Salon infirmier : Quelles nouveautés pour l’édition 2011 ?

Commissaire du Salon infirmier depuis 1999, Christine Lavenir présente à ActuSoins les nouveautés de l’édition 2011, qui sera inaugurée par le ministre de la Santé, Xavier Bertrand. Interview :

Quelles sont les principales nouveautés du Salon cette année ?

Salon infirmier : Quelles nouveautés pour l'édition 2011 ?

En 2010, le Salon Infirmier a reçu la visite de plus de 40 000 infirmier(e)s et étudiant(e)s - DR

Concernant l’organisation de l’événement, le changement essentiel repose sur l’élargissement du comité scientifique et pédagogique du Salon.

Auparavant composé de cinq membres, il en regroupe désormais une vingtaine issus d’instituts de formation, du monde libéral ou encore des Agences régionales de santé.

Ce comité valide, avec la directrice pédagogique, les thèmes et le contenu des conférences des intervenants, en fonction de leur intérêt pour la profession. Chaque année, nous réalisons une enquête auprès des visiteurs et des exposants afin de mieux connaître leurs attentes et y répondre.


Pour cette édition, quatre thématiques vont être abordées : technologie, recherche et innovations au service des malades et des soins ; qualité des prestations de soins infirmiers ; actualités santé et exercice professionnel ; pratiques et techniques de soins.

Autre nouveauté: sur le site Internet du Salon, le contenu de chaque conférence est annoncé et détaillé, dans un abstract, afin de donner envie aux visiteurs de venir. Les abstracts seront également imprimés dans un numéro spécial afin que tous les visiteurs puissent avoir une trace écrite des conférences.

Autre nouveauté ,  nous aurons  12 ateliers pratiques avec des thèmes comme la sécurité transfusionnelle, la présentation de la 1 ère salle hybride intégrée en France et les techniques de mises en place de valves , les bonnes pratiques en biologie et dans la coordination de soins avec les professionnels de santé , ainsi que les différents aspects de l’exercice libéral .

Le Salon s’adresse-t-il aux infirmiers de toute catégorie professionnelle ?

Tout à fait et c’est à la fois notre force et notre faiblesse.

Notre force parce que le Salon est le rassemblement de toute la profession. Mais notre faiblesse car nous ne pouvons pas satisfaire, tous les ans, toutes les catégories professionnelles.


Néanmoins, cette année, nous avons décidé de privilégier l’actualité de la profession au sens large, afin de toucher l’ensemble des infirmiers en abordant l’évaluation des pratiques professionnelles, les projets de recherche en soins infirmiers, l’éducation thérapeutique ou encore la réforme de la formation.

Par ailleurs, les étudiants sont également les bienvenus. L’année dernière, il y a eu un pic au niveau du visitorat des étudiants de 3e année qui ont été 15 % plus nombreux qu’en 2009.

Certains visiteurs des précédents Salons regrettent le manque d’ateliers pratiques. Remédiez-vous à ce problème pour l’édition 2011 ?

Nous avons conscience de ce problème, c’est pourquoi nous  avons développé cette année les thématiques avec de nouveaux partenaires.

L’atelier, sur les chambres à cathéters implantables était déjà présent en 2010, et cette année nous avons prévu un quizz qui s’appellera «  Questions pour un veinard »  qui se déroulera durant les trois jours du Salon., les participants pourront gagner des cadeaux qui serviront à leur exercice professionnel

Des participants se plaignent aussi que le Salon soit devenu une "foire au travail"…


Parmi les exposants, nous avons en effet de nombreux  centres hospitaliers de toute la France qui viennent pour présenter leur établissement, participer au programme pédagogique avec les conférences et en même temps promouvoir leur image  car ils ont des difficultés à recruter ou à fidéliser les infirmiers. Il faut rappeler que le Salon Infirmier est la seule manifestation en France et même en Europe qui rassemble un tel visitorat

De fait, afin d’éviter que l’événement deviennent justement un Salon du recrutement, nous diversifions les autres exposants.

Que faites-vous pour attirer les infirmiers au Salon ?

Nous varions les thématiques, même si certaines reviennent chaque année.

