Maintenir les infirmiers à l’hôpital : l’impératif de fidélisation face aux carrières courtes

L'étude sur la part d'infirmiers qui quittent l'hôpital cinq ou dix ans après avoir commencé à y travailler, n'étonne pas les représentants de ces professionnels. Elle apporte toutefois un éclairage qui renforce, selon eux, l'urgence d'agir pour transformer la profession.

Maintenir les infirmiers à l'hôpital : l'impératif de fidélisation face aux carrières courtes

© sfam_photo / ShutterStock

La publication de l'étude sur les trajectoires professionnelles des infirmiers hospitaliers (qui indique, entre autres, que près d'un infirmier sur deux quitte l'hôpital après dix ans de carrière, ndlr) par la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) « objective des choses qu'on sait déjà et à propos desquelles on sonne l'alarme depuis une bonne décennie », souligne Evelyne Malaquin-Pavan, présidente du conseil national professionnel des infirmières (CNPI).

Elle « confirme et objective la crise des infirmières hospitalières, observe aussi Patrick Chamboredon, président de l'Ordre national des infirmiers (ONI). Rien de nouveau sous le soleil ».

Comme eux, le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) ne « s'étonne » pas du constat. Les départs sont depuis longtemps douloureusement ressentis et visibles dans les services.

L'étude de la DREES donne tout de même une idée plus précise de l'ampleur des départs des infirmiers hospitaliers. Pourtant, elle serait plus pertinente, selon Patrick Chamboredon, si elle portait sur la totalité des infirmiers, tous modes d'exercices confondus.

Sur le plan méthodologique, la présidente du CNPI souligne aussi les difficultés à baser ce type de travaux sur des données complètes : « on n'a jamais les chiffres exacts du nombre de professionnels diplômés et en activité ». L'ONI, qui devrait le connaître, via les cotisations, déplore aussi cet état de fait.

De plus, ajoute Evelyne Malaquin-Pavan, les données ont toujours « un métro de retard ». En effet, les données les plus récentes utilisées dans l'étude datent de 2019, c'est-à-dire d'avant la crise sanitaire liée au Covid. Qui a pourtant bouleversé l'univers professionnel de la santé. Il n'est donc pas impossible que la situation actuelle soit pire que celle dépeinte par la DREES.

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

Près d’un infirmier hospitalier sur deux quitte l’hôpital après dix ans de carrière (août 2023)

Climat délétère

« Pour autant, poursuit la présidente du CNPI, l'étude trace à grands traits les problématiques du moment. Il y a des infirmières diplômées qui seraient en capacité d'exercer mais qui font le choix de quitter la profession ou de changer de mode d'exercice parce qu'elles n'ont pas la possibilité de mobiliser leurs compétences et leurs connaissances, qu'elles ont l'impression de mal faire leur travail et que la dégradation de leurs conditions de travail a atteint un cran supplémentaire du fait de l'augmentation des postes vacants... »

Le SNPI pointe aussi, dans un communiqué ; le découragement des « infirmières sous-payées, en sous-effectif, agressées par des patients et leurs familles et souvent victimes de maltraitance institutionnelle ».

Les conséquences des départs d'IDE sont connues : fermetures de lits, report de charges sur les soignants en postes, difficultés croissantes à encadrer les étudiants en stage, dégradation de la qualité et de la sécurité des soins, des liens ville-hôpital...

Même bancale, cette étude conforte les appels à une refondation complète de la profession infirmière réclamée par tous ses acteurs et entamée au printemps par le ministère de la Santé, estiment les représentants des IDE.

Elle « marque d'autant plus l'urgence de remettre en marche le travail pour jeter le décret d'actes qui n'a plus de sens pour aller vers un décret de mission », insiste Patrick Chamboredon.

Il en appelle à renforcer le compagnonnage et l'autonomie des infirmières, l'universitarisation de leur formation et à leur offrir davantage de perspectives professionnelles afin de favoriser leur maintien dans l'emploi

Urgente refondation

« Il faut opérer une refonte lucide des interventions des infirmières et des interfaces interprofessionnelles » auxquelles elles participent, estime aussi Evelyne Malaquin-Pavan.

« Dans les travaux que porte le CNPI au sein du groupe de travail sur la refonte du métier avec la DGOS, ajoute-t-elle, l'enjeu consiste à regarder les compétences et les connaissances dont on a besoin et d'adapter le temps de formation initiale. »

Selon elle, les leviers de fidélisation concernent plus les conditions de la pratique du métier que le salaire.

Le SNPI ne partage pas cette hiérarchie des priorités. Le plan Marshall pour les infirmières auquel il appelle doit conduire d'abord, selon le syndicat, à augmenter les salaires des IDE, encore inférieurs à la moyenne européenne, mais aussi à mettre en place des ratios de patients par infirmière autour des normes internationales (6-8 patients par IDE) et à améliorer les conditions de travail, en termes de sécurité, de charge de travail mais aussi de sens. 

Géraldine Langlois

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “Maintenir les infirmiers à l’hôpital : l’impératif de fidélisation face aux carrières courtes”

  1. Angelique dit :

    Bonjour, moi je suis infirmière et fière de l’être cependant cela fait déjà 10ans que j’ai quitté l’hôpital après 20 ans d’hospitalier!! Je suis, depuis, dans le privé (centre médical). Pourquoi ai je quitté ? Simplement horaires passés en 12h, aucun respect par les patients ni pour le personnel… je devais faire 17 pansements de sortie de 7h à 12h : et la descente/remonté au bloc des personnes nouvellement opérée… le soin c’est aussi l’éducation du patient suite à leur chirurgie ça c’était 0 ! Je suis partie après avoir reçu un homme de 35 ans pour la 2e fois car il s’était luxé la prothèse de hanche en ayant des relations intimes avec son épouse : je me suis sentie responsable de ce retour !! Je n’avais pas donné les conseils pour éviter cela par manque de temps. C’est ce qui s’appelle de la maltraitance pour moi. La maltraitance n’est pas que pour les patients le personnel trinque un max: horaires, salaire, manque de temps, 1 WE sur deux, l’époux qui râle car on est rappelé : une collègue n’est pas venue !! Raz le bol de tout ça !! Je sais bien sûr l’herbe n’est pas plus verte ailleurs mais je finissais par aller au travail avec des angoisses,la peur au ventre.Est ce normal de ressentir ça ? NON !! Ce n’est pas possible de travailler dans ces conditions.

  2. Gisele dit :

    Il faudrait déjà par revoir la formation des infirmières, plus d’humanité et surtout les stages ou cela se passe mal, voir de la maltraitance, organisation de la formation, merci … mais quel beau métier

  3. Macla dit :

    Exactement moi je suis aussi ide en retraite depuis peu c’est exactement cela

  4. Collet dit :

    Bonjour je suis ide depuis plus de 35ans, ma carriere je lai faite en hospitalier: chirurgie, urgence, + des semaines medecine, medecine geriatrique, le travail nest pas plus difficile quil y a 30 ans , on est plus d’ide 0pour le meme nombre de patient, des brancardiers que nous n’avions pas il y a 30ans,le materielplus performants, salaires ont ete revalorisé, ce qui ne va pas cest la formation des as, ide, medecins souvent etrangers, le manque de motivation, de vocation, tout tourne autour de largent, plus personne ne veut faire deffort, ce nest pas un probleme du milieu hospitalier c’est tout les corps de metier, valorisons le travail pas par l’argent et formons des gens qui ont la passion pour ses metiers medicaux

Réagir à cet article

retour haut de page
383 rq / 3,188 sec