Soignants, vos conditions de travail sont de plus en plus pénibles

Dénonçant depuis quelques années la dégradation des conditions de travail de la filière soignante dans les établissements publics, la CFDT santé sociaux a mis en place une étude de terrain depuis plus de 4 mois. Elle en a dévoilé les principaux chiffres.

Soignants (infirmier, aide-soignant), vos conditions de travail sont de plus en plus péniblesSur 492 établissements, 38 455 professionnels, dont 13 748 infirmiers, ont répondu à cette enquête organisée en 3 volets (conditions de travail, organisation du travail et reconnaissance). En voici les principaux résultats, parfois édifiants...

Des conditions de travail de plus en plus pénibles

Il ressort de l'enquête que 93 % des personnes trouvent le travail stressant. Un sentiment encore plus marqué dans les services de chirurgie et de gériatrie au sein desquels près d'une personne sur 5 estime que le stress du travail dégrade leur qualité de vie.

A l’unanimité, les conditions de travail se sont dégradées ces 5 dernières années, en particulier à cause de l’évolution de la charge de travail (intensité et accélération du rythme). Ce déclin est ressenti de manière plus importante chez les infirmiers et les aides-soignants.

71 % des professionnels affirment que le travail a un effet négatif sur leur santé (douleurs musculaires et problèmes de sommeil). Le stress, la charge physique et la charge psychologique sont les éléments qui dégradent le plus la santé.

Une organisation du travail incohérente ?

Le travail en effectif minimum toute la semaine (62 % du personnel est concerné) a été identifiécomme le facteur principal de la dégradation des conditions de travail, suivis par le mode de gestiondes absences, les rappels sur les repos et l'accroissement des tâches administratives.


« Une organisation du travail incohérente avec les besoins des services et des personnels », pour la CFDT. A ce titre, les médecins ne sont pas épargnés. A 63 %, les soignants déclarent que l'organisation médicale pose un problème dans le travail. Selon 59 %, le médecin maintient le nombre de prise sen charge de patients sans tenir compte des effectifs et la moitié déclare avoir été confrontée au refus du médecin de garde de se déplacer.

En outre, le personnel est souvent soumis à des horaires atypiques : 27 % en alternance jours/nuitset 14 % travaillant plus de 10h par jour.

Beaucoup d'investissement pour peu de reconnaissance

La majorité des soignants (90 %, en moyenne) trouve que leur niveau de qualification correspond au métier qu’ils exercent. Ce sentiment, retrouvé chez les infirmiers (IADE, IDE, IBODE), n’est pas partagé par près de la moitié des ASH.

Enfin, si 97 % des professionnels se sentent investis dans leur travail, seulement 17 % se sentent reconnus. A noter que la part des personnes déclarant ne plus s’investir ni chercher de la reconnaissance est faible, mais croît avec l’ancienneté.

Pour en savoir plus :

Les militants CFDT vont distribuer dans les établissements les principaux résultats de cette enquête sous le format d'un journal intitulé "Le quotidien des agents". Pour télécharger le journal ou consulter les résultats triés par métiers :http://www.fed-cfdt-sante-sociaux.org/content/resultats-de-lenquete-conditions-de-travail

Stéphane Desmichelle

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

10 réponses pour “Soignants, vos conditions de travail sont de plus en plus pénibles”

  1. john dit :

    ah le fameux c’etait mieux avant ! ben perso apres 20 ans de DE, je trouve que les conditions de travail se sont bien améliorées : materiel de protection, vulgarisation de l’usage unique, formation,… certes il reste quelques progres notamment en terme d’effectif

  2. nous ne sommes que des pionts qui rendent service et on le fait du mieux possible pour le bien des patients !! c’est ça qui est de plus en plus dur !! enfin c’est mon avis !

  3. Oui au fait et le privé, parce que Nous Ne sommes pas épargnés non plus ! C’est un métier gènial mais oú il faut donner bcq de sa personne avec peu de retour de la part de la hierarchie…
    Reconnaissance salariale ou reconnaissance de ton travail … Que dalle! Mais on est mieux qu’a l’usine !!! Quoique des fois je me dis :”etablissement de soins ou usine, suis où là ?”

  4. c’était déjà difficile il y a 10 ans !!!!

  5. TAOGOUX dit :

    BONJOUR, je ne suis pas loin de la retraite ……………….et je confirme qu’apres tant d’années de travail ,et non pas par apport a mon age ,mes journées sont de plus en plus pénibles ! Non pas le travail ,je suis IDE ,mais le comportement ,des “”superieurs”” ,l’organisation de la journée “”dicté “” par le besoin financier de nos “” patrons “” des protocoles qui n’ont aucun sens ,aussi bien des techniques de soins que de la paperasserie ! A mes débuts ,nous avions “” L’HONNEUR “” d’etre SOIGNANT ,AS compris ,malgres les progres en matiere d’aseptie (materiels………) nous sommes les otages de grands “”TRUSTS “” . On nous demande “” DE la QUALITE ,sans avoir de réels moyens en nombre de personnel . J’adore mon travail ,j’ai plusieurs services pour en savoir toujours un peu plus ,mais Là ,je suis “” FATIGUEE “” de tout ces non-sens ! VIVEMENT LA RETRAITE !!!

  6. peu de reconnaissance…..toujours en faire plus avec moins ….

  7. Alé Roulemapoule dit :

    pas rassurant tout ça !!!!!!!!!!!!!!!

  8. c’est pas le tout de le dire mais faudrait peut être faire quelque chose de concret, comme du budget pour le personnel

  9. Bénédicte Le Breton dit :

    ….. et qu’ en est-il du privé, alors??
    L’étude montrerait des chiffres certainement identiques au public!

    De toutes façons, c’est toute la filière qui se délite, par manque de soutien du ministère… (qui veut arriver à un système de santé à l’américaine: se soigneront ceux qui ont les moyens: plus de sécu, et tous les actes payants avec des mutuelles hors de prix qui se comporteront plutôt comme des banques -i.e: recherche de profit- que dans un but “social”….)
    Merci le libéralisme!!!

Réagir à cet article

retour haut de page
641 rq / 1,451 sec