Première accord de coopération médecin – infirmiers à Marseille

Un accord de coopération entre professionnels de santé, premier du genre en France, a été signé cette semaine à l'Institut de cancérologie Paoli-Calmettes à Marseille, permettant aux infirmiers d'effectuer des gestes jusque-là réservées aux oncologues.

Première accord de coopération médecin - infirmiers à Marseille

Anesthésie locale avant la réalisation d'un myélogramme en région iliaque - © http://www.leucemie-espoir.org

Réalisé en partenariat avec la Haute Autorité de Santé, "ce protocole est de portée nationale, il peut être repris dans toutes les régions qui le souhaiteraient", a annoncé  l'Agence Régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d'Azur (ARS Paca) dans un communiqué de presse.

Ce protocole concerne la pratique de myélogrammes (prélèvement et examen de la moelle osseuse) par des infirmiers et infirmières formés, qui par dérogation aux conditions légales d'exercice, pourront désormais effectuer cette tâche au même titre que les oncologues jusque-là seuls habilités.

Le but est de faire gagner du temps aux patients, tout en permettant aux infirmières de développer leurs compétences et aux médecins de davantage se consacrer au suivi des patients, explique l'ARS Paca.

La formation est ouverte à des infirmiers jutifiant d'au moins trois ans de pratique en onco-hématologie. Elle comprendra un enseignement théorique de huit heures et une formation pratique sous la forme d'un compagnonnage avec un médecin hématologiste référent. Cette formation commencera à la rentrée avec cinq infirmiers, sous le contrôle de l'ARS.

Comment fonctionne le système de coopération ?

Les protocoles de coopération entre professionnels de santé ont été intégrés au code de santé publique par la loi dite Hôpital, Patient, Santé et Territoire (HPST).

Les professionnels d'un service de soins soumettent un protocole à leur Agence régionale de Santé, en précisant notamment "les disciplines ou les pathologies, le lieu et le champ d'intervention des professionnels de santé concernés. "

La Haute Autorité de santé peut étendre un protocole de coopération à tout le territoire national.

rédaction ActuSoins, avec AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
222 rq / 2,007 sec