L’équivalence aide-soignante élargie aux étudiants en masso-kinésithérapie

Un arrêté publié samedi au Journal officiel élargit la possibilité de réaliser des activités d'aide-soignant, sous certaines conditions et à titre temporaire, aux étudiants admis en deuxième année de formation de masseur-kinésithérapeute. Par équivalence, les professionnels ayant atteint ce niveau d'étude pourront aussi se voir délivrer "sur demande" le DE d'aide-soignant. 

© Kzenon / ShutterStock

Jusqu'à présent, les étudiants ayant été admis en deuxième année de formation en soins infirmiers, les étudiants ayant validé une deuxième année de médecine ou de maïeutique ou encore une troisième année de dentaire étaient concernés par la possibilité d'assurer des vacations aide-soignante, note-t-on. 

Le texte ouvre à présent cette possibilité aux étudiants admis en deuxième année de formation de masseur kinésithérapeute et ayant validé 52 crédits européens dont les 18 crédits liés aux stages ainsi que les crédits liés à plusieurs unités d'enseignement, dont "Santé publique" et "Sciences humaines et sociales"

Les étudiants en masso-kinésithérapie qui seront employés pour réaliser ces activités seront "affectés au sein d'une équipe soignante comportant au moins un infirmier diplômé d'État durant les périodes pendant lesquelles ils réalisent cette activité", indique l'arrêté. 

Diplôme par équivalence

L'élargissement des possibilités de délivrance du diplôme d'Etat d'aide-soignant par équivalence est également prévu par le texte. 


Ainsi, les étudiants masseurs-kinésithérapeutes titulaires de l'attestation de formation aux gestes et soins d'urgences de niveau 2 en cours de validité, qui ont effectué et validé, sous la responsabilité d'un directeur d'un institut de formation d'aide-soignant, un stage de quatre semaines permettant d'explorer les missions d'un aide-soignant, et qui n'ont pas validé leur diplôme d'État ou qui ont interrompu leurs études après avoir été admis en deuxième année en ayant obtenu les 52 crédits européens, pourront, sur leur demande, obtenir le DEAS, délivré par le préfet de région. 

Ils rejoignent ainsi sur la liste des équivalences, les étudiants en soins infirmiers titulaires de l'attestation de formation aux gestes d' de niveau 2 qui n'ont pas validé leur diplôme d'Etat et qui ne sont plus inscrits en formation, qui pouvaient déjà prétendre au DEAS. 

Mais attention : les étudiants ayant fait l'objet d'une sanction disciplinaire d'exclusion de la formation, ou d'une exclusion définitive de l'institut pour acte incompatible avec la sécurité des personnes prises en charge, ne peuvent pas bénéficier de ces dispositions. 

Les étudiants souhaitant obtenir le DEAS après une interruption de formation supérieure à trois ans devront, quant à eux,  suivre une formation d'actualisation des connaissances dans un institut de formation d'aide-soignant. La section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des élèves de l'institut de formation d'aide-soignant déterminera les blocs de à valider par le candidat lors de cette formation. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter


 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

6 réponses pour “L’équivalence aide-soignante élargie aux étudiants en masso-kinésithérapie”

  1. DeVal dit :

    Bonsoir Nico,

    Les ergothérapeutes ont beaucoup à apporter aux aides-soignants et même aux IDE compte tenu de leur expertise en…..ergonomie, à tel point que beaucoup deviennent justement ergonome en guise de deuxième carrière + formateur PRAP.

    Qu’il y ait des référents ergothérapeutes dans les EHPAD/les MAS et les ESMS (établissements et services médico-sociaux) qui apportent conseil & expertise aux AS dans l’utilisation des dispositifs médicaux (lits adaptés, chaise…) + comment se positionner au quotidien….combien d’AS finissent avec des TMS faute de temps dans l’application des gestes et postures……..100 fois oui….c’est génial pour les AS/ASH etc qu’il y ait des ergo 100 % d’accord.

    Par contre, je ne suis pas totalement d’accord avec vous, non pas parce que je doute des compétences des ergothérapeutes, ils sont aussi aptes à être aide-soignant que certains IDE avec une formation supplémentaire surtout quand on voit certains IDE qui refusent de faire des toilettes fort heureusement minoritaires (qu’on n’invoque pas l’histoire du manque de temps, je parle d’IDE qui refusent catégoriquement de faire les toilettes et vous savez que cela existe)….je sais que ça va faire crier certains IDE mais le politiquement correct, ce n’est pas ma tasse de thé.

    Par contre…..ce genre de décisions des pouvoirs publics, je les vois comme 1 très mauvais signal à double titre :

    – D’une part, ça montre que les pouvoirs publics ne souhaitent pas déployer de véritables solutions de fond pour combler le manque d’aides-soignants en agissant sur les causes (salaire misérable / mépris hiérarchique / sous-effectif / absence de carrière pour 1 majorité) et utilisent des subterfuges à moindre coût.

    – D’autre part, ce sont des fausses solutions genre  » petit bras  » et en mode  » on essaie de gratter là où on peut pour essayer d’accroître les effectifs AS « . Lelandais a parlé des FFAS à juste titre qu’on commence à avoir du mal à trouver. Entre nous Nico, vous pensez sincèrement qu’un étudiant kinésithérapeute va accepter de travailler pour 1 SMIC amélioré en tant qu’AS ? A part pour 1 minorité, je suis certain que non ….. et je les comprendrai au passage !

