Améliorer la prise en charge des femmes victimes de violence

À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, ce 25 novembre, Marisol Touraine, a annoncé des mesures pour améliorer la prise en charge des femmes victimes de violences au sein des services d’urgence : chaque service devra nommer un référent dédié et chaque urgentiste disposera d’un kit de prise en charge des femmes victimes de violences.

La nouvelle campagne sera diffusée sur l’ensemble du territoire, dans les commerces de proximité, dans plusieurs milliers de points d’affichage et dans les relais locaux de l’Etat (services publics, associations…). Un spot TV sera diffusé par France Télévisions les 25 et 26 novembre pour toucher un large public.

La nouvelle campagne sera diffusée sur l’ensemble du territoire, dans les commerces de proximité, dans plusieurs milliers de points d’affichage et dans les relais locaux de l’Etat (services publics, associations…). Un spot TV sera diffusé par France Télévisions les 25 et 26 novembre pour toucher un large public.

"Les professionnels de santé sont souvent le premier recours des femmes victimes de violences. Cette réalité place le système de santé aux avant-postes de la réponse que notre société est en mesure d’apporter à ces femmes.

Avec la désignation de référents dans les urgences, nous changeons d’échelle : nous disons aux femmes victimes de violences qu’elles peuvent se rendre chez leur médecin ou à l’hôpital : elles y trouveront un professionnel formé qui les soutiendra et les aidera à trouver des solutions », a précisé Marisol Touraine.

>> LIRE AUSSI - Violences faites aux femmes : des référents dans les services d'urgence >>

Un référent « violences faites aux femmes »

Désigné parmi les médecins du service d’urgence, du SAMU ou du SMUR, ce référent sera chargé de sensibiliser les personnels de ces services et d’identifier les partenaires utiles à la prise en charge de ces violences. Il bénéficiera d’une formation spécifique, dispensée au cours du 1er semestre 2016. Chaque urgentiste disposera par ailleurs d’un kit de prise en charge des femmes victimes de violences.

La qualité de cette prise en charge dépend en outre de la formation des professionnels de santé. La formation initiale des médecins et des sages-femmes intègre ainsi, depuis 2013, un enseignement obligatoire dédié aux violences faites aux femmes. Des certificats médicaux types ont été élaborés, en partenariat avec les ordres professionnels concernés.

Enfin, la Mission interministérielle de protection des femmes contre les violences (MIPROF) a produit plusieurs kits de formation à destination des professionnels de santé : le kit « Anna » encourage la pratique du questionnement systématique par les médecins ; le kit « Elisa », destiné aux sages-femmes, traite des violences sexuelles au moment de la grossesse, période sensible pour l’instauration et à l’intensification des violences dans le couple. Ces outils ont permis la sensibilisation de plus de 200000 professionnels.

>> LIRE AUSSI - Un référent en matière de violences sexuelles dans chaque hôpital >>

Rédaction ActuSoins (Source ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes)

Plus d'informations : www.stop-violences-femmes.gouv.fr

Cette manifestation est l’occasion de présenter les chiffres annuels de la plate-forme téléphonique 3919 (Violences Femmes Info). Il apparaît que le nombre d’appels reçu a fortement progressé en 2014 (+ 52 %), ce qui ne reflète pas nécessairement une progression des violences, mais on l’espère plutôt une meilleure connaissance de ce service.

  • + 52% d’appels entrants (72 138)
  • 2 fois plus d’appels traités (50 780 contre 24 596 en 2013)

La violence conjugale est le principal motif d’appel (98 %) suivi de très loin par les violences sexuelles (1,7 %)

  • 98% violences conjugales
  • 1.7% violences sexuelles
  • 0.3% harcèlement sexuel au travail
  • 0.1% mariages forcés
  • 0.01% mutilations sexuelles féminines

 

En 2014, 165 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint.

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Améliorer la prise en charge des femmes victimes de violence”

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
214 rq / 4,993 sec