Covid : la HAS intègre les vaccins bivalents dans la stratégie de vaccination pour l’automne

La Haute autorité de santé (HAS) a confirmé sa recommandation d'administrer une dose additionnelle de vaccin contre la Covid-19 aux personnes à risque de faire une forme sévère ainsi qu'à leur entourage et aux professionnels de santé. Pour cette dose, elle recommande d'utiliser l'un des trois vaccins bivalents adaptés aux variants d'Omicron, dès qu'ils seront disponibles. 

Covid : la HAS intègre les vaccins bivalents dans la stratégie de vaccination pour l'automne

© ShutterStock

Ces dernières semaines, l'Agence européenne du médicament (EMA) a validé trois vaccins bivalents, adaptations des vaccins à ARN messager déjà disponibles depuis le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19 : les vaccins de Moderna et de Pfizer BioNTech qui ciblent la souche originale et le variant Omicron BA1, puis la semaine dernière le vaccin de Pfizer qui, lui, cible la souche originale et les variants Omicron BA4 et BA5. 

Ces vaccins "ne sont pas des nouveaux vaccins mais des vaccins adaptés aux souches circulantes", explique la HAS proposant une comparaison avec la vaccination antigrippale. 

"L'efficacité clinique attendue pour ces nouveaux vaccins bivalents est au moins équivalente voire supérieure à celle des vaccins originaux monovalents, sans que cette probable supériorité puisse être actuellement démontrée en vie réelle". 

Quant à leur tolérance, qui a été étudiée, "elle est identique à celle des vaccins monovalents". 


Une campagne de vaccination couplée à celle de la grippe saisonnière

Dans un contexte de nouvelle hausse du nombre d'infections au SARS-CoV-2, la HAS rappelle ainsi l'importance de protéger les populations les plus à risque. 

Deux groupes de personnes sont ciblées : les personnes de plus de 60 ans, ainsi que les adultes de moins de 60 ans à risque de forme grave de la maladie (ceux qui ont des comorbidités qui les exposent à ces formes sévères, les femmes enceintes, dès le 1er trimestre de leur grossesse, les personnes immunodéprimées quel que soit leur âge, les enfants et adolescents à haut risque souffrant de pathologies le justifiant) ; l'entourage de ces personnes (stratégie de cocooning) ainsi que les personnes qui sont en contact régulier avec elles : les professionnels du secteur sanitaire et médico-social. 

"Dans l’immédiat et parce que le nombre de cas d’infections est reparti à la hausse depuis quelques jours, avec un taux de reproduction qui est à nouveau supérieur à 1", la HAS rappelle "l’efficacité des vaccins monovalents contre les formes sévères de la maladie".

Pour les personnes âgées de plus de 60 ans et celles de moins de 60 ans à risque de développer une forme sévère de la maladie qui n’auraient pas reçu leur seconde dose de rappel recommandée dans les délais conseillés (3 ou 6 mois selon l’âge et la date de la dernière injection ou infection), la HAS préconise de ne pas différer leur vaccination. Elle rappelle à cette occasion que les vaccins monovalents sont les seuls à pouvoir être utilisés en primovaccination.

Enfin, la HAS maintient sa recommandation de coupler la campagne de rappel vaccinal contre la Covid-19 à celle de la vaccination contre la grippe saisonnière, et rappelle que l'injection concomitante des deux vaccins est possible, si elle est réalisée sur deux sites d'injection distincts. 

Rédaction ActuSoins


Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
1167 rq / 4,172 sec