Mélanie Morfin, l’ambition d’une infirmière pour les malades du cancer

Ancienne infirmière au centre Léon Bérard à Lyon, Mélanie Morfin s’est donné une nouvelle mission : offrir une once de bien-être aux personnes traitées pour un cancer. Avec son association I Phil You, baptisée d’après le prénom de son mari Philippe décédé d’un cancer, elle a créé un trousseau d’accueil qui sera offert aux patients.

© DR

« Quand j'ai commencé à travailler, j'ai été très sensible à l'accueil des personnes qui viennent pour la première fois. » Cette première fois, que Mélanie Morfin évoque, est un jour qui a fait basculer la vie de nombreuses personnes : le premier jour de traitement en chimiothérapie ou immunothérapie pour combattre un cancer.

« La tête dans le guidon »

C’est en repensant à son mari, Philippe, décédé d’un cancer en 2019, qu’elle raconte.

Parmi les patients que la jeune infirmière prend en charge en HDJ, certains viennent pour la première fois. 

Prises dans la vitesse du travail, « la tête dans le guidon » comme elle le décrit, Mélanie et ses collègues ne s’investissent plus suffisamment dans la prise en charge globale de ces nouveaux patients : « nous ne différencions pas les personnes qui venaient pour la dixième fois de celles qui découvraient tout cela. »

Il faut aller vite et faire en sorte que tout le monde ait son traitement. « Nous ne prenions pas le temps de discuter, et nous étions moins dans le soin relationnel, décrit l’infirmière. Plusieurs fois, j’ai été confrontée à des moments très embarrassants où les soins avaient été, à nos dépens, un peu déshumanisés », explique-t-elle.

Puis, parfois, elle se rend compte que l’aiguille qu’elle introduit dans le bras ou dans la chambre implantable est la toute première pour certains malades. « Nous étions par jour dix-huit infirmières pour environ 150 patients et pour des traitements qui duraient de 30 minutes à 8 heures. Je disais à peine bonjour. Un jour, je me suis dit que ça ne pouvait plus continuer ainsi ! ».

Porteuse de projet

Mélanie Morfin interpelle alors ses collègues et sa cadre de santé au sujet de l’accueil des nouveaux patients.

Elles décident alors de les identifier comme tels, dans leur dossier médical : « c'était finalement une simple manipulation informatique, mais déjà, nous les saluions différemment ».

Mélanie ne souhaite pas s’arrêter là et passe à la seconde étape, après que le centre Léon Bérard eut reçu un don privé de 15 000 euros. Épaulée par la cadre du service elle crée ses premiers trousseaux d’accueil : un plaid, une solution hydroalcoolique, un livret d'activités, un livre de recettes et un podomètre pour sensibiliser à l’activité physique. 

Dans le parcours d’un malade du cancer, la phase du diagnostic peut être longue et parsemée de consultations et d’examens.

Puis, un jour, le traitement commence. Il est adapté à chacun, mais le premier jour est aussi marquant pour tous. Il concrétise l’entrée dans la maladie. Ensuite, viendront les effets secondaires. « Les patients sont prévenus, mais c'est un comme tourbillon dans leur vie. Ils ne peuvent pas intégrer tout cela. Je me suis inspirée de mon vécu personnel et professionnel », détaille-t-elle.

1500 trousseaux dès juillet 2020

Après le décès de son mari, Mélanie Morfin poursuit son travail au centre Léon Bérard, « pour plein de raisons, mais surtout parce qu’il me l'avait demandé. Cette aide apportée aux nouveaux patients me boostait et me motivait », explique-t-elle.

Et puis, l’été 2020 est décisif : l’accueil amélioré ne doit pas s’arrêter à un don ponctuel. Elle décide de créer son association et prend un congé sabbatique pour approfondir le projet.

Premier objectif ? Produire 1500 trousseaux qui contiendront un plaid, des échantillons de cosmétiques, un jeu de cartes et un accès à une application de méditation, entre autres. « Je ne veux pas me contenter de récolter de l'argent et d'acheter des plaids : je vais récolter des chutes de tissu et les faire fabriquer par des personnes en situation de handicap dans un ESAT », souligne l’infirmière.

Dès juillet prochain, en plus du centre Léon Bérard, ces trousseaux seront distribués à Villefranche-sur-Saône, Caluire, Bourgoin-Jailleux et à l’hôpital St-Luc-St-Joseph dans le 7e arrondissement de Lyon.

Une cagnotte est toujours en cours sur le site de financement participatif  "La Cagnotte des Proches" : « ‘‘I Phil You’’, c’est comme si je donnais à chacun de ces nouveaux patients un peu du courage dont a fait preuve mon mari dans son combat contre la maladie. »

Camille Grange

Je m'abonne à la newsletter

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
263 rq / 1,682 sec