Hôpital et médico-social : syndicats et collectifs appellent à une mobilisation jeudi

Neuf syndicats et collectifs* appellent à une journée de mobilisation jeudi. Ils réclament des revalorisations salariales dans le secteur social et médico-social et de meilleures conditions de travail dans les établissements de santé. 

Premiers concernés par la mobilisation : les personnels du secteur médico-social, "exclus du Ségur de la Santé", pointent les organisations.

Il faut dire que le Ségur (concrétisé par la loi LFSS 2021) a instauré une augmentation des salaires de 183 euros pour les salariés des établissements de santé et Ehpad de la fonction publique hospitalière, alors que les personnels des autres établissements (médico-sociaux notamment) n'ont pas obtenu de revalorisation. 

Pour les organisations, qui dénoncent "une inégalité totalement injuste de traitement entre les mêmes métiers de la santé, du médico-social et du social ", la coupe est pleine. "La politique gouvernementale [...] continue à mépriser les revendications tant des personnels que des usagers ", estiment-elles. 

Ultimatum

A l'occasion d'une mobilisation la semaine dernière, la CFDT santé-sociaux a rapporté avoir reçu l'engagement, par le ministère qu'un texte devrait étendre la revalorisation socle du Ségur à l'ensemble du personnel médico-social et social de la fonction publique hospitalière, note-t-on. 

"Quand le décret sortira, on y croira, parce que cela fait plusieurs semaines qu'on nous dit qu'il y a des ouvertures possibles", a expliqué Mireille Stivala, secrétaire générale de la CGT santé et action sociale, lors d'une conférence de presse qui réunissait les neuf organisations. 

"Si le gouvernement ne se prononce pas cette semaine, notre fédération est déterminée à amplifier le combat et met en garde le gouvernement sur un embrasement des structures concernées", a déclaré FO santé dans un communiqué distinct. 

Emplois

Autres personnels concernés : les salariés des établissements de santé. "Les personnels et les étudiants sont épuisés et en colère par le manque de lits, de lieux d'accueil et de professionnels en nombre suffisant, elles et ils dénoncent la surcharge de travail, l'impossibilité de faire valoir leurs droits à la formation, leur temps de repos et de congé. Et nombre de fuite et de démissions ces derniers mois est inquiétant", commente la CGT. 

Selon une enquête sur les besoins en matière d'emplois, menée par le  syndicat, "nous évaluons à ce jour qu'il faut procéder au moins à une augmentation de 12% des effectifs immédiatement pour répondre aux manques", a indiqué Mireille Stivala. 

"Le gouvernement s'était engagé à arrêter les fermetures et les restructurations, ce n'est pas le cas, ça continue", a-t-elle poursuivi. 

Un rassemblement est prévu jeudi à Paris devant le ministère de la santé. Ailleurs, d'autres actions sont prévues devant les ARS ou dans les CHU. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

* Cet appel à mobilisation a été lancé par l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf), Actions praticiens hôpital (APH), les fédérations de la santé et de l'action sociale CGT, CFE-CGC et SUD, les collectifs Inter-Blocs, Inter-Hôpitaux, Inter-Urgences et la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité. 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
761 rq / 3,233 sec