Pourquoi les jeunes infirmières boudent les Ehpad ?

Ce n'est pas une nouveauté, le monde médico-social - et celui des Ehpad - souffre d'un manque d'attractivité auprès des professionnels de santé. Ce constat a donc encore été dressé par la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (Fnesi), qui intervenait lors d'une agora jeudi 22 mai organisée aux Salons de la santé et de l'autonomie.

Elderly home careDans sa dernière enquête emploi, finalisée en mars 2014, la Fnesi a pu constater que malgré les difficultés à trouver un premier poste en sortie d'étude, les infirmiers ne se tournaient pas forcément vers le secteur médico-social, malgré ses emplois vacants.


Après avoir analysé les données recueillies auprès de 3 200 étudiants, la Fnesi a ainsi constaté que les jeunes infirmiers souhaitent éviter certains domaines, dont celui de la psychiatrie et des Ehpad. "L'orientation en Ehpad se ferait plus par défaut", indique Alex Ollivier, vice-président de la Fnesi, en charge des affaires sociales.

Afin d'approfondir cette problématique spécifique aux Ehpad, la fédération a décidé de lancer une nouvelle enquête. Trois instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) ont pour le moment été sollicités, mais l'étude va se généraliser sur le territoire national dans les prochains mois.

Par cette nouvelle démarche, la fédération veut étudier les causes de ce manque d'attractivité et il ressort en premier lieu que certaines représentations sociales ont la vie dure. Quelle que soit l'année d'étude, l'idée selon laquelle un infirmier qui travaille en Ehpad ne pourra pas évoluer dans un autre secteur persiste.

Préjugés ?

Pour Alex Ollivier, ces représentations ne sont donc pas liées au cursus scolaire, puisque le pourcentage de réponse reste le même quelque soit l'année d'étude."Les études préparent les élèves infirmiers à la prise en charge en établissement médico-social, le problème se situe donc ailleurs que dans le contenu pédagogique", souligne-t-il.

D'autant que les trois quart des étudiants interrogés pour la seconde étude ont réalisé un stage en Ehpad et qu'ils l'ont apprécié dans son ensemble. Seule une petite minorité se dit pourtant intéressée pour travailler dans ces structures.

La prise en charge et la relation avec les personnes âgées est un élément fortement apprécié lors des stages, mais les étudiants constatent aussi le peu de temps qu'ils peuvent consacrer à cette partie de leur travail.

Le manque de moyens matériel est aussi pointé du doigt par les jeunes infirmiers. Enfin, ces professionnels de santé attendent de pouvoir évoluer dans leur carrière, ce qu'ils n'estiment pas pouvoir faire en Ehpad. Les étudiants notent aussi "le ras-le-bol des équipes encadrantes, submergées par leur travail", rapporte Alex Ollivier.

Rédaction ActuSoins, avec Hospimedia

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

26 réponses pour “Pourquoi les jeunes infirmières boudent les Ehpad ?”

  1. MSIS2 dit :

    Jeune diplomé depuis novembre dernier, j’ai choisi comme premier poste un EHPAD. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de poste dans les hopitaux où j’ai postulé. J’avais le choix entre postuler dans les EHPAD ou en secteur psychiatrique. Je suis à l’aise avec les personnes âgées mais pas avec les malades psy. Donc le choix était vite fait.
    Et je ne regrette pas . J’en apprends tous les jours.
    J’ai appris l’autonomie et la débrouille (l’EHPAD n’est pas un hopital mais on est à 2 doigts de l’être sans le matériel qui va avec, ni médecin dans le couloir). Mais j’ai surtout appris l’essentiel de notre métier : l’observation, la clinique et le relationnel.
    Effectivement, il y a peu de technique, depuis 6 mois je n’ai pas posé une seule perf même une sous cut. Ne me parler pas de sondage urinaire. En revanche je ne m’ennuie pas.
    Le revers de la médaille c’est des heures à n’en plus finir avec des coupés, (amplitude de 6h30 à 18h00), des heures sup que l’on rattrapera “plus tard” et des astreintes officieuses car non payées.
    Mon projet d’ici quelques années c’est de travailler en libéral car quitte à faire des heures autant qu’elle me rapportent.