    Certains IDE vont râler mais sont en partie responsables de la situation. Des IDE qui refusent de bosser à l’hosto / EHPAD en tant qu’AS , j’en ai croisé et pas qu’un(e). Il faut revoir le recrutement en IFSI sérieusement + valoriser le métier d’AS…..sinon on continuera avec ces fausses solutions !

    En attendant, je confirme mes propos, ce métier est à proscrire et risque progressivement malheureusement de disparaître si on ne fait rien de concret pour le valoriser.

    Que certaines associations IDE prennent leur responsabilité (pas toutes, j’en connais des extras qui militent pour valoriser le métier d’AS/AP etc). Un jour, le corporatisme tu le paies et tu le paies cash.

  2. Nico dit :

    Sérieux des kinés pour faire les toilettes ? Quand on vois l’attitude méprisante de certains envers les AS, incapable d’accompagner eux même leur patients aux WC! Je plains ceux qui verrons ces novices débarqué dans les services ! Après si des étudiants consciencieux sont motivés pourquoi pas.
    Par contre la même chose pour les étudiants ergo serait une bonne idée, eux qui sont amenés à faire des évaluations, à amené des aides techniques et conseils dans les gestes de la vie quotidienne, peuvent être d’une aide précieuse pour les AS.

  3. DeVal dit :

    @ Mimie

    Je vous cite

     » NOUS IDE A QUAND LE DIPLOME DE MEDECINE DE VILLE AVEC RECONNAISSANCE BAC +3 ET EQUIVALENCE AVEC LA RENUMERATION !!!  » //  » BIENTOT PENURIE IDE LIBERAL  »

    Je ne suis pas d’accord avec vos propos. Un infirmier ne peut obtenir un diplôme de médecine de ville.

    Et quand vous dites « pénurie en libéral « , dans quelle région vivez-vous sans indiscrétion car en région PACA, je peux vous dire que majoritairement, surtout dans les villes que j’ai citées, il y a trop de cabinets infirmiers.

  4. Lelandais dit :

    Tout à fait d accord… Il y avait déjà les faisant fonction… Pourquoi nous demander autant de compétence et d’expérience pour avoir le DE alors que d’autres l’auront dans connaître ce qu’est le métier…. Déplorable… Les parients en paieront le prix au final… Santé à moindre coût à moindre compétence…

  5. mimie dit :

    NOUS IDE A QUAND LE DIPLOME DE MEDECINE DE VILLE AVEC RECONNAISSANCE BAC +3 ET EQUIVALENCE AVEC LA RENUMERATION !!!

    IDE MAL AIMEE MAL RECONNU PAR LA HIEHARCHIE ET LES PATIENTS. AUCUN RESPECT POIUR NOTRE PROFFESSION,PENIBLE MORALEMENT ET PHYSIQUEMENT. BIENTOT PENURIE IDE LIBERAL AUSSI VU LA RECONNAISSANCE DES PRATICIENS ET ATIENTS VIS A VIS DU LIBERAL.

  6. DeVal dit :

    Rarement un métier dans la santé a été à ce point méprisé en toute franchise et factuellement.

    Après la proposition de la DGOS qui a voulu accorder le diplôme d’État aux ASH après 1 formation de 15 jours….. 15 jours……et là on se retient pour ne pas soupirer….. on décide d’accorder maintenant 1 équivalence aux étudiants en kinésithérapie l’accès au métier d’Aide-Soignant.

    Or, les étudiants en kinésithérapie ont d’autres missions à remplir qui suffisent amplement, la crise COVID a démontré l’importance des kinés en service de réa, sans parler de leur rôle de 1er plan dans les EHPAD où ces derniers apportent leur expertise aux autres soignants dans manipulation des corps…..

    Prochaine étape, le diplôme d’AS sera accordé aux pédicures-podologues/aux ergothérapeutes et pourquoi pas les orthoptistes tant qu’on y est. Tout ça pour essayer de combler la pénurie majeure que rencontre le métier d’Aide-soignant depuis des années.

    Dans ces conditions, on ne peut que déconseiller aux nouvelles générations l’exercice de ce métier qui est :

    – mal payé

    – n’offre aucune perspectives de carrière à cause des difficultés de financement pour accéder au poste d’IDE alors que des profils méritants, j’en connais. Seulement, ils n’accéderont pas pour la majorité à la moindre formation car les hôpitaux préfèrent recruter des jeunes de 17/20 ans à moindre frais. On est en train de le payer maintenant avec des IFAS vides, vides car les gens voient la crise des EHPAD, savent que c’est 1 métier maltraité/mal payé et savent même que les hôpitaux etc ne font pas marcher la formation continue ….. la totale !

    – méprisé par la hiérarchie hospitalière/EHPAD

    – repoussé par beaucoup d’IDE qui font tout pour éviter d’exercer le métier d’AS en EHPAD, se battent pour bosser en libéral (suffit de faire 1 tour à Marseille, Toulon, NICE, Aix-en-Provence avec la multiplication de cabinets) ce qui se retournera contre eux/elles puisque plus les IDE « rejetteront » l’exercice du métier d’AS, pour les pouvoirs publics n’hésiteront pas à accorder l’exercice du métier d’AS aux autres professions paramédicales.

    C’est triste à en pleurer ce mépris vis-à-vis du métier d’Aide-soignant, je ne peux que déconseiller l’exercice de ce métier à mes proches & relations.

Réagir à cet article

retour haut de page
1110 rq / 5,197 sec