Nous appliquons également une politique tarifaire, notamment pour les étudiants, avec un prix d’entrée fixé à 5 euros pour les trois jours. Le tarif est de 25 euros pour les infirmières hospitalières. Si l’établissement hospitalier envoie plus de cinq infirmières, le prix est de 15 euros par personne. Pour les infirmières libérales, le prix est aussi fixé à 15 euros.

Cette année, nous espérons recevoir plus d’infirmières que l’année dernière. En 2010, environ 40 500 d’entre elles sont venues. C’est beaucoup pour un Salon mais c’est peu au regard du nombre d’infirmières en France – environ 500 000. Je pense qu’elles sont nombreuses à vouloir venir, mais la pénurie d’infirmières en France entraine un manque de disponibilité au sein des services hospitaliers notamment.


Aussi, d’après moi, le Salon est un rendez-vous important car il s’agit du seul rassemblement où les infirmières, qui font un métier difficile aussi bien physiquement que nerveusement, peuvent se former, s’informer, rencontrer des collègues et découvrir les nouveautés concernant leur profession.

Propos recueillis par Laure Martin

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

11 réponses pour “Salon infirmier : Quelles nouveautés pour l’édition 2011 ?”

  1. syndicat RESILIENCE dit :

    communiqués RESILIENCE : salon infirmier 2011?

    RESILIENCE regrette que le sujet ordinal n’ait pas été programmé dans les conférences et l’a fait savoir aux responsables pédagogiques du salon infirmier,

    à la veille de l’ouverture du salon infirmier 2011 et compte tenu des interrogations suscitées, RESILIENCE rappelle que la violence et l’agression physiques ne sont pas des méthodes qu’il cautionne,

    en conséquence RESILIENCE – syndicat infirmier contre l’ordre – a demandé à ses adhérents et autres sympathisants de ne pas utiliser ces méthodes et dénonce/condamne fermement à l’avance, toute tentative de ce genre,

    RESILIENCE ne saurait être tenu pour responsable de quelque action que ce soit durant les trois jours du salon infirmier 2011,

    http://www.syndico.exprimetoi.net le site @ de RESILIENCE

  2. onialapoubelle dit :

    Iznogoud est très occupé avec son stand snpi au salon infirmier en G38, son stand ordinal en F4 et son stand MNH en A32B41.

    QUICKÉPIL Esthétique
    B9
    sponsorisé par l’obred au salon infirmier …

    CHU – HÔPITAUX DE ROUEN Centre hospitalier universitaire
    E36 / F37
    stand de repli pour Borniche en cas de coup dur …

  3. Mandragore dit :

    Pourquoi pas ?

    Parce que depuis plus de 4 ans qu’ils sont en place, on a vu toute l’incapacité qu’ils ont à nous défendre et toute la nuisance dont ils sont capables à notre égard.

    Un peu tard pour venir vendre leur rêve faisandé de mettre la main sur une profession qui les désavoue massivement.

    Quel bilan positif tirer de leur action ? Aucun. Ils n’ont rien produit, n’ont rien fait pour défendre les professionnels, et n’ont pas réussi à unir et promouvoir la profession.

  4. mathieu dit :

    Ah au moins on pourra leur dire adieu et qu’ils aillent au diable!

  5. Pour les mécontents dit :

    Oui… une collègue de l’hosto élue du CDOI a reçu l’information et nous a proposé de nous y rendre.
    Pourquoi pas d’ailleurs.

  6. Pour les mécontents dit :

    Oui mais l’Ordre sera présent au Salon avec son stand.
    L’occasion d’aller (enfin?) les rencontrer ?

    • syndicat RESILIENCE dit :

      ah ben maintenant ils ont de quoi se payer un stand au salon infirmier ?

      c’est pourtant pas donné un stand au salon porte de Versailles …

      c’est vrai que maintenant c’est la BRED/BPCE qui est à la tête de l’ordre …

      et puis on est plus à quelques milliers d’euros de déficit près …

  7. syndicat RESILIENCE dit :

    Cette année encore le sujet de l’ordre infirmier ne sera pas inscrit au tableau des conférences.
    Pour la seconde année consécutive.
    De là à penser que l’ordre infirmier est contre productif financièrement pour le salon et qu’il est une source d’emmerdes inépuisables.

Réagir à cet article

retour haut de page
971 rq / 13,502 sec