Alès : Une maison dédiée au répit des aidants

Grâce à l’implication du CCAS de la ville d’Alès, capitale des Cévennes, un lieu refuge pour les aidants a ouvert au cœur de ville. Une équipe pluri-professionnelle les accompagne. Infirmiers et aides-soignants sont partie prenante d’une approche globale qui propose aux aidants des solutions destinées à leur offrir un répit à la carte et fluidifier leur parcours.

Alès : Une maison dédiée au répit des aidants

© DR

L’« Instant répit » inauguré ce printemps à Alès, a été pensé comme une maison avec plusieurs pièces où accueillir tous les aidants, leur donner la parole et leur offrir un accompagnement sur mesure par des professionnels.

Le lieu, modulable, ouvert sur une place du centre ville, offre aussi un espace pour des micro-répits et pour l’accueil des personnes aidées, le temps pour l’aidant d’aller à un rendez-vous, faire une démarche, une course...

« Dès l’origine, le projet voulait répondre aux différentes problématiques posées par les aidants », détaille le docteur Alain Devallez, médecin référent du projet. « Le collectif qui intervient représente tous les aspects du champ de l’aide aux aidants qu’il s’agisse de répit, de soutien psychologique, d’écoute et de relation d’aide », précise-t-il.

Équipe pluriprofessionnelle

Les professionnels permanents – deux psychologues, une assistante sociale, un travailleur social – assurent les rendez-vous courants tels qu’un entretien et travaillent aussi avec des intervenants extérieurs.

« Les professionnels de santé, infirmiers ou aides soignants, avec leur œil vigilant et très complémentaire, y ont toute leur place », indique Christel Riquelme, animatrice territoriale de cette Maison des aidants que porte le pôle prévention promotion des parcours en santé de Filieris, groupe de santé issu du régime minier.

Un lieu refuge où les aidants peuvent aussi trouver à s’informer, se documenter et même acquérir des compétences. « Nous avons tous eu une formation qui nous a permis d’avoir la même approche globale pour amener des réponses ciblées, spécifiques », précise l’animatrice territoriale.

Formation des aidants

Au sein des formations proposées par l’équipe aux proches aidants, une infirmière figure parmi les professionnels extérieurs – art thérapeute, sophrologue… - qui tiennent des permanences à l’Instant répit.

Elle y aborde, dans le cadre de l'éducation thérapeutique, les problèmes de santé éventuels de l'aidant, la façon de les gérer et comment se préserver le plus longtemps possible. Cette présence de soignant a permis des interventions dans le cadre d'ICOPE, un dispositif national de santé publique développé par l'OMS pour repérer les facteurs de fragilité et vieillir en bonne santé.

S'il y a défaillance, l’IDE leur propose un parcours personnalisé via des activités collectives ou des ateliers tels qu’art thérapie, sophrologie, théâtre, par exemple…

Plus globalement, les infirmiers peuvent intervenir sur le volet santé lors de questionnements de l’aidant ou s’il y a une pathologie ou une situation spécifique. « L’objectif est d’aider les proches aidants à prendre conscience et à gérer un éventuel problème de santé pour qu’ils se préservent le plus longtemps possible », ajoute Christel Riquelme.

C’est encore à un infirmier qu’est confiée ici, la sensibilisation des professionnels extérieurs - auxiliaire de vie, assistante sociale ou aide-soignante – sur les proches aidants et comment les repérer.

Faciliter le quotidien

En plus de ces sessions, l’Instant répit d’Alès propose aux aidants un cycle annuel de formation*, qu’ils soient des proches ou des professionnels. Une aide-soignante, et une infirmière qui fait du domicile, ont en charge le module « Trouver des réponses pour faciliter la vie quotidienne ».

Elles dispensent ainsi des conseils très pratiques autour de sujets tels que troubles de la déglutition et alimentation, l’ergonomie - comment faire un transfert simple par exemple - ou encore les conditions préalables à un bon accompagnement selon la capacité des aidés...

« Les aidants ne savent pas qu’ils sont aidants, le rôle de l’aide-soignant c’est aussi l’éducation de la famille », évoque Régine Fabrègue, l’aide-soignante qui est intervenue sur ce module, notamment.

Cette professionnelle a exercé pendant 35 ans au SIAD de la Grand-Combe. Dans cette circonscription a été créée en 2010 la première maison des aidants d'Occitanie et la 4e de France.

« Ce territoire d’expérimentation nous a permis de modéliser le lieu de répit ouvert à Alès », indique le docteur Alain Devallez. Le travail collaboratif pour aboutir à ce dispositif « mature » a duré pas moins de 10 ans.

La structure qui est soutenue par la ville d'Alès et compte pas moins de 45 partenaires parmi lesquels l’Agence régionale de santé, l’Assurance maladie, le Conseil départemental, l’Unapéi, dont la vocation est d'intervenir dans tout le Pays Cévennes, au nord de l’agglomération.

Les actions proposées aux aidants à l’Instant répit se mènent aussi à domicile sur rendez-vous. « L’objectif est de nous déplacer sur toutes les communes pour sensibiliser le plus de personnes possible à l’aidance et à ses fragilités », résume Christel Riquelme. Et, à terme, de mailler tout le territoire.

Myriem Lahidely

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

* Formation en cinq modules : être proche aidant – relation aidant-aidé, changements et évolution - prendre soin de moi et continuer, assurés par une psychologue -  législation et dispositifs d'aide, dispensé par une assistante sociale – trouver des réponses pour faciliter le quotidien, par une infirmière ou une aide-soignante)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
386 rq / 3,088 sec