Prescription infirmière : artifice comptable ou réelle avancée ?

Prescription de dispositifs médicaux, renouvellement de contraceptifs oraux, vaccination antigrippale... Plusieurs textes récents sont venus étendre  le champs d'action des IDE. Réelles avancées dans l'autonomie infirmière ou simple artifice destiné à limiter les dépenses de santé ? Le point sur la prescription infirmière.

Depuis 2007, les infirmiers libéraux peuvent prescrire à leurs patients une partie du matériel de soin nécessaire à la réalisation de leurs actes. Ce droit de prescription, longtemps réclamé par les organisations libérales, a toutefois été assorti de limitations par le législateur : Les IDE ne peuvent en effet prescrire ces dispositifs médicaux que pendant la durée d'une prescription médicale d'une série d'actes infirmiers. De plus, cette prescription est encadrée par une liste exhaustive de matériel, définie par l'arrêté du 13 avril 2007.

"Cette ouverture nous aide dans la réalisation quotidienne de nos soins : Auparavant, les médecins nous appelaient et nous demandaient ce qu'ils devaient prescrire." constate Béatrice Galvan, vice-présidente de l'ONSIL, Organisation Nationale des Syndicats d'Infirmiers Libéraux. Avec un bémol de taille toutefois : " Identifier la plaie, recueillir des données sur le traitement en cours, les antécédents... C'est une consultation infirmière à part entière, or celle-ci ne nous est ni reconnue, ni rémunérée. Et pourtant ça prend du temps et c'est une responsabilité supplémentaire" conclut-elle.

Droit de prescription du vaccin anti-grippal ? Plutôt un "droit d'administration sans prescription"

La vaccination contre la grippe saisonnière est gratuite pour les personnes de plus de 65 ans et celles souffrant de pathologies chroniques comme une broncho-pneumopathie, un diabète ou une insuffisance cardiaque grave. Ces patients peuvent obtenir un « bon pour la délivrance gratuite du vaccin antigrippal » qui leur permet d’obtenir le vaccin par un pharmacien et de faire réaliser l’injection par une infirmière ou un infirmier, à condition qu’une première vaccination ait été préalablement réalisée par un médecin.

Là encore, pas de trace d'une quelconque consultation permettant de recueillir antécédents, allergies ou réactions d'intolérance, ce qui sera pourtant réalisé par le professionnel qui réalisera l'injection. Difficile donc de considérer la vaccination anti-grippale comme un acte de prescription à part entière.

Un renouvellement de contraception orale qui fait débat

Cette autorisation, incluse dans la loi dite "Hôpital, Patients, Santé et Territoire", permet aux infirmiers et infirmières, quel que soit leur mode d’exercice, de renouveler des prescriptions datant de moins d’un an, pour une durée maximum de six mois, non renouvelable. Le ministère de la santé a publié en mai 2010 la liste des contraceptifs oraux susceptibles d'être renouvelés dans ces conditions. La quasi totalité des contraceptifs des trois générations y figure, ce que regrette vivement l'ordre national des médecins, qui encourage d'ailleurs ces derniers à appliquer la mention "non renouvelable" sur leur ordonnance.

Pour Béatrice Galvan, c'est "mettre la charrue avant les bœufs": "On a le droit de renouveler la pilule, mais on n'a pas le droit de prescrire de la bétadine!" On ne donne pas un droit de prescription sans la dimension de surveillance qui va avec. De plus, c'est encore un acte gratuit, alors que la prescription relève nécessairement d'une consultation."

S'il est bien perçu parmi les professionnels infirmiers de l'éducation nationale et du secteur de la prévention, ce nouveau "droit" semble condamné à rester quelque peu anecdotique dans la pratique infirmière libérale.

De ces trois cas, seule la prescription de dispositifs médicaux, même imparfaite, semble mériter l'appellation de prescription infirmière. Le renouvellement de contraception orale semble illustrer a contrario tout le danger d'un transfert de tâches purement comptable, en particulier parce qu'il ne tient aucunement compte du nécessaire transfert de compétences qui doit le précéder.

Pour aller plus loin:

Article L.4311-1 du code de la santé publique

Arrêté du 13 avril 2007 fixant la liste des dispositifs médicaux que les infirmiers sont autorisés à prescrire

Arrêté du 25 mai 2010 fixant la liste des médicaments contraceptifs oraux dont le renouvellement est autorisé par les IDE

Thomas Duvernoy

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

10 réponses pour “Prescription infirmière : artifice comptable ou réelle avancée ?”

  1. sansebastien13 dit :

    Sans contestation, une avancée significative dans l’exercice libéral pour le renouvellement de tout le petit matériel qui nécèssitait avant de renvoyer le patient faire la queue chez le médecin.
    Une véritable réussite surtout pour les caisses d’assurance maladie qui économisent un nombre consèquent de consultations médicale sans contreparties, puisque pour l’infirmière, la prescription de dispositifs médicaux, c’est gratuit!
    Chapeaux bas Messieurs…

  2. […] Prescription infirmière : artifice comptable ou réelle avancée? 23 octobre 2010 | Thomas Duvernoy […]

  3. Alex Lex dit :

    les libéraux peuvent y voir un avantage et une facilité quand même mais à l’hôpital, bof, et puis d’après les docteurs nous ne sommes que des secrétaires avec deux neurones alors prescrire, vous imaginez !

  4. Marnia Mahboub dit :

    pas d’accord pour que l’infirmière préscrive, je ne veux pas de cette responsabilité en plus…

  5. Scalpel dit :

    Où l’art et la manière de nous filer une compétence supplémentaire complètement inutile sans la formation qui va avec.
    Et, entre nous, il y avait bien d’autres priorités, comme la prise en charge de la douleur ou les auscultations pulmonaires telles que pratiquées en Amérique du Nord.
    Quelque chose qui apporte une plus-value directe aux patients et entre dans le champ du préventif.

    Franchement, la pilule… over urgent quoi.

  6. J ai vu des prescriptions infirmières comme gélules a donner dextro traitement sous cut personnellement j en vois pas l utilité

  7. marie marie dit :

    ..A voir..a voir..mais ca fait deja un ptit bout de temps dis donc??…

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
225 rq / 1,634 sec