Montpellier : l’école de gériatrie s’ouvre aux proches aidants

Dans une approche globale inédite, l'école de gériatrie et de gérontologie inaugurée l'an dernier à Montpellier, ouvre un pôle d'enseignement dédié aux proches aidants. Un dispositif unique en France que viendra compléter un pôle consacré à l'éducation thérapeutique des patients âgés.

Montpellier : l'école de gériatrie s'ouvre aux proches aidants

© evrymmnt / ShutterStock

En France, 11 millions d’aidants familiaux accompagnent chaque jour un proche en situation de dépendance.

L'Occitanie, elle-même, compte parmi les quatre régions les plus âgées. « Les proches aidants jouent un rôle très important d'étayage à domicile et l'on sait qu'un des problèmes est le fardeau des maladies neurodégénératives », indique le professeur Claude Jeandel, à l'origine de cette école de gériatrie et de gérontologie créée à Montpellier, promouvant une approche « transversale et holistique des problématiques du grand âge ».

« La formation fait partie de l'aide aux aidants », confie le médecin. « Elle est un levier sur lequel nous pouvons agir pour leur donner des armes qui les renforcent dans leurs fonctions. »

Innover par l'e-learning

Le pôle d'enseignement que cette école dédie aux proches aidants - et par la suite aux patients - doit démarrer à la rentrée 2024. « Cette formation veut entre autre, leur amener une meilleure connaissance des pathologies liées à l’âge », indique Myriam Aggoun, responsable administrative de l'école. Troubles de l'alimentation, et du comportement, troubles neuro-cognitifs majeurs, les chutes et leur prévention, les modes de répit, les dispositifs de financement... mais aussi comment adapter sa façon de communiquer avec une personne âgée dépendante, comment prévenir son propre épuisement...

Alors que 60 à 80 % des aidants ne sont pas aidés, l'école veut notamment les sensibiliser au problème du burn out. « 50 % des proches aidants sont touchés par un burn out, or la plupart ne connaissent pas ou ont du mal à demander de l'aide », rappelle le docteur Miot, gériatre et psychiatre, maître de conférence au CHU et à l'Université de Montpellier. «Nous avons cherché un moyen de les sensibiliser à ce qui peut leur arriver. » A dé-stigmatiser le surmenage et le besoin de répit, en particulier, et accéder plus facilement aux soins dont ils pourraient avoir besoin.

L'école de gériatrie et de gérontologie est issue du programme IDEFI-TIL (Initiatives d’excellence en formations innovantes – Trans Innov Longévité) initié en 2014 à la Faculté de médecine et financé par l'Agence nationale de la recherche. « Nous avons pu intégrer depuis, une approche innovante de formation en e-learning », indique le professeur Jeandel. Les proches aidants auront  ainsi accès aux enseignements, en ligne. « Les capsules vidéos que nous avons créées adoptent un langage vulgarisé, plus accessible, pour faciliter la compréhension du plus grand nombre », indique Myriam Aggoun. Douze vidéos d'une dizaine de minutes sont déjà réalisées et en phase de test à l'hôpital de jour du centre Antonin Balmès, au CHU de Montpellier.

 « A l'heure du patient-expert, les familles aussi ont une expertise, c'est d'autant plus intéressant que la HAS elle-même a ouvert des recommandations de bonnes pratiques à ces publics », estime Marc Dos Santos. Ce cadre infirmier, devenu directeur d'un pôle gérontologique, et aujourd'hui formateur, a entre autre suivi en 2013, le Master 2 ''encadrement et gestion de structures'' dispensé alors, au sein de la fac de médecine*.

Dans la formation du master 2, il traite, en tant qu'expert, le module « Les différentes politiques gérontologiques ». « Nous allons nous adapter à chaque aidant en fonction de ses questions et de ses ressentis aussi », rappelle-t-il.

Outils pragmatiques

Le docteur Stéphanie Miot ajoute, « notre dispositif va permettre au plus grand nombre, d'ici et d'ailleurs, d'accéder à ces modules sans avoir besoin de passer par le CHU de Montpellier. »

Dans cette optique, des partenariats sont en cours de réflexion avec la Société française de gériatrie et de gérontologie et avec le Collège national de enseignants en gériatrie. « L'idée était de créer un outil pragmatique, permettant de revenir sur son contenu, si besoin, et d'être totalement autonome. »

D'autres modules sont à l'étude, pour les aidants professionnels qui travaillent auprès de personnes handicapées vieillissantes. « L'idée est de développer le catalogue des capsules et de mutualiser ces ressources en les mettant aussi à disposition des étudiants en master de médecine et des étudiants en IFSI. »

Myriem Lahidely

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

A l'origine

L'école de gériatrie et de gérontologie a été créée l'an dernier dans l'idée de regrouper les formations "classiques" mises en place au fil du temps, après un premier master, en 2004, dédié aux professionnels non médecins. 19 formations destinées aux étudiants en formation initiale et aux professionnels médicaux et paramédicaux en formation continue, ont vu le jour depuis – soit  2 masters, 9 diplômes universitaires et 8 formations courtes. Elles étaient jusque-là dispensées au sein de la faculté de médecine.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
362 rq / 3,537 sec