  2. Motarde de DIJON dit :

    Contrairement à ce que l’on pense, au sein des EHPAD il y a de quoi être confronté à de multiples pathologies. Toutes les spécialités médicales y sont concentrées : Endocrinologie, néphrologie, neurologie, rhumatologie, cardiologie, psychiatrie, gastro-entérologie, proctologie et même la philatélie (humour)…

    Pour qui veut apprendre, les EHPAD sont des lieux d’excellence.

    En plus, chaque année au premier janvier, les pensionnaires vous présentent leurs meilleurs vieux.

  3. Pierrefrancois dit :

    Si l’on se dirigeait vers la création d’une spécialité d’infirmière en gériatrie, cela offrirait des perspectives d’évolution de carrière et de compétence donc rendrait attractif l’exercice en EHPAD. Même si bien sûr toutes les infirmiers en EHPAD ne seraient pas spécialisées.

  4. Marie Barbe dit :

    pourtant c’est très formateur , polypathologies , nombreux et différents traitements et des soins très diversifiés , travail en équipe , partage et entraide avec les as et ash , travail en autonomie et organisation , j’ai commencé en Ehpad et j’ai appris beaucoup, je ne regrette rien et je remercie mes collègues

  5. Je pense que sa depend aussi de l’ehpad. J’ai travaille en ehpa et jen suis parti degoute… pas de la geriatrie non… juste de la facon dont c’est gerant. Nous somme en 2014 nous avons pleins d’outils mais on ne nous permet pas de les utiliser… exemple prevention escarre… g entendu l’ide coordinatrice me dire mais arrete de te fatigue a te battre se sont des personnes agee ils vont mourrir… oui je sais mais pas dans ces conditions. Ils ont droit aux soins… je rappel que c cense etre un lieu de vie. Sauf que beaucoup ont baisser les bras face a ces comportement et s’en devenu demoralisant… mais y aurait beaucoup de choses si on nous en donnait les moyens

  6. onialapoubelle dit :

    Comme ce la est très justement écrit plus haut, être infirmière en EPHAD nécessite une certaine aisance que l’on ne peut acquérir qu’avec des expériences professionnelles diverses et variées. Et ce n’est pas en tant que jeune DE qu’on peut avoir cette expérience, surtout depuis que les stages sont passés de 4 à 10 semaines. Par contre il est faux de dire et de penser que l’EPHAD ou la PSY sont des voies professionnelles de garage. Depuis le DEI de 1992/1995 dit unique, il est possible de voyager au sein d’une profession riche et variée, y compris géographiquement. Peut être moins maintenant à cause du trop plein IDE qui va rapidement se résorber pour retomber dans la pénurie.

  7. Moi je suis diplômée depuis 5 ans et depuis 5 ans je suis infirmière en ehpad et j’adore !! Sachant que chez nous sa devient plus de la longue durée qu’autre chose forcément la population vieillit les soins s’intensifie les urgences également car les médecins traitants sont fort demander et ne peuvent pas répondre à nos demandes donc on se débrouille par nous même et donc on doit faire appelle à toutes nos connaissances

  8. Cyril Gayd's dit :

    Moi je félicite les infirmières en EHPAD et autre cantou ! Oui je pense que c’est l’un des postes les plus difficile! Elles accompagnent dans leur derniers instant des PA ! Des personnes attachantes , le relationnel est primordiale bien sur mais il faut une expérience et des sens aiguisés pour repéré le petit grain de sable dans la machine qui a cet âge peut se révéler fatal !

    Bien sur la technique se réduit parfois a quelques sous cut et 2 ou 3 prises de sangs par mois !

    Je crois qu’il faut une grande motivation et une grande passion pour prendre un poste en gériatrie et effectivement je pense que ces postes ne sont pas mis en valeur!

    Personnellement j’ai choisis de faire la par belle a une grande technicité dans mon quotidien en réduisant parfois un peu le relationnel, comme dit plus haut dans les commentaires être IDE permet de s’épanouir dans de nombreux secteurs et spécialités, il y en a pour tout le monde !

