Mentorat, réingénierie de la formation, évolution du décret d’actes : un des objectifs est de « former plus de soignants, et de les former mieux »

Dans un discours de voeux aux "forces vives", le ministre de la santé et de la prévention, François Braun, a fixé 10 priorités pour 2023, dont une portant sur la formation des soignants. 

capture d'écran

"Je crois pouvoir vous dire avec force que 2023 marquera un tournant", a estimé le ministre qui souhaite, "sortir de l'enchaînement infernal des crises, et casser cette spirale dépressive qui touche tous les acteurs et toutes les composantes de notre système de santé."

Parmi les objectifs annoncés (voir encadré) : la formation initiale et continue des infirmiers et l'évolution de leurs rôles et de leurs missions.

Mentorat en formation initiale

"Pour nos infirmiers, je crois en la capacité de notre système à diplômer la très grande majorité des étudiants. Je refuse à me résoudre à ce qu'autant d'étudiants en soins infirmiers abandonnent leur cursus", a expliqué le ministre, annonçant un travail sur la sécurisation des parcours et la qualité de vie étudiante.

Un mentorat sera intégré dans les formations d'ici septembre, a-t-il annoncé. D'autres mesures sont également prévues : une meilleure reconnaissance du tutorat, déploiement "plus dynamique" des dispositifs tels que les cordées de la réussite. 

"Je veux à ce titre  que les IFSI s'engagent dans ces projets au printemps pour s'inscrire dans une cordée et permettre aux plus jeunes les conditions de réussite de leur projet professionnel. Nous ouvrirons en outre, en lien avec le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le chantier du bilan des évolutions nécessaires à la procédure attachée à Parcoursup, avec des propositions d'ici l'automne prochain". 

Révision du décret d'actes et réingénierie de la formation

Le ministre a aussi rappelé que les travaux de concertation portant sur la révision du décret d'actes infirmiers seraient lancés en février.

Cette révision devrait permettre d'intégrer dans le texte certains actes déjà réalisés par les infirmiers dans leur socle de compétences, tel que cela a été proposé par les inspections générales des affaires sociales (Igas) et de l'éducation, du sport et de la recherche (IGESR) dans un rapport publié fin janvier. 

En miroir de ces travaux, le ministre a annoncé des travaux portant sur la réingénierie de la formation "dont nous devons viser qu'elle puisse se mettre en oeuvre dans le même temps". 

Libérer les voies d'accès à la profession

François Braun a déclaré qu'un appel à manifestation d'intérêt sera lancé au premier semestre pour permettre des formations réalisées à 100% en apprentissage. 

"Nous favoriserons aussi les contrats d'engagement de service public, pour donner des perspectives aux jeunes, tout en sécurisant le recrutement dans les établissements de santé", a-t-il ajouté. 

Montée en charge des IPA

Par ailleurs, un "grand plan pour augmenter le nombre d'infirmières et d'infirmiers en pratique avancée" sera lancé au printemps. Le ministre fixe un objectif de 5 000 IPA en activité d'ici fin 2024. 

Concernant les infirmiers spécialisés, IADE, IBODE et IPDE, le ministre a annoncé la reconnaissance de leur pratique avancée "avant la fin de l'année", "en associant l'ensemble des acteurs concernés". 

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter Actusoins

Les dix objectifs annoncés pour 2023 

Garantir, à tous les Français souffrant d’une affection de longue durée, un accès à un médecin traitant.

Redonner du temps médical et, au-delà, du temps soignant, en ville comme à l’hôpital.

Permettre partout sur le territoire la continuité et la permanence des soins.

Améliorer la qualité de vie à l’hôpital et stabiliser les équipes : perspectives de carrière, rémunérations, qualité de vie, organisation du temps de travail...

Former plus de soignants, et de les former mieux.

Créer un choc d’attractivité dans les territoires et faciliter le quotidien des soignants.

Tourner le dos à la logique comptable qui a présidé à la gestion du système et a pu aboutir à une forme de rationnement des soins.

Garantir que la santé soit accessible à tous nos concitoyens, quelles que soient leurs ressources

Assumer collectivement une nouvelle ambition sur la prévention.

Faire de l’année 2023 une année importante pour la recherche et l’innovation.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Mentorat, réingénierie de la formation, évolution du décret d’actes : un des objectifs est de « former plus de soignants, et de les former mieux »”

  1. Benjamin dumot dit :

    Et les Aides soignants soignantes ? Ah oui, ils ou elles n’existent pas. J’ai débuté ce métier il y a 5 ans pour être utile aux autres. Aujourd’hui, face à la misère, à la detresse mais surtout face au mépris de certaines collègues IDE, famille et surtout face au mépris des directions et du gouvernement je n ai qu une envie : arrêter ce métier. J’en ai marre de m épuiser pour vous tous et vous toutes. Nous former mieux ? Formez vous déjà à respecter votre personnel paramédical TOUT votre personnel paramédical. Ce que supporte les auxiliaire de vie et les aides soignants et ce qu ils ou elles font peu d entres vous pourraient les supporter et en faire autant

  2. Mattern sylvie dit :

    Et pour les infirmières de 60 ans, repousser le droit à la retraite à 64 ans.
    Celles ci, que le ministère de la santé a laissé tombées depuis toujours. J’étais au manifestations de 1988,où nous avions dormi sous des tentes face au ministère et délogés avec brutalité…. Quelle avancée depuis?

Réagir à cet article

retour haut de page
361 rq / 3,375 sec