ Organisme gestionnaire du DPC (OGDPC), d'établir la liste des diplômes universitaires (DU) qui sont considérés comme équivalant à un programme de DPC, de déterminer les conditions dans lesquelles la participation en tant que formateur à un programme de DPC permet au professionnel concerné de valider son obligation de DPC. (source ANFH)

Pour aller plus loin : les formations DPC de nos partenaires pour les infirmiers et infirmiers libéraux

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “Commission Scientifique Indépendante Paramédicale du DPC : les infirmiers seront sous-représentés selon les syndicats”

  1. Lusitano dit :

    En effet Solenge a raison, arrêtons de pleurnicher à chaque fois. Nous avons une profession au bord de l’explosion grâce ou à cause de ces prétendus représentants (syndicat + ONI) qui ne pensent qu’à leurs culs, et aussi à notre immobilisme. Nous sommes en effet 600 000 , alors mdr , qu’attendons nous ? Regardez les taxis, regardez les agriculteurs, etc,etc. Ils ne sont que quelques centaines ou milliers ! et nous ? Mettons nous tous d’accord , sans ses foutus syndicats qui ne servent à rien et arrêtons de travailler pendant 48 ou 72 heures dans le silence en restant chez nous et répétons autant que nécessaire . Pour les Libéraux , arrêtons vos conventionnements avec la caisse et pratiquez les dépassements d’honoraires.

  2. Pour une fois que l’ordre se bouge et nous défend , je dis bravo! On sait râler contre l’ordre en disant qu’il ne sert a rien, mais là, il faut aussi reconnaître les efforts fourniset l’implication bravo l’ordre à réussi à me surprendre et bravo aux syndicats également

  3. solange granier dit :

    Faut arrêter de pleurer en permanence. Les libéraux sont mal défendus, la faute à qui ? La convention date de 2007, elle a été reconduite en 2012 sans que les syndicats IDEL ne lèvent le petit doigt, par tacite reconduction ( foutage de g….) et elle est valable jusque 2017.
    Les autres pleureuses sont déjà membres syndicaux, élus ordinaux et associatifs. Faut arrêter de cumuler cela en devient con génital. Un peu de sang neuf ne nuirait pas quand on sait que les dinosaures sont là depuis plus de 20 ou 30 ans ! Et enfin le président de l’ordre infirmier est retraité depuis bientôt un an !

  4. solange granier dit :

    Vice président du cif : Amouroux
    Secrétaire général snpi : Amouroux
    Président ordre 75 : Amouroux

    Il veut quoi encore ?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
268 rq / 3,081 sec