    Cyril IDE en réanimation a Lyon…

  9. Faudrait quelqu u. M explique ce que fait vraiment une infirmière en ephad moi qui est fais de l hepad ,arrêtons d être ypocrite chère collegues

    • Effectivement je pense que vous êtes vraiment passer à côté, pas le moment pour vous certainement de vous consacrer à autre chose qu’à de la technique, vous avez bien fait de partir………..!! A moins que le LOL si dessus signifie que vous plaisantez en posant la question de ce que fait une IDE en EHPAD… Je l’espère de tout coeur. Faite du SAMU vous vous éclaterez…. Par contre pour y être passé, pour le coup il faut vraiment être au top en technique, par contre si vous ne savez pas communiquer vous risquez de rencontrer de sacrés problèmes avec l’équipe mais également avec les familles à qui il faut annoncer le DC d’un proche. Si j’ai juste un conseil à vous donner, perfectionnez vous en une technique très difficile qui se nomme “la relation d’aide” cela vous a il échappé lors de vos études???????

  10. Pas d’accord du tout! fin de carrière ,fin de carrière … tout depend à quoi tu te destines dès le depart, on demonte les infirmières en ehpad dès tes premiers jours en ifsi! si on revalorisait ces postes pendant nos écoles peut etre qu’il y aurait plus de jeunes infirmières. quand on dit “je suis en réa ou en chir” c’est sur ça fait mieux!

  11. Je vais être un peu chiante mais les ephad c est pour les infirmières en fin de carrière

  12. Il faut aller où on se sent bien surtout .. il y a des infirmières qui dès leurs études sont à fond dans la technique et d autres qui recherchent autre chose.. faire quelques pansements et poser des sous cut n est pas l essentiel en gériatrie ..par contre l accompagnement de la personne âgée vers sa fin de vie me semble primordial
    Je suis IDE en EHPAD et très fière de l être

  13. Une IDE en EHPaD a un role de plus en plus pesant au niveau du management et ces foutus papiers c est completement chronophage et on peut un jour a la faute professionnelle ,les dirigeants s en foutent car ils nous demandent toujours plus…..je comprend pourquoi les jeunes boudent cela…en plus quand nous encadrons les etudiants on leur fait peur…ils nous voient courir partout,repondre au tel++,gerer les conflits gerer les arrets maladies….

  14. Il n’y a pas que les soins techniques dans la profession! Ide en ehpad c’est bcp d’autres choses que des pst, sous cut…. mais heureusement qu’il y a d’autres services pour sastisfaire chaque personne…. ne me mettez pas en chir… je trouve qu’il n’y a pas plus routinier et ennuyeux…

  15. Juliette Loz dit :

    Parce que les formatrices ?IFSI nous déconseillent de commencer notre carrière en EHPAD!

  16. A part faire les pansements et quelques sous cut et médocs ,vaut mieux aller dans un service ou l on peut apprendre vraiment et de ne pas perdre ces acquis ,je parle en connaissance de cause

  17. Manque de personnel, manque de formation, salaires de motivant, manque de reconnaissance vis a vis d’une spécialité difficile… Et l’on s’étonne??? De qui se moque t on? Formatrice en gérontologie 90 % de mon activité se passe en EHPAD.. 2 soignants pour 90 patients la nuit, des CANTOU fermés et des patients livrés a eux même toute la nuit, je redemande ou est le plan Alzheimer? Oui bravo pour les UCC et autres PASA mais ou est le personnel qui va avec? Personnel formé et surtout motivé.. ?
    Une autre question me travaille: comment de grands groupes côtés en bourse, donc bénéficiaires peuvent ils prétendre ne pas avoir les moyens d’embaucher???

  18. Et bien moi j ai choisit d aller en ehpad à la sortie de Mon DE et je ne regrette en rien mon choix!

  19. Lors de mon stage en EHPAD, il y avait une jeune diplomée tout juste arrivée. Les infirmière autour d’elle n’arrêtaient pas de lui dire qu’elle gâchait son début de carrière à venir là.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
466 rq / 2,109 sec