« Je porte les valeurs de la pluriprofessionnalité »

Créée en 2008, l’association AVECsanté œuvre au développement de l’exercice coordonné en équipe et en Maison de santé pluriprofessionnelle (MSP). Représentée dans toute la France par ses 15 fédérations régionales, elle a renouvelé son conseil d’administration et son bureau le 10 octobre dernier. Un choix original a alors été effectué par l’équipe, qui a opté, pour la première fois, pour une co-présidence composée d’Emmanuelle Barlerin, infirmière diplômée d’Etat, et de deux médecins généralistes, les Dr Pascal Gendry et Patrick Vuattoux. Le point avec Emmanuelle Barlerin.

Emmanuelle Barlerin, Infirmière, co-présidente de l'association AVECSanté

Emmanuelle Barlerin, Infirmière, co-présidente de l'association AVECsanté © DR

Pouvez-vous nous parler de votre engagement dans l’exercice coordonné ? 

Infirmière libérale, je me suis installée dans un cabinet de groupe en 2010 dans la commune rurale de Saint-Just-en-Chevalet (Loire), avant que nous évoluions en MSP multisites.

Nous avons écrit notre projet de santé de 2012 à 2015. Ce temps nous a permis de bien nous connaître. C’était important car nous exercions dans des lieux éloignés et n’avions donc pas toujours eu l’occasion de nous rencontrer. En parallèle, nous avons monté notre projet immobilier avec les élus du territoire, autour de la réhabilitation d’un ancien Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

Lorsque nous avons commencé notre exercice regroupé, nous étions 13 et désormais nous sommes 33 infirmiers, médecins, pharmaciens, orthoptistes, diététiciennes, psychologues, dentistes, etc. Je suis également la coordonnatrice de la MSP, je co-préside la Fédération régionale d’AVECsanté (Femas Aura&Co) et je suis la première-adjointe de la mairie de ma commune.

Pourquoi le choix d’une co-présidence à la tête d’AVECsanté ?

Nous l’avons expérimenté à l’échelle régionale en AURA, et finalement, le choix d’avoir des représentants pluriprofessionnels à la tête de fédérations défendant la pluriprofessionnalité paraît évident.

A l’échelle nationale, notre trio a été pensé pour être dans l’équilibre, afin de représenter une équipe pluriprofessionnelle coordonnée. Nous y avons réfléchi avec les autres membres du conseil d’administration et du bureau car nous avons aussi compris que nous devions préparer la suite d’AVECSanté, dans une idée de passation.

Les deux autres co-présidents, les Dr Gendry et Vuattoux, sont dans les rouages de l’association depuis toujours, et s’ils partent en même temps, les suivants n’auront pas de relais. Nous devons penser à l’avenir, le préparer, car les enjeux politiques sont majeurs. Il n’était pas acté que j’allais co-présider AVECSanté. Mais je pense que mes collègues m’ont reconnue une certaine habitude de fonctionnement avec les élus et au sein de la Femas Aura&Co, ce qui a pu les rassurer. 

Je connais les préoccupations, les enjeux, le vocabulaire des soignants et des élus. Je suis donc crédible et audible des deux côtés et lorsque je mets tous les acteurs autour d’une table, je sais amener de l’information. Bien entendu, nous avons dû nous assurer avec Patrick et Pascal que nous partagions les mêmes valeurs, que nous fonctionnions bien ensemble et surtout que nous avions la capacité de nous écouter en cas de désaccord.

Quelles sont vos priorités d’actions ?

Nous devons encore communiquer auprès des professionnels de santé sur l’intérêt de l’exercice coordonné. Nous sommes nombreux à travailler dans ce type de structures, mais beaucoup de collègues ignorent encore leur existence ou en ont une image négative parfois par méconnaissance ou parce qu’ils en ont eu de mauvais retours. A titre d’exemple, j’ai des collègues infirmiers qui ne conçoivent pas que la transversalité soit possible entre les professionnels de santé d’une MSP.

Ils ne s’imaginent pas le médecin autrement qu’en prescripteur. Dans les équipes des MSP, les professionnels les plus représentés sont les infirmiers et les médecins aussi parce qu’il s’agit des deux professions les plus nombreuses sur le territoire. C’est mathématique. Il est vrai qu’il y a toujours des récalcitrants, des professionnels défiants, et les idels peuvent en faire partie même si elles s’acculturent de plus en plus. Il y a aujourd’hui 2500 MSP sur le territoire, dont 1800 ayant signé l’Accord conventionnel interprofessionnel (ACI). L’objectif annoncé par les tutelles est d’atteindre 4000 MSP d’ici 2027, ce qui démontre l’importance de la communication et du partage d'informations.

Comment comptez-vous faire ?

Pour que la situation évolue, nous avons l’envie, au sein d’AVECsanté, de nous tourner vers des organismes de formation paramédicaux et médicaux afin d’expliquer la notion de pluriprofessionnalité et d’exercice coordonné. Car dans les cursus initiaux, elle est peu abordée, de même que dans les stages, les interventions en pluriprofessionnalité sont rares. Nous aimerions montrer aux étudiants en santé la plus-value de cet exercice pour les usagers et les professionnels de santé.

Il est important de faire comprendre que nous pouvons tous nous saisir de cette envie de s’impliquer. Il faut nous détacher de nos valeurs individuelles. Lorsque nous sommes une équipe, nous avons des compétences mais pas de titre, c’est ce qui nous permet d’aboutir à un projet commun. L’exercice de notre métier devient alors beaucoup plus varié et riche que lorsque nous sommes dans notre champ de compétences exclusif. Il ne faut pas imaginer l’exercice coordonné comme une grosse machine au sein de laquelle personne ne sait ce qu’elle fait. Chacun joue un rôle individuel pour porter des projets collectifs, en lui donnant la couleur qu’il souhaite.

Entendez-vous mettre en avant votre métier d’infirmière libérale pour convaincre vos pairs ?

Je n’envisage pas mon rôle de cette manière. D’abord, je ne souhaite pas avoir à convaincre les professionnels de santé de l’intérêt de l’exercice coordonné. J’espère plutôt qu’ils vont prendre connaissance des actions d’AVECsanté notamment, et qu’ils vont avoir d’eux-mêmes l’envie de s’engager dans ce mode d’exercice. Si nous sortons notre bâton de pèlerin, cela risque fort de ne pas fonctionner. J’espère plutôt susciter de la curiosité et les amener à s’ouvrir.

Quant à mon métier d’infirmière libérale, j’entends l’utiliser à bon escient, mais je ne me considère pas comme la caution paramédicale d’AVECsanté. Je ne porte pas la vision des infirmières mais les valeurs de la pluriprofessionnalité. Je représente l’exercice coordonné.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an  

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “« Je porte les valeurs de la pluriprofessionnalité »”

  1. Guerin dit :

    Bonjour. Très intéressant les articles … et j en suis Bien loin ..! Je m aperçois que je n ai rien fait. de ce que j aurais souhaité. J avais. plein de projets.

Réagir à cet article

retour haut de page
384 rq / 3,561 sec