Infirmier en Guadeloupe, dans le top 10 des fraudeurs

| | mots clefs : 10 réactions

Un infirmier libéral de Guadeloupe aurait escroqué à la Sécurité sociale 1 350 000 €, entre 2006 et 2009. Ce professionnel de santé de 57 ans s'était installé en 2000 en Guadeloupe, où il avait racheté une clientèle. Rapidement sa petite affaire a prospéré générant un chiffre d'affaires incroyable.

Infirmier en Guadeloupe, dans le top 10 des fraudeursEn 2007, il atteint des sommets : 713 979 euros. "Sachant qu'en 2005, selon le référentiel régional, le revenu moyen d'un infirmier libéral est de 102 608 euros", a précisé le président du tribunal lors de son audience.

Le nombre d'actes qu'il aurait effectué cette année-là est également considérable : 95 258. Là aussi le président tique : "Cela reviendrait à 17 actes par jour et par patient 365 jours/365 alors que la moyenne régionale est d'un acte par patient tous les trois jours."

Une activité énorme qui finit par  attirer l'attention de la Caisse générale de Sécurité sociale (CGSS) et une enquête est ouverte, confiée à la police judiciaire.

Elle aboutit à la mise en examen du professionnel de santé en juillet 2009 pour escroquerie et blanchiment. L'enquête révèle l'absence de prescription, des majorations de tarifs et des facturations doubles voire triple, émises pour les mêmes soins et le même patient. Dont certains ont affirmé n'avoir jamais été soignés par le professionnel de santé.

Ordonnances falsifiées

Des ordonnances ont également été falsifiées. "Certains médecins ne vous connaissent pas alors que vous avez produit des ordonnances avec leurs signatures." Preuve pour le vice-procureur Pierre Gérard qu'il s'agit de faux. Plusieurs d'entre eux se sont d'ailleurs constitués partie civile et réclament des dommages-intérêts.

À la barre, l'infirmier admet pour les fausses ordonnances, dont une dizaine qu'il aurait achetée en 2001 à Lauricisque à un jeune homme. Mais son hyperactivité, il l'explique par son travail soutenu et sa clientèle nombreuse. Quant aux irrégularités constatées, il les met sur le compte du dysfonctionnement d'un logiciel de télétransmission des feuilles de soins et des ordonnances.

Une partie de l'argent gagné par l'infirmier aurait servi à financer les travaux d'un immeuble acheté via une société civile immobilière et qui vaudrait aujourd'hui près de 900 000 euros. Et aussi à acquérir des véhicules destinés à être loués ou revendus.

Ce qui lui vaut d'être également poursuivi pour blanchiment, note le vice-procureur, qui ajoute que l'infirmier se classe "dans le top 10 des plus gros fraudeurs nationaux détectés par la Caisse nationale, dont cinq exerçaient en Guadeloupe".

Rédaction ActuSoins, avec Egora

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

10 réponses pour “Infirmier en Guadeloupe, dans le top 10 des fraudeurs”

  1. Partout les gens detrournent de l argent ,pas que dans les îles c tomber sur lui c tout ,

  2. Vincent Diez dit :

    Y’en a plein les îles des comme lui, hélas!

  3. Quel connard …
    C’est à cause d’abrutis comme ça que l’on se fait mal voir par les caisses …et les patients ! Quelle honte !

  4. Détournement parlons en un peu des ministres ,et du gouvernement

  5. on se demande comment c’est possible !

  6. Ben moi je sais pas comment ils peuvent faire

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
195 rq / 1,328 sec